Magazine Culture

Les Normandies vont-elles commémorer leur naissance ?

Par Vindex @BloggActualite
Les Normandies vont-elles commémorer leur naissance ?-Vitrail représentant l'hommage fait par le Chef Rollon à Charles le Simple-Cet automne, nous pourrons commémorer un passage peu évoqué de l’histoire de France : il s’agit du traité de Saint Clair sur Epte de 911. Signé pendant le haut Moyen Âge, ce traité évoque bien peu de chose pour la majorité des gens. Il est pourtant un élément important dans l’histoire politique en France.En quoi est-il un traité important et quelles problématiques peut relancer son éventuelle commémoration ? Depuis le règne de Charlemagne et continuellement pendant le Xème siècle, la France est attaquée régulièrement par des Vikings (ou Normands) qui mènent des raids sur les abbayes chrétiennes du Royaume, notamment en remontant la Seine. A ces raids dévastateurs les français ripostent par la construction de renforts (des ponts comme le Pont de l’Arche) ou par la mise en place de commandements militaires, notamment en Neustrie. Ces solutions ne sont guère efficaces, ne mettant pas fin aux raids, qui reprennent en 910-911 avec le Chef Rollon. Mais son expédition en Neustrie tourne court lors d’une victoire d’aristocrates francs à Chartres. C’est alors que le roi de France, Charles le Simple, peut négocier, ce qui pourrait lui permettre de mettre la main sur le royaume de Lotharingie ultérieurement, sans gène des normands.Tout d’abord, Charles concède des territoires aux Vikings dans l’actuelle Haute-Normandie et dans le Pays d’Auge. Ce n’est pas la première fois que les Vikings obtiennent des territoires dans des Royaumes extérieures, puisqu’ils avaient déjà obtenu des terres en Angleterre à la fin du IXème siècle avec l’accord d’Alfred le Grand, leur permettant de constituer le Danelaw. En échange, Rollon reçoit le baptême et donc se convertit au christianisme. De même il s’engage à défendre le Royaume de France, notamment contre les autres « hommes du nord », et il prête hommage au roi de France. Ce traité est fondateur du duché de Normandie, qui fut l’une des grandes principautés territoriales que le Royaume de France a comptées pendant la féodalité et sous l’ancien régime. La Normandie a eu un rôle important dans l’histoire politique française, puisqu’en effet, environ un siècle et demi plus tard, Guillaume le conquérant, duc de Normandie, prend le pouvoir à Harold en Angleterre, suite à la volonté d’Edouard le Confesseur. Le fait même que le pouvoir royal anglais possède des territoires en France, tout en étant vassal du roi de France, provoque peu à peu, à mesure des agrandissements anglais, des guerres féodo-vassaliques entre les deux rois, puis plus tard, fut un enjeux à la fin du Moyen Âge, lors de la guerre de Cent Ans, qui fut une des grandes étapes de la rivalité franco-anglaise (1337-1453). Elle scelle la divergence entre les nations anglaises et françaises, la Normandie restant pour finir sous influence française. Les possessions normandes se sont également étendues relativement loin dans l’Europe, puisqu’elles se sont répandues en Italie du Sud, en Sicile et en royaume Franc de Terre Sainte. Aujourd’hui, même si elle reste une région importante en France, la Normandie est toutefois divisée politiquement. En effet, lors de la création des régions françaises en 1955, la Normandie ne constitue pas une région unique mais est coupée en deux, probablement à cause des intérêts que suscitent le statut de capitale régionale et de la rivalité géopolitique locale qui en découle principalement entre les villes de Caen et de Rouen. Malgré le statut de capitale historique du duché que Rouen affiche, la situation n’est pas tranchée et deux régions sont créées : la Basse et la Haute-Normandie. De même, deux régions furent créés pour des raisons économiques et politiques.Néanmoins, la question d’une réunification des deux régions revient souvent dans le débat politique local. On peut se demander si une éventuelle commémoration, qu’elle soit nationale ou régionale, pourrait relancer le débat d’une réunification, évoquée dès 1999 par Hervé Morin. Ainsi, les sondages montrent que plus de 60 pour cent des normands seraient favorables à une réunification, qui fut notamment au cœur des débats lors des régionales de 2004. Localement, quelques partis sont clairement pour la réunion des régions : le Parti Radical de Gauche, le Modem, le Nouveau Centre et le Front National. Le Mouvement Normand milite aussi pour cette réunion, qui fut de même évoquée par le président de la république en 2008. Toutefois, les deux présidents de régions ne souhaitent pour l’instant qu’augmenter la coopération entre les deux régions, sans aller jusqu’à la fusion, qui ferait bien sûr perdre des places politiques. Cet automne 2011 sera peut-être l’occasion de relancer le débat tout en fêtant les retrouvailles des deux Normandie autour de leur histoire et de leur origine commune…ou bien de faire l’autruche, de ne rien commémorer et de rester divisés…Les paris sont ouverts. Sources : http://fr.wikipedia.org/wiki/Trait%C3%A ... r-sur-Epte
http://fr.wikipedia.org/wiki/Normandie
L’Histoire.
Vincent Decombe

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Vindex 2241 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines