Magazine Culture

LA crise

Publié le 15 août 2011 par Dubruel

 Lu dans « Agoravox » :

Ce n’est pas LA crise mais un changement d’organisation

Alors que les médias et les "dirigeants" politiques nous rejouent pour la énième fois le film de "La crise", l'amplitude de cette crise et le manques de solutions ne sont-elles pas le signe qu'il s'agit en fait d'autre chose .. comme par exemple le changement d' organisation du monde ?

Jusqu'à présent, le monde était organisé "verticalement", en pays. On naissait et on appartenait à un pays, une zone géographique. Les pays déterminaient en grande partie les sauces économiques et culturelles auxquelles les membres de leur population allaient être mangés.

Et puis les moyens de transport, de communication se sont diablement améliorés.

Parallèlement, la fameuse "mondialisation" a rendu plus proches les gens qui se sont aperçus concrètement qu'ils se ressemblaient plus les uns les autres qu'ils le croyaient dans leur "imaginaire" : il existe les mêmes classes sociales dans toutes les parties du globe ; certaines strates de la population ont des intérêts culturels, économiques identiques dans toutes les parties du globe.

Les gens ont de plus en plus des accointances plus fortes avec des étrangers de même niveau social, de même type de travail. Ceci est valable pour les cadres (un cadre d' IBM en France est plus proche de son collègue aux USA ou en Chine que de l'employé de la boulangerie à 50 mètres de son logement) mais aussi pour les pauvres qui ne sont pas considérés "nationalement" mais comme "les pauvres" identiques dans leur misère de partout dans le monde (sauf dans quelques refuges culturels de l' himalaya ou autres contrées épargnées par CNN ;-)).

Qu'est-ce que le printemps arabe si ce n 'est le "soulèvement" de pauvres qui avaient les mêmes revendications dans différents pays et dont la prise de conscience d'avoir les mêmes problèmes (prise de conscience qui a donné l' énergie de le clamer) a pu se faire sans la logistique qui aurait été nécessaire il y a peu pour créer ces soulèvements dans différents endroits ?

Les dirigeants eux aussi sont "mondialisés" et ont la même culture, les mêmes normes (à savoir souvent des normes anglo-saxonnes qui déterminent la façon de penser uniforme et notamment celle dont on "doit" considérer les peuples et les problèmes). Ils raisonnent de la même façon et renforcent donc les réactions identiques, donc les liens "transzones" des citoyens.

Economiquement, les pays ont été affaiblis par rapport aux sociétés multinationales car les pays doivent prendre en compte leurs "pauvres" et leurs "anciens" alors que les multinationales sélectionnent leurs membres.

Logiquement, les pays deviennent moins forts que les sociétés et ceci d'autant plus qu'ils ont abandonné leur souveraineté économique au profit d'ensembles où personne ne décide vraiment, ce qui avantage les multinationales surfant sur cette indécision.

Sur les fameux "marchés" (qui n' imposent rien mais reflètent une certaine réalité tout aussi légitime qu'un mode de pensée politique), des sociétés comme LVMH, Microsoft, Google ont des ratings meilleurs que des pays.

Les pays sont donc des entités économiques comme les autres et sont donc maintenant en concurrence avec des multinationales.

Les pays sont aussi devenus des entités comme les autres, en concurrence avec d'autres "groupes" comme les religions, les grosses sociétés où l'on travaille ou les secteurs d' activité.

Un geek allemand est plus proche d'un geek japonais que de beaucoup d'allemands.

Un moniteur de ski chilien sera plus proche d'un moniteur de ski français que d'un commerçant de sa capitale.

Des retraités "français" se reconstruisent une communauté au Maroc, sans aucun énchage réel avec des marocains, juste pour l' intérêt financier.

Avant les frontières physiques et difficultés de communications empêchaient le développement de ces "prochitudes". Les réseaux internet, le coût faible des voyages les font exploser.

Dans cette optique, comment le monde "vertical", organisés par pays, pourrait-il, devrait-il tenir encore ?

N' est-il pas condamné à disparaître dans sa forme actuelle pour renaître sous une autre forme, compatible avec la prédominance du monde transversal, organisé par centre d' intérêts, religions ou sociétés ?

On nous répète que nous vivons au dessus de nos moyens.. Mais dans une lecture transversale, cela ne veut rien dire car "nous", c'est-à-dire la France (ou un autre pays occidental) n' existe plus dans sa forme actuelle.

Le riche de Neuilly sur Seine ne va plus vouloir payer pour le banlieusard des "quartiers". Le retraité en pavillon de Clermont-Ferrand n' a rien à secouer des pôles de compétitivité mis en place à Grenoble ou Montpellier.

Le delaer de la Courneuve ne va même pas essayer de dealer à Neuilly sur Seine.

Le manifestant de Marseille n'ira jamais encombrer les beaux quartiers où se décident les choses.

Or là est le problème qui va précipiter la fin du système actuel. Pour résorber une dette, chemin unique vers une continuation du système actuel, les impôts et économies ne suffisent pas.

De l'avis de la plupart des experts sérieux, pour enlever 100 de dettes, on peut au maximum compter sur 33 d' impôts ou d' économies. Le reste, 66, doit venir de croissance, de nouveaux contrats. or comment cela est-il possible si un peuple n'appartient plus en priorité à un pays mais est composé de diverses couches qui sont plus attachées transversalement que verticalement ?

Une possibilité pour l’entité "pays" est de devenir une sorte d' arsenal, à savoir un organisme multi-activités qui fournit des prestations "de base" à ses "citoyens", devenus simplement ceux qui par hasard naissent ou habitent sur son territoire.

Les conséquences ?

- uniquement des impôts locaux, c'est-à-dire justifiés exclusivement par la résidence ou l'activité dans le pays

- réduction de la diplomatie et des représentations extérieures (et plutôt mise en réseau des antennes de représentation comme le font les syndicats professionnels)

- traitement des multinationales comme partenaires, fournisseurs ou clients et non plus comme "société du pays" (chose complètement idiote car qui peut donner la nationalité d'une multinationale) avec comme conséquences concrètes la mise au pied du mur des sociétés qui devront assumer certaines responsabilités et en plus compter sur des aides détournées ou directes des états sauf dans le cas d'un échange de services

- abandon du système de notation traditionnelle des états et donc d'une partie des dettes publiques puisque les états négocieront celles-ci directement avec leurs créanciers qui n'ont aucun intérêt à des faillites, comme dans le cas d'un mandat ad hoc

Alors vous pouvez dire : et les retraites ? et l'éducation ?

Les multinationales, ayant de toutes façons besoin de personnel devront prendre en partie le relai, notamment au niveau de ce que l'état ne pourra pas financer avec son nouveau système d' impôts.

Au delà des multinationales, certains types d'activités, et donc les groupements professionnels co-financeront aussi certaines choses si le pays et son état sont propices à leur développement.

Ainsi par exemple, l'activité de tourisme, ses syndicats, ses sociétés financeront une partie de la France de la même manière que la télé finance le foot. L'un est utile à l'autre sans d'autres alternatives.

Charge au pays de former des citoyens pour les activités qui lui permettent de se développer économiquement en fonction de ses aouts et de ses partenaires économiques.

Ainsi déjà vivent certains "immigrés" en France, ni algériens, ni maliens, ni français mais bien plus "travailleurs dans une activité comme la restauration ou le balayage des rues".

Ainsi vivent déjà tous ces "français" de la finance qui vivent à Londres, avec des comptes en banque non déclarés en France.

Ainsi vivent aux USA ou en Espagne, ces russes qu'on croit nationalistes et qui vont là où leur argent peut leur permettre de bien vivre tout en faisant des affaires dans un environnement qui leur plaît.

Ainsi fonctionne Monaco.

Ainsi fonctionnaient les villes italiennes au 18ème siècle.

Le principal changement de cette façon de voir les choses ? Les "gouvernants" ou "dirigeants" devront être vraiment au service des citoyens sous peine de voir ceux-ci aller ailleurs ou devenir "apatride" (sans utilisation des services de l'état et qui ne paie pas d' impôts).

Fini alors le système inauguré en 2002 et perfectionné en 2007 lors de la présidentielle en France, à savoir se faire élire par un groupe social spécifique (les + de 65 ans ont voté aux 2/3 pour Nicolas Sarkozy) en divisant les autres groupes et en ayant comme objectif unique d'être le groupe le plus votant.

Vous rigolez à l'"utopie" qui précède ?

Posez-vous ces quelques questions :

- êtes vous plus en relation avec vos amis, votre bande ou avec ceux qui habitent à côté de chez-vous ?

- êtes vous plus proche de ceux qui font le même métier que vous ou ont les mêmes passions dans le monde ou de ceux qui habitent dans votre immeuble ou dans un périmètre de 200 mètres autour de chez vous ?

- dans la rue en 2011, les gens découvrent-ils de nouvelles personnes ou téléphonent-ils ou envoient-ils sms et mails à des gens qu'ils connaissent déjà ? (renforçant ainsi leurs "déjà" liens et rendant impossible la rencontre d'"autres" gens ?)

- êtes-vous prêt ou prête à financer par vos impôts un quartier où vous n'habitez pas ou une activité qui n'est pas la votre ?

- avez-vous l'impression que les "élus" actuels sont responsables devant vous de leurs actes ou qu'ils forment un monde à part qui n' est pas à votre service ?

- si vous travaillez, êtes vous plus français ou membre de votre société ou de votre corporation ?

- si vous ne travaillez pas, êtes vous plus chômeur ou français ?

- si vous étiez grecs, auriez-vous vraiment envie de payer pour des dettes qu'ont faites d'autres personnes et d'autres gouvernements ou auriez-vous envie de travailler au noir ?

- pensez-vous que les 30% de l'économie italienne qui sont "du black" vont servir à payer la dette du pays ?

- en qui avez-vous le + confiance pour assurer votre avenir et votre présent : si vous travaillez votre pays ou votre société ? si vous êtes au chômage, votre pays ou votre métier ?


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Dubruel 73 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine