Magazine Cinéma

Little Big Man

Publié le 01 août 2011 par Olivier Walmacq

Little_Big_Man_1969_2

genre: western 
année: 1970
durée: 2h20

l'histoire: L'histoire d'un visage pâle, partagé entre ses origines et sa famille d'adoption, indienne.

la critique d'Alice In Oliver:

Attention, chef d'oeuvre ! J'ai nommé Little Big Man, réalisé par Arthur Penn en 1970, un cinéaste qui s'est déjà fait connaître pour avoir signé le superbe Bonnie and Clyde. Arthur Penn s'attaque à nouveau à un sujet difficile puisqu'il revisite totalement le western.
Avec Little Big Man, Arthur Penn sort des sentiers battus et des clichés bien connus d'un genre confiné jusque-là dans le chasseur blanc, voire exterminateur d'indiens.

little_big_man

En un sens, Little Big Man peut se voir comme l'anti-John Wayne, un énorme fuck au gentil cowboy blanc, prêcheur de la bonne parole.
Avec Little Big Man, Arthur Penn réalise un film complexe, notamment à travers son personnage principal, Jack Crabb (Dustin Hoffman).
Le film commence par nous présenter un héros centenaire et se focalise sur son témoignage.

little_big_man_dustin_hoffman_faye_dunaway

Little Big Man retrace alors la vie de ce personnage atypique. Certes, Jack Crabb est un visage pâle, mais cet homme, petit par la taille mais grand par le coeur et l'esprit, va être élevé au sein d'une communauté indienne.
Voilà un joli paradoxe qui va poursuivre Jack Crabb jusqu'à la fin de sa vie. En un sens, Little Big Man pourrait se voir comme un western initiatique.

Pour cela, Arthur Penn nous décrit l'histoire extraordinaire d'un homme naïf, qui n'est pas sans rappeler Candide, le superbe ouvrage de Voltaire.
C'est peu ou prou le même traitement. Pour Arthur Penn, c'est surtout une occasion de balayer la conquête de l'Ouest par les blancs américains, présentés ici comme des êtres cruels, avides de pouvoir et d'argent.
Mais Arthur Penn s'en prend également à la société bourgeoise, confinée dans son intolérance.

little_big_man_indio

Pour cela, le cinéaste varie les plaisirs, son western oscillant entre humour, comédie, drame, film noir et tragédie.
Mais avant toute chose, Little Big Man est un récit pessimiste sur les hommes. Jack Crabb en gardera une certaine amertume.
Arthur Penn en profite également pour nous montrer un héros usé, fatigué, les traits tirés par son état de vieillard, mais conservant une certaine sagesse et philosophie sur la nature humaine.
Un superbe film !

Note: 20/20


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Olivier Walmacq 11545 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines