Magazine Côté Femmes

Ma ventouse, épisode 3

Publié le 16 août 2011 par Alisabel

 

au bout du troisième spécimen d'enfant élevé sous la mère, l'information est enfin parvenue à mon cerveau . J'ai fini par percuter qu'un enfant de deux ans tète comme un nouveau né.

A celles qui se plaignent que leur doux nourisson, toute petite chose fragile et dépendante, les réclame à chaque heure, toutes affaires cessantes, je dirai que c'est de la gnognotte en rapport aux besoins lactés d'une poupougne surdimensionnée de 12 kg, qui tient à garder sa réputation de dodue. 

Et j'ajouterai qu' un nouveau né ne va pas vous mettre la honte dans les transports en commun en fouillant dans votre décolleté, tout en beuglant « tétééééééééééééééééér » d'une voix forte, ruinant ainsi tous vos efforts pour rester discrète.

Et je peux aller me rhabiller avec mes vêtements d'allaitement : la biboudavril tire avec mécontentement sur les ouvertures, espérant ainsi avoir accès en totalité au garde manger.

Ces petits inconvénients mis à part, je trouve toujours aussi formidable qu'à l'âge de deux ans, mon lait reste l'aliment principal de mes enfants, la nourriture solide étant reléguée au rang de complément. Soit tout à fait l'inverse que ce qui est habituellement préconisé.

Bien sûr, en terme de disponibilité et de quantité, il faut arriver à suivre... Mais la poupougne hardie sait assez bien se débrouiller en se hissant seule sur mes genoux et en accédant de façon autonome au bar à lait, pendant que je travaille.

Et pour la quantité, je vous laisse juger sur pièces si le lait de maman est suffisant pour entretenir les rondeurs moelleuses de la biboudavril dodue :

poupougnejuillet2011.JPG


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Alisabel 803 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte