Magazine

PJ Harvey à l'Abbaye de Neumünster

Publié le 14 juillet 2011 par Paulo Lobo
Deux concerts en deux soirs successifs, et deux impressions différentes. Les deux spectacles se déroulaient en plein air, dans le cadre du festival Omni à l'Abbaye Meumünster. Un décor naturel extraordinaire, avec l'immense rocher en arrière-plan, qui en lui-même magnifiait déjà l'ambiance.
Mardi soir, Manu Chao et La Ventura. Concert sold out, température estivale, une masse de gens emplissait le parvis, beaucoup de couleurs, beaucoup de gens cool avec de jolis chapeaux colorés, un peu flower power mais pas trop, ils sentent bon le voyage et les amitiés intercontinentales. Tout le monde danse. Manu Chao joue à fond la carte du rock très cru, électrique, punchy, il enchaîne les morceaux avec une énergie folle, on y perd un peu en profondeur de message mais on y gagne en puissance. Le public semble ravi. Moi je reste un peu sur ma faim, je m'attendais à plus de surprises et de subtilité. Mais la soirée est belle quand même, l'air est agréable à respirer et il est gratuit, je suis avec Nancy et Joel et, pour une fois, je n'ai aucun appareil photo: je me sens léger et décontracté, je suis ensemble avec les autres et non pas en aventure solitaire. Il n'y a pas d'autres images à faire que celles qui impressionnent mon esprit...
Hier soir, mercredi, changement de monde. Le thermomètre a piqué du nez, au moins dix degrés vers le bas, le ciel est gris et tourmenté, on craint une averse. Les éléments se sont-ils mis d'accord pour être au diapason de l'étrange artiste qui va faire le show tonight?
Je jette un coup d'oeil sur les gens qui seront les spectateurs compagnons de l'occasion. Ils se déclinent plutôt en sombre et cheveux courts. En général, bien sûr. Je m'interroge, ce sont les fans, que me racontent déjà ces fans sur la musique à venir, qui suis-je, d'où viens-je, où vais-je ? PJ Harvey, s'appele la donzelle et je confesse que je ne la connaissais pas. De nom, certes, tant d'articles ont fait son éloge dans mes mags habituels. Mais je n'ai jamais vraiment écouté ses albums, pourquoi, je n'en sais rien, occupé à autre chose, probablement. Mea culpa. 21h00. La fille tout en noir avec le drôle de chapeau à plumes fait son apparition sur scène. Ce soir, je suis revêtu d'une mission dûment accréditée. Avec les autres photographes, on investit la front row et pendant les trois premières chansons, on mitraille joyeusement le personnage derrière le micro qui à première vue semble un peu réservé et froid. Mais en même temps que je presse le déclencheur, je tends l'oreille et je suis agréablement séduit. Voix superbe, chansons méandreuses très bien écrites, musiciens excellents. Passé la séance shooting, qui ne semblait guère enthousiasmer la modèle, je me fonds dans la foule, je retrouve deux amis et je me donne à PJ pour le reste de la nuit.
Vraiment, des compositions fascinantes, une musique lyrique et maîtrisée, sombre sur les bords, expérimentale parfois, intelligente toujours, elle me fait penser à des artistes que j'aime beaucoup, Kate Bush, David Sylvian, Björk, Smashing Pumpkins... tout en restant complètement originale. Bien sûr me vient aussi à l'esprit le concert de la jeune Anna Calvi il y a quelques mois. Anna Calvi que l'on a tellement comparée à PJ Harvey... Pour ma part, aucun doute, je trouve mille fois plus de bonheur dans cette prestation de l'aînée. Il y a des histoires, des paysages sonores, une voix organique, capable de toutes les pirouettes, mais qui se tend comme un arc prêt à lâcher. Des morceaux courts mais intenses, ébouriffants toujours, je suis subjugué.
Un concert-révélation, j'ai hâte d'acheter le récent album.

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Paulo Lobo 1390 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte