Magazine Internet

10 modestes conseils pour bien répondre à un new business de Social Media Marketing

Publié le 12 juillet 2011 par Lilzeon

Citoyens !

Répondre à un appel d’offres ou à une compétition de Social Media Marketing n’est pas forcément une sinécure. S’il importe d’être carré sur le déroulé opérationnel à mettre en œuvre (lire à ce titre toutes les présentations sur slideshare ayant trait aux méthodologies d’implémentation du Social Media en entreprise) (outils / objectifs , organisation / costing , gestion & reporting / modélisations) c’est avant tout une réponse de communicant qui est souvent attendu. Pas une réponse “d’expert”.

Voici une modeste liste de 10 conseils pour bien répondre à un new business ayant comme postulat du “social media” :

  1. challenger la place du “social media” dans le brief :
    - la plupart du temps, l’intitulé de la reco insiste sur la génération de “buzz” ou l’utilisation des réseaux sociaux. N’empêche que la plupart du temps, ceux-ci ne sont considérés que comme une caisse de résonance entre autres leviers. Méfiez-vous donc du mot Facebook en gras
    - la définition du terme “médias sociaux” étant aléatoire d’une boutique à l’autre, n’omettez pas de réfléchir aux autres leviers digitaux potentiels : CRM, e-commerce, etc.
  2. demandez-vous si votre approche stratégique (pas tactique) tient en enlevant tous les outils digitaux mentionnés dans la reco :
    - une bonne stratégie doit être cohérente en-dehors des moyens mis en oeuvre
    - c’est de ce fil rouge que vous avez d’abord besoin, pas des outils
  3. rassurez le prospect en donnant dans la partie “contexte” des éléments de réassurance
    - vous ne pouvez pas vous contenter d’émettre des évidences du type “les français sont sur les réseaux sociaux”
    - vous devez aller chercher du verbatim, donner du “metrics” à votre analyse
  4. confrontez les petits enseignements de votre monitoring à des éléments de planning stratégique
    - si l’on était dans une dissertation de philosophie, les metrics et autres verbatims issus de votre monitoring ne seraient qu’au mieux un sous-argument, voire de simples exemples. Vous devez remonter un cran en amont pour déterminer à quelle tension sociétale votre insight correspond. Votre client vend sur des besoins ou des tensions, pas sur des forums…
  5. oubliez ce que vous aviez proposé à un client d’une industrie similaire
    - en communication, vous ne vendez pas des processus industriels mais des solutions sur mesure
    - votre site dont vous étiez si fiers, oubliez le : votre client achète de la pertinence, pas un talent créatif. Autrement vous n’êtes qu’un studio d’exécution
  6. pensez “monde réel”
    - le digital ou le “social media” doivent d’abord avoir un intérêt dans “la vraie vie des vrais gens” : quand peuvent-ils influer ou simplement techniquement avoir lieu ? (ex : dans le métro londonien,internet ne passe pas, donc les solutions à base de “mobilité internet” n’auront pas d’intérêt à date pour le businessman en déplacement…)
  7. acceptez que le Social Media puisse n’avoir aucun intérêt d’un point de vue “front-page”…
    …et que celui-ci puisse être un levier formidable en back !
    ex : quel intérêt pour des ingénieurs de haut vol qui ne sont que 50 à se comprendre sur un sujet d’ouvrir un “blog” accessible par le quidam alors que vous pourriez les impliquer “socialement” à travailler par exemple lors de webinars. C’est aussi ça, le média social…
  8. certifiez certains engagements “metrics”
    - le but n’est pas de donner un chiffre d’audience (vous mentiriez) mais d’expliquer quels indicateurs vous allez considérer. Mettre en place un cadre d’analyse est simplement un moyen de réassurance et de création de consentement sur des objectifs communs
  9. pensez différents “scénarios”
    - vous travaillez sur de la matière humaine. De même qu’en publicité (oh l’insulte !) les teams créatifs proposent souvent plusieurs pistes créatives, vous devez vous aussi en Social Media Marketing proposer plusieurs voies. Parce que vous n’avez pas la science infuse de l’opinion et parce que vous travaillez en “collaboration” avec le client. Chose que les ergonomes du web (les Talibans ? :p ) ont tendance à oublier
  10. expliquez qui fait quoi
    - vous savez ce que c’est, vous, un community manager ? bah moi non plus, comme ça. Alors expliquez qui ferait quoi dans votre projet
    - donnez les CV des gens : surtout si vous travaillez pour des ingénieurs

La liste est à étoffer !

Alors à votre bon coeur…


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Lilzeon 1524 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines