Magazine Cinéma

Humains

Publié le 19 juillet 2011 par Olivier Walmacq

humains

genre: horreur (interdit aux - 12 ans)
année: 2008
durée: 1h25

l'histoire: Le Professeur Schneider et son fils partent dans les Alpes suisses enquêter sur une découverte scientifique qui pourrait remettre en question toute la filiation de l'espèce humaine. Le voyage va prendre une tournure inattendue.

la critique d'Alice In Oliver:

Depuis quelques années, le cinéma français se lance dans le genre fantastique, gore et horrifique. Il semble que le film Haute Tension, d'Alexandre Aja, ait influencé de nouveaux auteurs. Ensuite, le cinéma français tient quelques références, entre autre, Martyrs, de Pascal Laugier.
A partir de là, de nouvelles productions voient le jour et tentent de percer au cinéma.

hum03

C'est le cas d'Humains, réalisé par le duo Jacques-Olivier Molon et Pierre-Olivier Thévenin en 2008. Visiblement, les deux cinéastes ont été marqués par certaines productions américaines de qualité.
On pense notamment à The Descent, de Neil Marshall. La seule différence, et elle est de taille, c'est que Humains ne se déroule pas dans une grotte inconnue et mystérieuse, mais dans la forêt du coin...

Après les goules assoiffées de chair humaine, ce sont des hommes préhistoriques qui viennent déranger la promenade de quelques scientifiques dans les Alpes suisses. Telle est la révélation saugrenue d'Humains: les hommes préhistoriques ne sont pas morts ! Et non ! Pire encore, ce sont de véritables barbares qui sévissent dans la forêt, leur existence étant évidemment entourée du plus grand mystère !

hum05

Première question: comment peut-on croire en un scénario aussi ridicule ? Malheureusement, le désastre ne s'arrête pas là...
Seconde question: comment peut-on espérer le succès avec un acteur tel que Lorant Deutsch ? Il faut bien reconnaître que l'acteur, au look de Dartagnan version anorexique, ne pèse pas grand chose face à des hommes préhistoriques soi-disant sauvages et sanguinaires.

hum06

Toutefois, le reste du casting ne fait pas beaucoup mieux: entre Sarah Forestier qui ne sert à rien, et ce pauvre Dominique Pinon qui se demande ce qu'il fout dans cette production foireuse, le film peine à mettre en valeur ses acteurs.
Ne parlons même pas du scénario, totalement incohérent. Sans compter les hommes préhistoriques de service, complètement foireux.
Bref, Humains risque de laisser une grande cicatrice dans le cinéma horrifique français, qui tente désespérement de trouver sa place depuis une petite dizaine d'années. Pas sûr que le cinéma française se remette d'un tel désastre...

Note: pas envie de noter ça...


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Olivier Walmacq 11545 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines