Magazine Culture

La petite marchande de prose

Par Papote

9782070403684Etrange... Bizarre... Bref, ce livre déroute.
D'abord parce qu'on ne s'attend pas à ce mélange des genres au sein d'un même livre. On alterne entre roman social, roman policier voire thriller, roman sentimental et roman absurde (oui, je sais, c'est une nouvelle catégorie mais je ne vois pas comment définir autrement certains aspects de ce roman).

Ensuite, parce qu'au fil des pages on a envie de colleter Daniel Pennac en lui demandant d'arrêter un tout petit peu de partir dans tous les sens avec ses histoires qui se superposent, se suivent, s'entrechoquent. On ne sait plus ce qui est détail ou fondamental et puis, finalement, on rentre dans le moule et on attend que ça se passe.

Enfin, parce que je l'ai lu pendant ma semaine à la campagne et que, si j'avais fait le résumé à ce moment-là, il serait sans doute complètement différent qu'aujourd'hui, quant à ce que j'en ai retenu et quant à mon sentiment.

C'est donc l'histoire de Benjamin Mallaussène, jeune homme en charge de tous ses frères et soeurs, qui accepte de jouer le rôle d'un écrivain à succès qui tient absolument à rester anonyme sauf que la supercherie tourne mal.
Je ne tiens pas tellement à vous en raconter plus pour vous laisser le plaisir de la découverte...
En revanche, je peux vous dire qu'on y parle beaucoup d'amour et de dévouement fraternel. C'est une belle histoire familiale.
Je peux vous dire aussi que c'est une belle histoire d'amour tout court, avec tout ce à quoi l'amour peut vous pousser : rupture, vengeance, retrouvailles.
Il s'agit également d'un roman policier, voire même tendance thriller, tellement les crimes s'enchaînent de façon énigmatique ou pas tant que ça, mais, si, finalement, c'est énigmatique quand même !
Il s'agit aussi un peu d'une histoire sociologique, sur les délits de faciès, sur les méthodes carcérales, sur les rapports humains.

Au final, par moments, j'étais tellement déroutée, tellement perdue que cette lecture me fatiguait et puis, par moments, je me laissais complètement embarquer dans cet univers très particulier.
Il y a une dizaine de jours, je vous aurais dit que le livre était sauvé par les 40 dernières pages. Aujourd'hui, j'aurais tendance à dire que les 40 dernières pages sont un peu en deçà du reste...

Etrange... Bizarre...

A bientôt !

La Papote


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Papote 9759 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines