Magazine Culture

La rose blanche

Par Lonesloane

De Inge Scholl

La rose blanche
« La vraie grandeur est sans doute dans cet obscur combat où, privés de l’enthousiasme des foules, quelques individus, mettant leur vie en jeu, défendent, absolument seuls, une cause autour d’eux méprisée. » Inge Scholl.

1943, quelque part en Allemagne, du côté de Munich et Ulm, un petit groupes d’étudiants fonde « la rose blanche », un mouvement de résistance au nazisme. Leur objectif n’est pas de s’illustrer par des actions violentes, bien au contraire, ils souhaitent, d’une manière ou d’une autre, faire prendre conscience aux gens de l’absurdité et la folie meurtrière de l’appareil nazi.

Des tracts seront rédigés et distribués (six au total), quelques graffitis peints sur les murs de la ville, des liens commenceront à se créer avec des étudiants issus d’autres villes du pays… Mais ces jeunes humanistes se sont engagés dans un combat bien incertain, c’est une lutte bien inégale qui les opposent aux masses silencieuses de la cité asservie et apeurée. Comment échapper, malgré toutes les précautions du monde, à l’irrésistible puissance destructrice du Reich ?

Le matin du 18 Février 1943, Hans et Sophie Scholl furent arrêtés alors qu’ils distribuaient des tracts à l’université de Munich. Rapidement leurs « complices » furent identifiés. Le procès eut lieu le 22 Février, le même jour, vers 17 heures, Hans, Sophie et leur ami Christophe Probst furent décapités en application de la sentence prononcée à leur encontre. Dans les semaines qui ont suivis, plusieurs de leurs camarades furent interpellés et confrontés à la justice expéditive des nazis, rares sont ceux qui en sortiront indemnes.

C’est un formidable témoignage que nous propose ici Inge Scholl, la sœur de deux des condamnés. Plus encore qu’une description du mouvement « la rose blanche » et de sa fin tragique, elle s’attache dans ce récit à montrer au lecteur l’évolution d’une conscience, la naissance d’un sentiment d’injustice et de honte, d’un besoin de résistance. L’arrivée au pouvoir de Hitler et la vague d’espoir qui l’accompagnait, les premiers questionnements, les premières exactions qu’on ne peut cautionner, le constat de l’horreur, le refus, puis la lutte… vaine, sans doute, mais tellement nécessaire…

« Héros ? Peut-on leur donner ce nom ? Ils n’ont rien entrepris de sublime, n’exigeant qu’un droit élémentaire, celui de vivre, librement, dans une monde qui soit humain. » Inge Scholl.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Lonesloane 295 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines