Magazine Cinéma

Le Jour des Morts Vivants

Publié le 12 juillet 2011 par Olivier Walmacq

Le Jour des Morts Vivants

L'histoire: Les zombies sont devenus les maîtres du monde. Seule une poignée de scientifiques et de militaires parvient à survivre dans une base nucléaire. Mais les ennuis vont commencer quand les scientifiques veulent faire devenir les zombies plus humains, tandis que les soldats veulent les tuer...  

La critique d'Alice In Oliver:

Le Jour des Morts Vivants est donc le dernier chapitre de la trilogie des morts, réalisée par George A. Romero.
Pas facile de passer après deux excellents épisodes, la Nuit des Morts-Vivants et Zombie étant considérés aujourd'hui comme de véritables classiques du genre horrifique.

Faute d'appartenir aux grandes références du genre, Le Jour Des Morts Vivants reste probablement le dernier grand film de zombies de l'ami Romero.
Certes, Le Jour des Morts Vivants reste inférieur à ses prédécesseurs, mais il conclut parfaitement la trilogie, en obéissant à une certaine logique.
En effet, avec la Nuit des Morts Vivants, Romero évoquait le début de l'invasion. Puis, avec Zombie, la contamination se généralisait dans le monde entier.

Enfin, dans le Jour des Morts Vivants, les créatures sanguinaires ont quasiment exterminé toute la population humaine.
Ici, ce sont donc quelques survivants qui sont mis à rude épreuve. De ce fait, George Romero expose deux points de vue opposés: celui des militaires qui veulent à tout prix exterminer les zombies, et celui des scientifiques, qui tentent de percer les secrets des monstres assoiffés de chair humaine.

Pour les chercheurs, si l'espèce humaine veut survivre dans ce monde plongé dans la terreur et le chaos, elle doit apprivoiser le zombie.
Pour cela, il faut déceler l'humanité restante chez ces créatures cannibales. Des expériences sont menées sur un mort vivant, le cobaye étant conditionné à des réflexes primaires mais terriblement humains.
A force de travail et de persévérance, un chercheur finit par rendre le zombie expérimental "docile" (un terme à mettre entre guillemets tout de même !). C'est probablement l'aspect le plus intéressant du film.

A partir de ces différents éléments, Romero signe un film porteur d'espoir. Ce qui est plutôt paradoxal puisque l'action se situe dans un monde qui semble condamné à sa perte. Mieux encore, dans le Jour des Morts Vivants, c'est le zombie expérimental qui apparaît presque comme le personnage le plus humain, les militaires étant décrits comme des soldats bourrins, idiots et tirant sur tout ce qui bouge.
Un excellent cru de Romero, mais encore une fois, moins brillant que les deux précédents chapitres, qui avaient tout de même placé la barre très haut !

Note: 15/20


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Olivier Walmacq 11545 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines