Magazine Cinéma

La Planète des Singes, les Origines

Par Samhain756

La Planète des Singes, les Origines
Étonnamment ce fut ma compagne qui eutenvie de voir ce film et m'offrit le ciné ce soir là; activité rarepour moi vu le prix des places et mon budget limité. Nous sommesdonc allés voir La Planète des Singes, les Origines, de RupertWyatt.Will Rodman (interprété par JamesFranco), brillant scientifique, travaille à l'élaboration d'unesubstance capable de régénérer les cellules du cerveau et ayant pourbut de soigner la maladie d'Alzheimer. Les tests sont pratiqués surdes chimpanzés. Lors de la présentation du ALZ-112 devant les actionnaires afin d'obtenir de nouveaux crédits et commencerl'expérimentation humaine, le chimpanzé appelé « beauxyeux » (en raison d'un effet secondaire du produit donnant aux iris une bellecouleur verte) présentant les meilleurs résultats a un brusqueaccès de colère et échappe aux laborantins. Incontrôlable, il sera abattu sur la table du conseil d'administration. Devant cefiasco, Steve Jacobs (interprété par David Oyelowo) décide desuspendre l'expérience et d'euthanasier tous les sujets.Franklin (interprété par Tyler Labine), l'un des laborantins etsoigneur, ne peut se résoudre à tuer un bébé chimpanzé, né encaptivité de « beaux yeux ». Will et Franklincomprennent que l'explosion de rage de « beaux yeux »n'était en fait qu'une réaction naturelle visant à défendre sonbébé. Will n'a pas d'autre choix que de recueillir le petit. Maisil découvre alors que l'ALZ-112 a été transmis aux gênes duchimpanzé et que de fait il possède une intelligence hors ducommun. Il sera baptisé César (César, le premier singe qui parle…), en raison de la passion de Charles (interprétépar John Lithgow), père de Will pour la pièce de Shakespeare, Jules César.
La Planète des Singes, les Origines
Will va alors continuer ses recherchesavec César, et devant l'évolution de la maladie de son père franchira le pas de l'expérimentation humaine. Will fera égalementla rencontre de Caroline (interprétée par Freida Pinto), unevétérinaire qui l'aidera dans ses recherches et le soutiendra àbien des égards. Mais un incident séparera Will de César alors quedans un même temps, Will communiquera l'avancé de son travail àJacobs qui décidera de relancer le projet et travaillera sur unproduit modifié et plus virulent l'ALZ-113. Cette nouvelle formulesera toute aussi efficace sur le développement de l'intelligence dessinges mais aura un effet bien plus néfaste sur les êtres humains.César quand à lui sera confronté àla brutalité et à l'arrogante stupidité des hommes, mais déciderade ne pas s'en laisser compter.
La Planète des Singes, les Origines
Vous vous doutez bien que si je parlede ce film, c'est qu'il m'a beaucoup plu, et notammentl'interprétation exceptionnelle de César. Le film vaut le coup rienqu'avec cette magistrale performance d'acteur. César esteffectivement interprété par Andy Serkis, par l'intermédiaired'une motion capture incroyable et d'une précision hors du commun.Ce spécialiste de la « performance capture » s'est déjàillustré dans King Kong de Peter Jackson ou encore dans le rôle deGollum dans Le Seigneur des Anneaux du même réal. Il incarnera lecapitaine Haddock dans le prochain Tintin de Stephen Spielberg.Notons aussi que cette fois les motions capture de César n'ont passeulement été faites sur ordinateur mais en décor pour donner plusde crédibilité aux mouvements du singe.
La Planète des Singes, les Origines
Indépendamment de cette très libreinspiration du livre de Pierre Boule, La Planète des Singes, cettepréquelle à l'histoire, est plutôt un bon film. Il développe unesérie de sentiments justes et met le point sur certaines idéologiesphilosophiques intéressantes avec intelligence et sans jamais porterde jugement. Le jeu des acteurs est superbe, sans fausse note etd'une étonnante justesse. L'histoire est fort bien traitée et lesscènes d'actions sont très bien distillées et sans excès, nidébauche pyrotechnique inutile. En résumé, je dirais que ce filmest intelligent et on en ressort grandi d'une certaine manière. Il m'a procuré une émotion que je n'avais pas ressentie depuislongtemps pour un film vu au cinéma.Néanmoins, si on replace ce film dansune chronologie subjective, là il y a un petit problème.
Certes, jen'ai pas encore lu le livre, je n'ai vu que le premier film adaptéde l'ouvrage, La Planète des Singes de Franlin J. Schnaffer, sortien 1968 avec Charlton Heston, et je n'ai que de vagues souvenirs dela série. Mais dans ces limbes de souvenirs diffus embrumés par trop de gris,  l'origine de la destruction de la planète, évoquée (trop?)brièvement dans une fin secondaire, plus que nécessaire, ne collepas avec mes réminiscences. Par ailleurs, d'après ce que j'ai découvert dans mesrecherches (et oui je fais un peu de recherches avant d'écrire unarticle,et non je ne suis pas un génie à la science infuse …)elle ne correspond pas non plus à la fin du livre. Et si il n'yavait pas eu cette fin, le film se serait un peu fini en queue depoisson. Encore une excellente raison de lire le livre!
La Planète des Singes, les Origines
C'est vraiment le seul bémol de cefilm, et même si le jeu de James Franco est des fois un peutransparent ce n'est que pour mieux servir la prestation de Césarqui je le répète, est à elle seule une raison suffisante pouraller voir ce film.
Je vous mets une petite bande annoncequi reflète mieux l'esprit du film que celle qui met un peu tropl'action en avant.

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Samhain756 166 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines