Magazine Culture

La Venise de Vivaldi. Patrick Barbier

Par Mango
La Venise de Vivaldi.  Patrick Barbier
J’ai pris beaucoup de plaisir à lire ce livre qui se propose de nous faire découvrir Venise au temps de Vivaldi (1678/1741),  en  suivant de très près la vie et l’activité musicale de celui qu’on appelait alors «Le prêtre roux » et qui  se rendit célèbre en écrivant des concertos pour les jeunes filles des Hospices tout  en se montrant fils respectueux d’un père barbier et violoniste,  prêtre dévot mais  déserteur de messe  pour cause d’asthme  ou par commodités, ce qui lui valut bien des soucis, violoniste virtuose, compositeur  recherché et homme d’affaires  rusé et avisé. 
La ville, bien qu’en déclin politique et économique, vit cependant dans un éclat perpétuel de luxe, de plaisirs, de fêtes et de jeux qui attirent déjà comme aujourd’hui, une  foule cosmopolite qui s’éparpille du carnaval qui dure six mois  «aux réceptions des ambassades, de la basilique Saint-Marc aux grands théâtres d’opéra, des barcarolles sur les canaux à la musique des cloîtres.» Aîné de six enfants, Vivaldi est programmé pour  devenir prêtre, débouché logique alors dans les familles nombreuses. La Venise de Vivaldi.  Patrick BarbierA vingt-cinq ans, le voici prêtre et maître de violon à la Pietà, le plus célèbre hospice de Venise où l’on élevait des jeunes filles pauvres ou orphelines qui apprenaient avant tout à chanter divinement dans les chœurs des églises mais à qui il était ensuite interdit d’exercer leur art, une fois mariées ou au couvent. Toute infraction à cette règle injuste qui n’était réservée qu’aux filles entraînait la perte de la fameuse dot qui leur était accordée. A la fois orphelinats et conservatoires, quatre Hospices ou « Ospedali », participèrent à la renommée de la ville mais  seul celui de la Pietà où exerçait Vivaldi était réservé aux jeunes filles. On venait de toute part à Venise pour écouter ces chants angéliques des « filles du chœur».
La Venise de Vivaldi.  Patrick Barbier

Ce fut parmi elles que le jeune  peintre Tiepolo qui réalisait des tableaux pour l’église choisit sa femme Cecilia Guardi, remarquée à quinze ans, enlevée et épousée en secret deux ans plus tard. 
La Venise de Vivaldi.  Patrick Barbier
Autre particularité de la ville : le grand nombre d’églises et de couvents. Un adulte sur vingt est prêtre ou nonne et la musique tient une place de choix dans cette intense activité religieuse.  Pas de semaine sans fêtes religieuses mémorables. Pas de fêtes sans musique. Musiciens et  Compositeurs, très recherchés rivalisent de nouveauté et de virtuosité. Vivaldi, en tête. 

La Venise de Vivaldi.  Patrick Barbier
Pour qui aime autant la ville que le musicien,c'est un livre à ne pas manquer
Italianiste et musicologue, Patrick Barbier est professeur à l'Université Catholique de l'Ouest (Angers)  Il a publié, entre autres, une Histoire des castrats, une biographie de Farinelli et la «Vie quotidienne à l’Opéra au temps de Rossini et de Balzac»
La Venise de Vivaldi (Musiques et fêtes baroques)  Patrick Barbier ( Grasset, 2002, 291 p)
La Venise de Vivaldi.  Patrick Barbier
Quant au  film sur le même thème  associant Venise et Vivaldi, voir sa critique féroce ICI
Tableaux: Concert dans un Hospice vénitienLe Bucentaure de Guardi (Munich et Louvre), Arrivée d'un ambassadeur français, Tiepolo (Musée de l'Ermitage)
La Venise de Vivaldi.  Patrick BarbierJe participe avec ce billet au challenge d'Anne

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Mango 1361 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazines