Magazine Afrique

Paul Biya retrouve Yaoundé

Publié le 16 août 2011 par 237online @237online

Écrit par Cameroon Tribune   

Mardi, 16 Août 2011 21:45

éééàéééûèéé

Paul Biya retrouve Yaoundé
Au terme de la visite d'Etat de trois jours qu'il a effectuée en République Populaire de Chine à l'invitation de son homologue Hu Jintao, visite qui a notamment permis le raffermissement de l'axe Yaoundé-Beijing, le chef de l'Etat a regagné Yaoundé ce mardi 16 août, en compagnie de la première dame, Chantal Biya.
Il faut voir le président de la République et l'ambassadeur de Chine dans une discussion interminable, pour comprendre. Hier au pavillon d'honneur de l'aéroport international de Yaoundé Nsimalen, Paul Biya et Xue Jinwei ont échangé dans une très visible convergence de vues. Une audience brève mais manifestement intense. Une chaleureuse poignée de main en guise d'au revoir, mais les deux hommes ne se décident pas à se quitter. Deux autres minutes s'écoulent avant la fin de l'entrevue.

C'est que le chef de l'Etat et le diplomate chinois ont forcément beaucoup de choses à se dire. Paul Biya regagne le pays à la suite d'une visite d'Etat en Chine, effectuée du 20 au 22 juillet dernier. On peut donc imaginer que la rencontre d'hier a donné l'occasion de reparler de ce séjour fort réussi, de ces échanges fructueux entre le numéro un camerounais et les plus hauts dirigeants de la République populaire de Chine. La mine radieuse de Paul Biya à Nsimalen indique, en tout cas, sa satisfaction après ce voyage. Tout comme celle de l'ambassadeur, Xue Jinwei.

En dehors de l'ambassadeur de Chine au Cameroun, le président de la République a accordé trois autres audiences à son arrivée hier peu avant 17h. Il a reçu tour à tour, le président de l'Assemblée nationale, Cavaye Yeguié Djibril ; le Premier ministre, chef du gouvernement, Philemon Yang et le ministre d'Etat Secrétaire général de la présidence de la République, Laurent Esso. Avec ses proches collaborateurs, le chef de l'Etat, toujours aussi détendu, a échangé pendant de longues minutes. Tandis que la première dame, Chantal Biya recevait des épouses de proches collaborateurs du président de la République, dans un salon tout à côté.

Les audiences se sont déroulées dans une atmosphère bien chauffée, qui n'a pas échappé au couple présidentiel. Deux heures avant l'atterrissage du Boeing 777-200, une foule de militants et sympathisants a investi l'esplanade du pavillon d'honneur. Et avant de prendre place dans les salons, Paul et Chantal Biya sont allés faire honneur à cette foule et aux groupes de danse venus en grand nombre, leur souhaiter la bienvenue. Et comme il fallait s'y attendre, le geste a galvanisé les bénéficiaires. Résultat : un concert impressionnant de tam-tams, de tambours et de voix, pour exprimer au président de la République et à son épouse, la joie de les revoir. Même message sur les visages des diverses personnalités présentes à l'entrée du pavillon d'honneur : les ministres secrétaires généraux adjoints de la présidence de la République, Peter Agbor Tabi et Séraphin Magloire Fouda ; le Directeur adjoint du Cabinet civil, Joseph LE ; le délégué général à la Sûreté nationale, Martin Mbarga Nguele ; le directeur général de la Recherche extérieure, Léopold Maxime Eko Eko. Mais aussi les autorités administratives et municipales : gouverneur du Centre, préfets de la Mefou et Afamba et du Mfoundi, délégué du gouvernement auprès de la Communauté urbaine de Yaoundé.

Le chef de l'Etat regagne le pays dans un contexte politique particulier. L'attente du congrès du RDPC, annoncé avant son départ pour la Chine ; la dernière ligne droite pour les inscriptions sur les listes électorales ; le début des opérations pour les Camerounais vivant à l'étranger... Toutes choses qui dirigent inexorablement les regards vers le calendrier.


Follow
Follow
Tweet
Tweet


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


237online 2277 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte