Magazine Cinéma

A L'Intérieur

Publié le 18 juillet 2011 par Olivier Walmacq

a_l_interieur_2006_1

genre: horreur, gore (interdit aux - 16 ans)
année: 2006
durée: 1h25

l'histoire: Depuis la mort tragique de son mari dans un accident de voiture, Sarah vit seule et elle est enceinte. Dans sa maison, tout est calme. Jusqu'au moment où quelqu'un vient frapper à sa porte.

la critique d'Alice In Oliver:

Depuis le milieu des années 2000, le cinéma français se lance dans le genre gore et horrifique. On doit cette tendance avec le film d'Alexandre Aja, Haute Tension, qui a définitivement lancé les hostilités.
Depuis, peu de films ont réellement convaincu, même si on retiendra le superbe Martyrs, de Pascal Laugier. 
A L'Intérieur, réalisé par le duo Julien Maury et Alexandre Bustillo en 2006, veut lui aussi marquer les esprits.

__l_int_rieur

Mission réussie ? Oui et non. Certes, A L'Intérieur délivre largement la marchandise et a le mérite de planter son décor dans un lieu unique, une maison isolée. Ensuite, le film enchaîne sur une confrontation pour le moins sanglante.
Attention, SPOILERS ! Sarah vit seule dans sa maison et elle est enceinte. C'est aussi une jeune femme qui vit dans le deuil et dans la douleur depuis la mort tragique de son mari dans un accident de voiture.

Alors qu'elle s'apprête à fêter Noël dans la solitude et le chagrin, une étrangère vient sonner à sa porte. La jeune femme parvient à s'introduire dans la demeure. Elle est armée d'un couteau et a bien l'intention de faire subir les pires tortures à Sarah. Voilà pour les hostilités. Certes, on sent que Bustillo et Maury ont été nourris par certaines références peu ragoûtantes en la matière, les deux réalisateurs délivrant largement la dose en matière d'hémoglobine.

A_l_Interieur3

Pour celui qui veut assister à une véritable boucherie, A L'Intérieur devrait largement répondre à ses exigences.
Malheureusement, malgré de bonnes intentions, les espoirs suscités s'arrêtent bien là. La faute revient indéniablement au scénario, bourré d'incohérences.
Ensuite, on se demande où les deux cinéastes veulent en venir avec cette histoire de vengeance, plutôt banale au passage.
Reste le duo d'actrices, Alysson Paradis et Béatrice Dalle, plutôt surprenantes et totalement engagées dans cette péloche gore et horrifique.
Faute d'être la claque annoncée, A L'Intérieur ouvre la voie au cinéma gore français, dans un genre souvent casse-gueule, certaines productions tournant dans le vide et le ridicule.

Note: 11.5/20


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Olivier Walmacq 11545 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines