Magazine Culture

Ballades à travers Rabat dans les nuits ramadanesques

Par Citoyenhmida

L’un des moments que j’apprécie le plus durant le mois de Ramadan, c’est la deuxième partie de la soirée, une fois que les mosquées se soient vidées des fidèles qui s’y sont livrées aux traditionnelles prières des “tarawihs”!

La ville reprend alors très rapidement sa vie normale et son animation ramadanesque habituelle!

Pourtant, cette année, j’ai essayé d’éviter certains endroits de la capitale, où  j’aimais bien me promener pour me sentir au plus près des gens!

Cette année, le boulevard Mohamed V, centre névralgique, ne m’a guère attiré : je ne voulais voir mes promenades chahutées par des jeunes excités qui croient que les slogans et les banderoles peuvent changer le monde!

Cette année, la médina où j’adore déambuler entre les échoppes, où l’on peut  trouve de tout et surtout des riens, ne m’a pas non plus attiré : comment se promener tranquillement entre les milles et uns vendeurs ambulants, devenus sédentaires, avec leurs étals posés à même le sol, empêchant tout déplacement des piétons!

Mais bon, ce sont là les aléas du moments!

Les Rbatis ont donc cherché et trouvé d’autres endroits pour faire leur petite promenade quotidienne du soir!

D’abord, MAHAJ RYAD !

Entre la vaste esplanade avec ses statues métalliques aux formes géométriques et l’avenue piétonnière bordée d’établissements commerciaux aux enseignes connues, s’étire un jardin avec des bancs, propice aux jeux des enfants qui peuvent s’y ébattre en  toute quiétude!

Pourtant, je n’aime pas particulièrement l’ambiance de Mahaj Ryad : j’y sens un peu de frime chez les jeunes, un peu de manque de naturel chez les moins jeunes, beaucoup de mas-tu vu, ni le service de Venezia Ice ni la qualité des produits servis par Chez Paul ne méritent l’affluence que connaissent ces établissements!

Les petites expositions pas plus que l’animation organisées dans le jardin ne sont pas du tout  à la hauteur de l’endroit et du prestige architectural qui l’entoure!

D’autres aiment à se retrouver sur la Corniche du BOUREGREG!

L’endroit est en effet presque féérique! Depuis le temps que l’on nous rabâchait les oreilles avec l’aménagement des rives du Bouregreg, avec tel projet émitati, puis tel autre de je ne sais plus quel autre monstre financier! Pour l’instant, la rive gauche du Bouregreg est aménagée en espace de promenade et cela suffit au bonheur de milliers de personnes de tous âges qui viennent déambuler le long de l’oued, qui profitent de cet espace pour se détendre, pour marcher, pour permettre à leurs enfants de jouer, de faire du tricycle ou du roller, de prendre un pot sur le pouce  ou confortablement installé dans un café, de profiter de la vue, de s’amuser avec des manèges! On y trouve tout Rabat, des habitants de la médina toute proche venus profiter de cet espace  aux habitants des quartiers huppés descendus des hauteurs de l’Agdal ou du Souissi!

La corniche de HARHOURA est un paradis pour les amateurs de calme et de marche salutaire, dans un micro-climat sain et revigorant. En effet, s’y retrouve les jeunes couples à la recherche d’intimité, les vieux couples pour qui la marche dans la nuit sereine est la seule activité physique qu’ils peuvent encore se permettre, les familles en quête d’endroits où elles peuvent déambuler en toute liberté, sans subir les pressions de la foule, les mamans avec leurs petits poussant un ballon ou pédalant comme des forcenés sur leur tricycles! La corniche de Haerhoura continue à être la nuit ce qu’elle est durant la journée : un havre de paix!

Un peu plus loin, sur la grande avenue, les cafés sont bondés : l’ambiance aurait pu être plus animée, si les tenanciers de ces établissements prenaient la peine d’engager des petites formations musicales, pour leur donner un peu de vie! Non, ils préfèrent se contenter de servir rafraichissements, glaces, gâteaux, cafés ou thé  : l’ambiance ne semble pas être d’ailleurs ce que recherchent les dizaines de consommateurs qui s’y pressent!

Si vous recherchez de l’ambiance, il faut aller quelques encablures plus loin!

Sur la Corniche de TEMARA !

Alors là, vous serez servis !

Un espace de manèges vous ouvre les bras et vous propose montagnes russes, auto-tamponneuses, et autres jeux d’un autre temps mais qui attirent petits et grands!

La plage vous accueillera même à minuit : vous pouvez vous installer au bord de la mer, admirer quelques gamins téméraires qui défient les vagues dans l’obscurité et vous faire servir un thé ou un café, préparé par des servants ambulants!

Puis vous arrivez à la Corniche de Témara proprement dite!

Et là, vous entrez dans l’ambiance ramadanesque la plus populaire qui soit, celle où comme on dit à Tanger “le peuple de la nuit se mêle au peuple du jour” !

Entre vendeurs de boubouchs et de barbes-à-papa, entre vendeurs de CD et DVD piratés et vendeurs de bijoux de pacotille, entre vendeurs de livres sur l’islam et les bouquins de recette de cuisine, vous aurez l’occasion de vous arrêter à l’entrée d’établissements qui proposent des spectacles de cheikhats!

Le long de la mer, parfois surplombant une petite crique où viennent s’écraser les vagues, sont installés des cafés qui, dans l’ambiance surchauffée d’une musique populaire lancée à fond les baffles, servent des chichas qui empestent la pomme ou je ne sais quelle autre bizzarerie olfactile! J’ai vu dans les pays du Moyen-Orient et du Golfe les gens fumer la chicha : ils le faisaient avec un naturel déconcertant, jeunes, femmes, vieux! Chez nous, la chicha n’a rien de naturel et elle donne immédiatement une impression de manque de sérieux! C’est une impression personnelle et je peux me tromper!

Dans une cacophonie extraordinaire où se mêlent Dadoui et Stati à Nass Al Ghiwane et Kadem Saher, Abdelhadi Belkhayat à Nancy Ajram, la corniche de de Témara réunit le peuple, le vrai, le seul qui compte!

Vous y croiserez des vacanciers venus de loin et des habitants de Témara, venus chercher un peu d’espace et d’air frais! Des marocains résidents à l’étranger, reconnaissables entre tous et des familles traditionnelles, de la grand-mère à la petite fille habillée en lolita, des jeunes hommes venus tenter leur chances avec des jeunes filles en goguette, des demi-mondaines offrant discrètement il faut bien le reconnaitre leurs charmes!

Bref, si vous voulez prendre la température des soirées ramadanesques de Rabat, faites un petit tour sur la corniche de Témara : vous ne serez pas déçus! Mais je crois qu’il faudrait prévoir cela pour l’année prochaine!

BONNE FIN DE RAMADAN A TOUS ET A TOUTES!


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Citoyenhmida 1351 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazines