Magazine Voyages

En route pour le Moyen Orient.

Publié le 20 juillet 2011 par Zoover @Zoover_France

Moyen-OrientRégion souvent tourmentée politiquement, le Moyen-Orient reste tout de même une destination appréciée des touristes. Une région au carrefour de différentes cultures qui fait sa richesse.

Eric et Lydia, nos deux expatriés français sont venus s’installer au Bahreïn en Décembre dernier. Eric travaille en Arabie Saoudite à Al Khobar et traverse donc le pont reliant les deux pays tous les jours pour aller au bureau.

Le Bahrein attire les hommes d’affaires, les voyageurs en correspondance ainsi qu’une clientèle d’expatriés curieux. Cet archipel composé de 36 îles dans le golfe persique au large de l’Arabie saoudite, cache bien des surprises. L’Arabie Saodite, quant à elle, qui couvre une grande part du Rub Al Khali, le désert le plus aride du monde est présentée comme une nation contemporaine peu accessible aux visiteurs. Laissons Eric et Lydia nous en dire plus sur ces deux destinations si proches géographiquement et pourtant tellement différentes…

Pourriez-vous vous présenter en quelques mots?

moyen-orient

Eric, Lydia et leurs enfants

ERIC – Bonjour, je m’appelle Éric, j’ai 35 ans et je travaille dans le secteur de l’énergie, je n’entrerai pas trop dans les détails de mon poste car c’est un peu laborieux à expliquer, mais disons que je suis cadre commercial. Nous habitions jusqu’à Décembre de l’année dernière en banlieue parisienne (78) avant de nous installer ici, suite a une opportunité professionnelle proposée par ma société.
LYDIA - Bonjour je m’appelle lydia , je suis un peu plu âgée, maman de 4 enfants dont 2 grands adolescents restés en France pour leurs études. Je travaillais avant de venir au Moyen-Orient dans le domaine bancaire et suis actuellement en congé sabbatique.


Pour quelle(s) raison(s) avez-vous choisi de vous installer à Bahreïn?

ERIC – A vrai dire, c’est arrivé par hasard ! Ma société m’a proposé un poste au Moyen-Orient et au début des discussions, la localisation n’était pas vraiment claire. En effet, le siège social de la région se trouve à Dubaï, mais nos plus gros clients se trouvent en Arabie Saoudite. Au fil du processus de recrutement, il a été convenu que j’allais travailler en Arabie Saoudite pour être plus proche de nos clients stratégiques. Bien entendu, j’ai accepté en posant la condition de vivre au Bahreïn. En effet, l’Arabie Saoudite est un pays assez strict pour ne pas dire restrictif du point de vue d’un européen. Pour moi, il était important dans ce genre d’aventure que Lydia et les enfants se sentent bien et s’adaptent rapidement. En parcourant les forums et blog d’expatries au Bahreïn (beaucoup en anglais) nous avons rapidement été séduit par ce pays et les nombreux retours positifs. C’est d’ailleurs aussi par ce biais que nous avons fait la connaissance d’un expatrié avant même d’arriver au pays. Durant toute cette période de négociations et d’entretiens, j’ai systématiquement consulté Lydia pour avoir son avis, c’était vraiment très important pour moi car ce n’est pas une aventure en solitaire, mais bien un projet familial.
LYDIA – Nous avons toujours eu l’envie de tenter l’expatriation, Il s’est présenté cette opportunité au Bahrein donc nous avons suivi. Mais cela aurait pu être très bien un autre pays.

Seef_bahrein

Seef - Bahrein

Avez-vous prévu de revenir dans l’hexagone?
ERIC
– Non, pour le moment il n’est pas question de revenir, dès le départ on avait envisagé une expatriation de plusieurs années, sans que la durée soit bien précise. Bien entendu, cela dépend aussi du contexte économique local, ma société peut très bien décider de mettre fin à mon contrat, et ce, à n’importe quel moment, c’est un des risques de l’expatriation. Sinon, je me plais beaucoup ici et j’ai l’impression que Lydia et les enfants également. D’ailleurs, c’est désormais ici que nous habitons et on aime a dire a notre famille que chez nous c’est le Bahreïn. Cependant, ma société nous paye un billet aller-retour par an. Donc on ne retournera en France que pour revoir nos proches.
LYDIA – Ce n’est pas dans nos projets de rentrer, nous nous plaisons beaucoup ici et nous pensons déjà qu’il serait difficile pour nous de revenir, alors on pense plutôt qu’après le Bahrein, ça sera un autre pays.
Quel(s) obstacle(s) / difficulté(s) avez-vous rencontré lors de votre arrivée au Bahreïn?
ERIC – Pour ma part, le plus dur n’a pas été d’arriver au Bahreïn, mais d’arriver seul en Arabie Saoudite. En effet, j’ai du partir en éclairage un mois plus tôt, j’ai donc commencé à travailler ici en Décembre 2010. Lydia et les enfants m’ont rejoint en Janvier 2011. Les formalités administratives en Arabie Saoudite sont un vrai casse tête, vous êtes dépendant de votre sponsor (c’est celui qui se porte caution de vous et vous aide dans vos démarches pour obtenir vos papiers de résident). Globalement, certaines démarches qui peuvent nous paraitre simples en France comme ouvrir un compte en banque, demander une carte Visa ou faire transférer son permis de conduire, est très compliqué en Arabie Saoudite. Pour ce qui est du Bahreïn, c’est encore une autre histoire. En effet, le fonctionnement est assez proche, mais ici vous avez des agences qui sont spécialisées dans la gestion de vos démarches administratives. Mais encore aujourd’hui, nous n’avons toujours pas nos permis de résidents bahreïnis, et tous les 15 jours nous devons traverser le pont qui rejoint l’Arabie Saoudite pour renouveler les visas touristiques de Lydia et des enfants.
LYDIA – Les difficultés au bahrein , je n’en vois pas trop, à part peut être une conduite sur la route un peu « spéciale ». En revanche en Arabie Saoudite l’adaptation est moins évidente car les hommes et les femmes ne se mélangent pas. Pour des occidentaux ce n’est pas évident car des gestes normaux pour nous sont interdits ou mal vus là bas. Par exemple une simple poignée de main pour dire bonjour n’est pas bien vue entre sexes opposés et moi en bonne commerciale j’ai la poignée de main facile! On ne regarde pas un homme dans les yeux, on laisse son mari parler , on ne tient pas la main de son mari dans la rue et on ne l’embrasse surtout pas en public. Une femme ne se promène pas seule et ne conduit pas. Pas de cigarette non plus dehors pour une femme. La police des mœurs veille au grain dans la rue …. ou même quelqu’un peut vous dénoncer s’il trouve votre comportement inconvenant. Il y a aussi le port de l’abbaya et du voile qui a été dur dans les tous premiers temps mais on s’y habitue très vite.

Qu’est ce qui vous a le plus marqué lorsque vous êtes arrivés sur place?

World_trade_center,_Manama

World Trade Center, Manama - Bahrein

ERIC – Ce qui m’a le plus marqué ici c’est le nombre important de travailleurs Indiens, Pakistanais et philippins. Ils occupent bien souvent des postes demandant peu de qualification (vendeurs, techniciens de surface, mécaniciens etc…). D’ailleurs, ce qui m’a beaucoup surpris c’est qu’ils sont très peu considérés par la population locale car étant de la « petite » main d’œuvre. Ils sont souvent sous-payés et mal logés. En Arabie Saoudite, il y a même une sorte de caste sociale, si vous êtes philippin, bengali ou indien, vous faites partie du bas de l’échelle sociale. En revanche le haut de la pyramide est dominé par les occidentaux. C’est assez injuste comme concept. Juste pour illustrer, dans l’école de conduite, vous avez une fille d’attente pour les Indiens, bengali et philippins puis une fille pour les locaux que les occidentaux peuvent également utiliser (mais ca, je ne l’ai su que plus tard, n’étant pas au courant, j’ai fais la queue avec les indiens).
LYDIA – Le mélange de modernité et de traditions. et aussi l’impression que le stress n’existe pas ici.

Vous vivez tous les deux au Bahreïn et Eric travaille en Arabie Saoudite. Ce ne doit pas être facile tous les jours de naviguer entre deux pays ?
ERIC – Oui en effet, tous les jours, je dois emprunter le pont de 27km qui relie les deux pour aller à mon bureau situé à Al Khobar. Quand tout va bien, je mets 45 minutes pour faire la jonction. En revanche, pendant les périodes de vacances, il m’arrive de mettre jusqu’à 3 heures pour traverser le pont… Au niveau du contrôle aux douanes, c’est plutôt rapide, il y a beaucoup plus de voies d’ouvertes (contrairement à quelques années en arrière, d’après mes collègues). D’autre part, les weekends saoudiens sont décalés par rapport au Bahreïn. En effet, en Arabie Saoudite le weekend comment Jeudi et se fini Vendredi. Au Bahreïn, ca commence Vendredi pour se finir Samedi. Heureusement que les enfants n’ont école que le matin, ça me permet de profiter de toute la famille une journée et demie.
LYDIA – Pour ma part je ne vais en Arabie Saoudite que certains week- end donc c’est gérable

Quelles différences culturelles avez-vous remarqué entre le Bahreïn et l’Arabie Saoudite ?

barbie_moyen_orient

Barbie du Moyen Orient

LYDIA – le Bahreïn est beaucoup plus ouvert et accueillant. On sent moins les différences entre les nationalités. Au Bahreïn, la femme est beaucoup plus émancipée, elle conduit, travaille. En Arabie saoudite l’alcool est interdit ainsi que la viande de porc. Au Bahreïn le mode de vie est plus à l’occidental (restaurants, bars, discothèques, cinéma …) D’ailleurs beaucoup de saoudiens viennent au Bahreïn le week-end, c’est leur bulle d’oxygène. Les bahraini sont souriants et curieux de savoir d’où vous venez alors que les saoudiens (en tous cas les hommes) vous ignorent royalement.
ERIC – Je pense que tout est dit, je rajouterais peut être qu’une des différences flagrantes c’est la façon dont la vie en Arabie Saoudite est rythmée par les prières. En effet, il y a 5 prières par jour, qui durent entre 15 et 30 minutes. Au moment de la prière, tous les magasins ferment et tout le monde part prier. Au bureau c’est pareil. Je fus surpris la première fois que je voyais les collègues partir pour prier… Au Bahreïn, même au moment du culte, les magasins restent ouverts.

Vous avez consacré un article sur votre blog titré « les raisons qui nous font moins aimer le Moyen Orient » révélateur d’une certaine nostalgie pour la France et se qu’elle peut offrir comme cadre de vie. Si vous habitez encore au Bahreïn, cela signifie que beaucoup de choses vous plaisent dans l’archipel. Pouvez-vous nous donner cette fois-ci les « raisons qui vous font aimer le Moyen-Orient » … ?
ERIC – Lydia a ajouté un article qui liste toutes les raisons qui nous font aimer le Moyen Orient. Pour ma part, je dirais que globalement le cadre de vie est vraiment super. Il y a du soleil quasiment tous les jours (et ca joue beaucoup sur le métabolisme), les locaux sont très accueillants, nous avons gagné en qualité de vie et étant curieux tous les deux, nous apprenons beaucoup sur la culture locale ainsi que des richesses de leur patrimoine.
LYDIA – oui je ne vais pas répéter tous les points de mon article car c’est long mais notre qualité de vie s’est vraiment améliorée (climat, paysage, logement, services). Je suis beaucoup moins stressée qu’en France; ici les gens prennent le temps de vivre !

fast_food_arabie_saoudite

Fast food en Arabie Saoudite, section famille avec des rideaux pour plus de discrétion...

La cuisine au Bahreïn (plus généralement au Moyen-Orient) diffère en tout point de la cuisine traditionnelle française. Avez-vous une spécialité culinaire que vous adorez et que vous souhaiteriez nous faire partager ?

ERIC – Sans aucun doute, pour moi c’est le Um Ali et le Byriani. Le premier est un dessert à en tomber par terre, d’ailleurs, Lydia a appris la recette est s’est lancée dans le Um Ali fait maison pour mon grand bonheur. Le deuxième est un plat a base de riz et de poulet, le tout est assez relevé. Globalement, ici les plats sont très épicés, et il y a beaucoup d’influence indienne. Mais comme j’aime les plats épicés, ca me va très bien !
LYDIA – Pour l’instant on remarque que la cuisine bahraini est beaucoup inspirée du liban (taboulé, fallafel, houmous…) L’île accueillant beaucoup d’indiens, pakistanais ou sri lankais , la cuisine indienne est vraiment présente partout (byriani, curry de bœuf ou de volaille , nan..) Sinon on trouve beaucoup de grillades également. Je rejoins Eric pour la spécialité culinaire favorite c’est sans conteste le Umm Ali (ou Oum Ali), sorte de pudding fait à base de croissants et de lait vanillé avec des fruits secs. c’est un dessert égyptien à l’origine.

Um_ali

Um Ali

Byriani

Byriani

Bahreïn est un petit pays par sa superficie (665 Km²) mais compte plus d’un million d’habitants dont plus d’une moitié d’expatriés. Connaissez-vous les raisons d’un tel engouement ?
ERIC – A vrai dire, Bahreïn est vraiment un endroit à découvrir où il fait vraiment bon d’y vivre, surtout pour une famille. Nous trouvons ici des infrastructures modernes, c’est propre, les gens prennent le temps et la météo est agréable (à l’exception de l’été où la température peut attendre les 50 degrés avec 90% d’humidité). Nous avons fait beaucoup de recherche sur les forums avant de prendre notre décision, et nous n’avons jamais lu un seul retour négatif sur le pays ! Vous trouverez des tas d’endroits à visiter, des tas de restaurants proposant des spécialités de tous les continents. Il y a des cafés/bars, des cinémas, des bowlings, un zoo, des parcs d’attraction… En plus, tout est vraiment fait pour vous faciliter le quotidien comme par exemple le fait de pouvoir se faire livrer n’importe quoi, de pouvoir faire ses courses chez l’épicier du coin sans avoir a descendre de votre voiture etc etc… Beaucoup d’expatries emploient également une domestique qui ici coute 340 Euros par mois et qui est à votre service en permanence. Lydia préfère gérer les tâches ménagères elle-même.
LYDIA – Il faut savoir que dans les 50% d’expatriés, la plupart sont des « petites mains » qui viennent de l’inde, du bengladesh, du pakistan et des philippines (pour ne citer que les principaux immigrés). Je pense que ces gens-là c’est surtout le travail et des conditions de vie un peu moins misérables qui les ont poussé à venir au Bahreïn. Ils envoient tous de l’argent dans leur pays et à leur famille, beaucoup d’hommes sont venus seuls. Pour le reste , les « westerns » comme on dit ici qui eux ont eu le choix, c’est le charme de l’ile et des ses habitants.

Plage_bahrein

Plage Bahrein

Quels sont les gestes de bonne conduite à adopter au Bahreïn / en Arabie Saoudite afin d’éviter l’incident diplomatique?
ERIC – Tout d’abord, il ne faut pas oublier que vous êtes dans un pays musulman, aussi tolérants que peuvent êtres les gens ici, il faut prendre soin de respecter la culture locale et ne pas choquer. Par exemple, il ne faut pas s’embrasser dans la rue ou avoir des contacts physiques un peu trop intimes. Vous ne vous ferez pas jeter en prison, mais c’est une question de respect (en Arabie Saoudite par contre vous risquez de vous faire sévèrement rappeler à l’ordre, voir la prison). Pour ce qui est de l’Arabie Saoudite en particulier, le port de l’abbaya est obligatoire pour les femmes. Une femme ne peut pas se promener seule dans la rue ou dans les centres commerciaux. Certaines villes sont plus tolérantes, c’est le cas d’Al Khobar. Ainsi, j’ai pu voir des couples se tenir la main ou le mari prendre sa femme par l’épaule. Par ailleurs, Lydia a pu aller librement dans le supermarché accompagnée des enfants. De même, vous pourrez croiser des femmes expatriées qui font du shopping seules dans les mall. Autre chose à savoir également en Arabie Saoudite, ne prenez jamais de photos des locaux, sauf si vous avez leur accord. Dans les mall, les photos sont interdites… Là encore, il existe des mall plus tolérants que d’autres. J’ai déjà vu des étrangers se prendre en photo dans les mall, mais en règle générale, et si vous avez un doute, abstenez-vous. Pour ce qui est du Bahreïn, je vais plutôt laisser Lydia s’exprimer, le point de vue d’une femme sur se sujet est plus intéressant car les restrictions les touchent plus que les hommes.
LYDIA – Les règles de bonne conduite d’un point de vue vestimentaire: pas de décolleté; de choses transparentes, les shorts ou jupes aux genoux et éviter d’avoir les épaules dénudées. Pas de bikini sur les plages publiques à priori (j’ai pas encore testé)
Au volant: ne pas faire de geste obscènes, s’énerver ou Klaxonner avec insistance. Rester courtois
Tolérance zéro pour l’alcool au volant. direct en prison si vous provoquez un accident en ayant bu.
Pas de démonstrations affectives, ici il n’y a pas de police des mœurs mais cela peut choquer

Racontez-moi votre meilleur et votre pire souvenir?
ERIC – Mon meilleur souvenir fut le jour où nous nous sommes installés dans notre maison, nous avons pris un verre avec Lydia dans notre jardin, et nous réalisions que notre projet s’était enfin concrétisé après de longs mois de négociations, de réflexions et d’attente. Le pire souvenir fut le jour où j’étais coincé en Arabie Saoudite car ils avaient fermé le pont pour faire passer les convois militaires lors des manifestations. Je ne savais pas combien de temps le pont allait être fermé, Lydia et les enfants étant de l’autre coté…
LYDIA – Mon meilleur souvenir, ce sont plutôt des impressions de tous les jours comme quand je vais chercher mes enfants à l’école en voiture et que je passe devant le world trade center (La tour la plus connue avec les éoliennes au milieu) et qu’ensuite je longe la mer en écoutant de la musique arabe . là je me dis ça y est j’y suis au moyen orient et j’y vis!
Mon pire souvenir, c’est la première fois que je suis allée en Arabie Saoudite (en arrivant du Bahreïn par le pont) , c’était la première fois que je portais l’abbaya et le voile et j’ai dû traverser à pied toute la barrière de péage des postes frontières, avec plein de monde bien sûr, pour aller de l’autre côté de la voie(pour faire faire mes empruntes) avec un vent à décorner un taureau. Un grand moment de solitude …

Depuis que vous habitez au Bahreïn et travaillez en Arabie Saoudite. Je suppose que vous avez eu l’opportunité de découvrir les deux pays. Quel(s) lieu(x) vous a particulièrement conquis?

Mosquée, Buddaya - Bahrein

Mosquée, Buddaya - Bahrein

ERIC – Malheureusement, je n’ai pas eu le temps de visiter autant que Lydia, mais la semaine dernière, nous sommes allés faire du bateau avec des amis Canadiens et j’ai trouvé la Marina magnifique. Dans les monuments, j’avoue que la Grande Mosquée du Bahreïn est magnifique, il faut absolument que je visite l’intérieur. J’aimerai beaucoup visiter le Fort avec Lydia et les enfants. Sinon côté Saoudien, à dire vrai, je n’ai pas non plus eu l’opportunité de beaucoup visiter le pays. Mon seul « gros » déplacement en Arabie Saoudite fut professionnel et j’ai visité une raffinerie… Sinon, nous sommes également allés à Dubaï, et j’ai beaucoup aimé le spectacle de jets d’eau au pied du Burj Khalifa, la plus haute tour du monde.
LYDIA – L’Arabie Saoudite à l’air très belle et vaste … mais je suis conquise par le Bahreïn

Comment sont ressentis les récents événements qui ont touché l’archipel et plus généralement le monde arabe ces derniers mois ? De votre côté, comment vivez-vous la situation ?
ERIC – Tout d’abord, il faut savoir que le monde arabe est constitué de plusieurs courants, les Chiites et les Sunnites. En fonction de la personne avec qui vous discutez, vous aurez probablement des points de vue différents. Côté Saoudien, le Bahreïn est en plein chaos et ils sont bien entendu majoritairement derrière la dynastie régnante. Coté chiites bahreïni, ils ont le sentiment de ne pas être sur le même pied d’égalité que les autres et revendiquent leur droits. Un des faits marquants avec les manifestations au Bahreïn, c’est que les Saoudiens ont été interdit de passage au Bahreïn, et ce filtre a été instauré par les autorités Saoudiennes elles mêmes. En effet, il existe une communauté chiite vivant en Arabie Saoudite. Officiellement, c’est pour la sécurité des ressortissants saoudiens. Globalement, les gens évitent de parler des événements en prenant trop position. Pour notre part, en tant qu’expatriés occidentaux, nous n’avons aucun souci au quotidien. Il y a des barrages policiers mais nous sommes vraiment considérés comme étant à l’écart de tout ce qui se passe. Du coup, nous passons sans aucun problème, de même que je n’ai vraiment rencontré aucun souci à passer la frontière au quotidien. Nous ne nous sommes pas sentis en danger même au plus fort des manifestations. Bien entendu, nous faisons preuve de vigilance, mais la vie est restée relativement normale pour nous. Les habitants sont toujours restés très accueillants et gentils.
Nous espérons seulement que tout ceci trouvera vite un dénouement pacifique et que la situation soit à nouveau aussi calme que nous l’avons connu à notre arrivée.
LYDIA – Nous sommes très tristes pour le Bahreïn et pour son peuple. Il faudrait que la situation se décante car sinon l’ile va souffrir d’un point de vue économique. En tant qu’expatriés, nous ne nous sentons pas du tout en danger et savons que les bahrainis ne s’en prendront jamais à nous. Dans le quotidien cela a été un peu pénible il y a quelques semaines quand les écoles ont fermées et que l’ambassade nous avais conseillé de ne pas bouger de chez soi. L’armée est présente partout sur l’ile avec des tanks et des blindés mais bon c’est une question d’habitude, tout comme les tirs que l’on entend le soir dès fois et les hélico qui tournent.

> Accès direct au blog d’Eric et Lydia <

Envie d’en savoir plus ? N’hésitez pas à nous faire part de vos commentaires, remarques ou questions sur l’interview ou la destination sur notre blog, Fan Page Facebook ou directement sur notre site Zoover.fr.

Retrouvons-nous lundi prochain à la rencontre d’un autre expatrié. Dès mercredi prochain, participez au jeu de la photo-mystère : trouver quel pays ou quelle ville se cache derrière la photo publiée sur la Fan Page Facebook de Zoover. A vous de jouer…!


=> Venez lire l’article sur « Dubaï et son extravagance architecturale !« 


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Zoover 1033 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine