Magazine Culture

Lire dans les iles pacifiques

Publié le 15 août 2011 par Abarguillet

LIRE DANS LES ILES PACIFIQUES

  


  
Quelque part entre Hawaï et Tahiti

Pour cette édition, nous considérerons un immense territoire liquide, en effet, nous irons à la rencontre des littératures des îles du Pacifique, tâche un peu ardue car ces îles ont longtemps eu recours à la tradition orale pour transmettre leur culture, leurs rites, leurs usages et leur mode de vie. Mais, depuis la colonisation, les lettres ont séduit les autochtones et désormais on trouve aisément d’excellents ouvrages dans les diverse îles de cet immense océan. Nous évincerons, évidemment, l’Australie et la Nouvelle-Zélande de cette étape car elles ont toutes les deux une littérature suffisamment foisonnante pour que nous leur consacrions, à chacune, un séjour particulier.

Nous accomplirons donc cet immense périple avec Nicolas Kurtovitch que j’ai eu le plaisir de rencontrer au dernier Salon du livre de Paris, qui de sa Nouvelle Calédonie natale, nous conduira vers les Philippines pourvisiter Francisco Sionil José qui sera peut-être nobélisé un jour, au Timor oriental là où est né Luis Cardoso désormais réfugié au Portugal et, enfin, en Indonésie pour faire la connaissance de Pramoedya Ananta Toer.


Good night friend
de Nicolas Kurtovitch( 1955 - … )

  

J’ai rencontré Nicolas Kurtovitch au dernier Salon du livre de Paris et je lui ai acheté ce petit roman qui raconte une histoire calédonienne construite comme une tragédie grecque transplantée sous le soleil de Nouméa. Ce petit livre mêle adroitement les croyances locales ancestrales, la tradition, les pouvoirs occultes et la raison des Blancs avec le fatalisme de la tragédie antique. Le père de Léa a tué le sorcier qui avait inoculé une maladie fatale à sa fille qui refusait ses avances et il s’est livré à la police pour expier sa faute mais le fils du sorcier se fait emprisonner pour une raison vénielle afin d’assumer la vengeance que la tradition locale impose.

La vengeance peut être évitée si le fils aîné de la famille présente le pardon rituel à la famille de la victime, mais ce fils a disparu sans laisser d’indices sur sa destination et Léa se lance à sa recherche dans les squats et dans les brousses où pullule une faune dangereuse et où elle vivra une aventure douloureuse.

Nicolas a écrit de la poésie et du théâtre avant de se lancer dans la fiction romanesque, il en a gardé le sens de la mise en scène avec des phrases courtes et percutantes comme des répliques, un rythme qui conviendrait à la scène et une langue qui doit encore à la poésie. Il utilise aussi un procédé peu habituel qui consiste a toujours faire parler le narrateur à la première personne même si celui-ci n’est pas toujours le même personnage du roman, une façon de toujours impliquer le lecteur au cœur de l’action.

Un joli petit roman d’une facture originale qui aborde des thèmes très actuels comme la difficulté de ces exilés de l’intérieur qui ont abandonné leur terre, et le nom qui y est attaché, pour rejoindre la ville où ils n’ont aucun repère, où ils ne savent pas guider leurs enfants qui partent à la dérive alcoolisée proposée par le monde des Blancs. Des Européens qui ont construit une ville anarchique pour exploiter la richesse du sol calédonien, le nickel, ce sol qui donne l’identité aux Kanaks et les rattache à un clan. C’est l’histoire d’une civilisation explosée, démantibulée, qui n’arrive pas à concilier la tradition millénaire transmise par les ancêtres avec les règles cartésiennes imposées par les Blancs.

L’irruption des Européens dans un monde qui possédait ses propres règles, sa tradition, ses rites et coutumes, pour construire une ville anarchique qui ne répond qu’à un objectif économique, provoque l’afflux d’une population qui s’entasse dans des squats qui ne sont pas sans évoquer les favelas que Jorge Amado a vu pousser dans « Les pâtres de la nuit » au Brésil. Les autochtones s’égarent dans le labyrinthe de cette ville et n’osent pas retourner vers la terre qu’ils ont trahie car chacun « sait que le nom dans la société kanake est la terre, il est Une terre. » Et Léa cherchera son nom, comme sa mère cherchera son territoire, et comme son frère retourne à la nature, dans la même quête identitaire pour redonner un sens à leur vie.

Po-on Francisco Sionil José (1924 - ….)

Depuis un certain déjà sur la liste des favoris du prix Nobel de littérature, Francisco Sionil José s’est notamment illustré par la vaste saga de Rosales dont le premier tome est précisément l’oeuvre que je vous présente ici : Po-on.Cette première partie évoque la conquête des Philippines par les Espagnols et l’exil forcé de ces paysans dont les terres ont été spoliées par les colons. Ce peuple prend la route de l’exil avec les maigres objets qui constituent tout leur patrimoine et part à la recherche de nouvelles terres libres pour s’installer, prospérer et combattre pour la liberté.

C’est tout le symbole de la lutte d’un peuple contre l’envahisseur espagnol puis contre la domination américaineet finalement pour l’indépendance et la création d’un état libre. Un grand livre quin’aurait certainement pas terni la bibliographie d’un Prix Nobel.

Une île au loin Luis Cardoso (1959 - ….)

Ce livre est sans doute le premier roman écrit par un Timorais. En exil au Portugal depuis que son pays a été conquis par les Indonésiensauxquels il s’était opposé,Luis Cardoso raconte un peu sa vie, ses voyages entre les diverses îles qui constituentsont pays natal, le voyage des Indonésiens venus en conquérants et le voyage ultime qu’il dût effectuer vers la patrie colonisatrice pour échapper à la vindicte des conquérants indonésiens. Un livre plein de douceur et de violence mais aussi de poésie qui nous transporte dans un monde que nous ne nous attendions pas à découvrir sous cet angle.

Corruption – Pramoedya Ananta Toer (1955 – 2006)

Unevéritable analyse clinique du processus de la corruption à travers la découverte par un fonctionnaire falot et insignifiant de la facilité avec laquelle on peut s’enrichir un trichant un peu seulement avec l’argent public. Mais, l’appétit venant en mangeant, le fonctionnaire met le doigt de plus en plus profondément dans le système de la corruption jusqu’à être complètement happé par cette machine infernale.

Un réquisitoire implacable contre la corruption qui a sévi dans les années cinquante en Indonésie après l’indépendance pour laquelle Toer avait lui-même lutté avec toutes ses forces.

Pour consulter la liste complète des articles de Débézed sur la littérature à travers le monde, cliquer  ICI 

 

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Abarguillet 168 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine