Magazine Culture

[Chronique] L’enfant des neiges de Marie-Bernadette Dupuy

Par Lunerousse

Un nouveau roman, une nouvelle histoire, de celle qui est en passe de devenir ma nouvelle auteur favorite : Marie-Bernadette Dupuy.
J’ai dévoré ce livre tout comme j’avais dévoré Les fiancés du Rhin, et de savoir que ce livre n’est que le premier de trois tomes me fait vraiment très plaisir.

L'enfant des neiges

Quatrième de couverture :

Janvier 1916. Stupéfaction dans le village de Val Jalbert! Une religieuse découvre un bébé abandonné dans ballot de fourrure, sur le perron enneigé du couvent-école. D’où vient ce poupon aux yeux si bleus, qui porte le nom de Marie-Hermine, comme en témoigne une courte lettre cachée dans ses vêtements ? L’enfant sera élevée et instruite par les soeurs du Bon-Conseil et souvent confiée à une jeune voisine, Elisabeth Marois. Dotée d’une voix exceptionnelle, au fil des années, l’orpheline gagne le surnom de « rossignol des neiges ». Grâce à son talent, elle fera la fierté du village ouvrier pourtant condamné à l’abandon.

A propos de l’histoire :

Marie-Hermine, bébé d’un an, est abandonnée sur les marches du couvent-école de Val-Jalbert. D’abord destinée à entrer à l’orphelinat de Chicoutimi, puis à une soeur prête à romprer ses voeux pour devenir la mère de l’enfant, elle sera finalement sous la tutelle du couple voisin du couvent, Joseph et Elisabeth Marois.
Val Jalbert connait d’abord le triste sort des conséquences de la grippe Espagnole et s’en relève tant bien que mal, mais ensuite, c’est l’usine de pâte à papier, dite « la pulperie » qui ferme ses portes et oblige les villageois ayant survécu au fléau de la grippe d’immigrer ailleurs afin de pouvoir continuer à travailler.
De son côté, Marie-Hermine est bien décidée à ne jamais quitter ses prairies et ses cascades, berceau de son enfance, dans l’espoir que ses parents reviendront un jour la chercher… .

Mon avis :

Encore une fois, Marie-Bernadette Dupuy mêle avec brio l’histoire géographique et la romance. En nous parlant de Val Jalbert, nous abreuvant régulièrement de faits réels et de précisions sur les détails historiques et géographiques, il s’agit plus que d’une simple romance.
Plus je lis de livres de cet auteur, plus je me rends compte qu’elle suit un schéma plus ou moins précis : une petite fille, une enfance qui connait beaucoup de déboires, une adolescence où cette fille découvre l’amour, l’amour qui n’est pas forcément pour tout de suite, des épreuves à passer, avant de connaître enfin le bonheur et la paix.
Beaucoup de livres suivent ce schéma, mais Marie-Bernadette Dupuy manie la plume de telle façon que, même si on se doute de la construction de l’histoire, on ne se doute jamais de ce qui va se passer dans les pages suivantes. Et L’enfant des neiges n’échappe pas au style bien confirmé de l’écrivain.

J’ai beaucoup aimé toutes ces explications sur les traditions québecquoises et notamment la fabrication du sirop d’érable. La « surprise » que les Marois avaient réservé à Marie-Hermine m’a beaucoup amusée, j’ai trouvé ça original.
J’ai énormément apprécié également de découvrir des tas de chansons, comme dans d’autres livres de Marie-Bernadette Dupuy d’ailleurs.


Filed under: Lunerousse et ses livres Tagged: Belgique Loisirs, chansons, enfant, livre, Marie-Bernadette Dupuy, Québec, roman, voyage

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Lunerousse 24 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines