Magazine Cinéma

Transmorphers

Publié le 30 août 2011 par Olivier Walmacq

transmorpherscover

Genre: science fiction
année: 2007
durée: 1h30

l'histoire: Des robots extraterrestres ont envahi la Terre et pris le pouvoir. Après 400 ans de domination, un petit groupe d'humains élabore un plan pour lutter contre les machines.

la critique d'Alice In Oliver:

Comment trouver sa place dans les bacs des dvd à cinq euros ? Leigh Scott, réalisateur de Transmorphers, connaît visiblement la réponse.
Avec un titre pareil, nul doute que certaines personnes se feront avoir et espéreront se trouver devant une production digne du blockbuster de Michael Bay, Transformers.

Malheureusement, Transmorphers est une série B de science fiction et ne possède donc pas le même budget que les robots décérébrés de Michael Bay.
C'est donc avec les moyens du bord (soit trois francs six sous) que Leigh Scott tente de nous faire croire à une guerre entre les hommes et les machines.

Transmorphers prend également ses sources et son inspiration dans le scénario de Terminator. Mais il serait caricatural de résumer cette production de seconde zone (pour ne pas dire de troisième) comme un mixe entre Transformers et Terminator.
Non, Transmorphers est légèrement différent.
Toutefois, ça reste tout de même une sorte de copier-collé du film de Michael Bay.

En effet, les robots de Transmorphers sont capables également de se transformer. Et c'est d'ailleurs bien là le problème: effets visuels médiocres, robots ridicules, effets 3D datant d'une autre époque...
A ce niveau, Transmorphers s'affirme comme un véritable petit nanar. D'ailleurs, son réalisateur l'a bien compris et évite de montrer trop souvent les machines, visiblement malades, à l'écran.

Aussi, le début du film est assez bavard et nous plonge dans un univers apocalyptique. Les robots extraterrestres ont envahi la Terre.
La population humaine a largement été décimée. Pourtant, une résistance continue de subsister et un nouvel espoir renaît lorsque notre petite troupe de soldats trouve le point faible des androïdes.
Malgré un manque flagrant de budget, des acteurs appelés à pointer au chômage et des effets visuels grossiers, Transmorphers se révèle être un nanar sympathique.
Pour information, il s'agit également d'une production Asylum, une société spécialisée dans les copies foireuses de blocbuster à succès.

Note: 06/20
Note nanardeuse: 15/20


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Olivier Walmacq 11545 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines