Magazine Cuisine

Doux parfums de Kôshun, version 2011

Par Florentw
Je reviens sur ma sélection avec encore une fois le cultivar Kôshun 香駿, mais il s'agit aujourd'hui d'un sencha, futsumushi (étuvage standard), encore un thé de Monsieur Akiyama de Fuji.
C'est en fait la version 2011 d'un thé déjà présent dans ma sélection en version 2010. C'est un thé que j'apprécie beaucoup pour sa personnalité, le producteur sait parfaitement mettre valeur  les qualités de ce cultivar.
Kôshun est un cultivar relativement ancien, développé en 1970 par croisement de Kanaya-midori et de Kurasawa. Il ne sera enregistrer qu'en 1996, et fait partie aujourd'hui des cultivars mis en avant pour le développement de la diversité du thé à Shizuoka (n'oublions qu'on exploite dans ce département à 90% le cultivar Yabukita). S'il est faible contre certaines maladies, Kôshun est très résistant au froid, donne d'abondantes récoltes, et est très remarqué pour son parfum. Sa personnalité bien marquée n'en fait cependant pas un candidat au remplacement de Yabukita, mais en fait un cultivar très en vu parmi les producteurs un peu aventureux et les grands amateurs de thé japonais.
Doux parfums de Kôshun, version 2011Dans les grandes lignes, cette version 2011 ne diffère guère de la version 2010. Pourtant la comparaison est révélatrice de la bonne qualité du thé de Shizuoka cette année... surtout en comparaison de l'an dernier qui fut clairement une mauvaise année.
Nous avons toujours ce parfum particulier de fleurs jaunes, d'amande, avec un soupçon mentholé, mais ce bouquet me semble se découpé plus finement encore ici.
Mais c'est surtout au niveau du goût que la différence de niveau se fait sentir. Douceur et astringence s'équilibrent à merveille : la forte mais agréable astringence de ce cultivar est cette fois splendidement contrebalancée par une douceur elle aussi bien présente.
Ainsi, on peut profiter d'une infusion un peu plus chaude que de moyenne pour faire ressortir plus encore le parfum de ce sencha.
Doux parfums de Kôshun, version 2011Je pense que, de base, un 70°C classique convient à merveille, mais monter un peu donnera aussi de très intéressantes infusions.
Le Kôshun de Akiyama-san est décidément une valeur sûre, un thé original, parfumé, une qualité qui manque à nombre de sencha, mais qui déplaira aux amateurs du tout à la "douceatreté" des thés japonais.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Florentw 4836 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazine