Magazine Culture

Franchise postale

Par Apollinee

9782749108124FS.jpg

Pour cet autoportrait par correspondance, Pierre Richard s’est adjoint la complicité de Christophe Duthuron,  fan de l’acteur, au premier salto du berceau.

«  C’est donc tout  naturellement que, arrivé à la fac, j’ai ambitionné de faire un travail sur tes films. Je les plaçais désormais dans une filiation burlesque et m’intéressais à ta création, à ton personnage de Pierrot, solaire, celui-là, parachuté dans l’hostilité d’un monde absurde. »

Au départ des lettres « plus folles les unes que les autres » que le Grand Blond reçoit en sa boîte aux lettres noire, les compères concoctent des réponses  qui , sous le couvert de la plaisanterie et du fameux faciès farfelu et fécond qui nous est familier , se révèlent de vraies leçons de vie.

«  Je tiens, comme toi, la gravité pour une faute de goût »

«  J’ai appris à être égoïste à plusieurs » 

Treize lettres et leurs réponses qui  affranchissent un Pierre Richard du « jugement des autres »  et du regard résolument …distrait qu’on lui prête.

«  C’est toujours un peu triste, ces gens qui courent après leur image. Il est décidément bien dangereux d’avoir une trop haute idée de soi-même. Il arrive forcément un moment où l’on ne peut plus l’attraper. »

Apolline Elter

Franchise postale. Autoportrait par correspondance, Pierre Richard, Christophe Duthuron, Le cherche-midi, août 2010, 264 pp, 17 €


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Apollinee 3972 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines