Magazine Culture

Au bonheur des hommes de Jean-Marie Lecocq et Clarisse Catarino au LUCERNAIRE

Publié le 11 septembre 2011 par Nathpass
 Les cabarets, les bohémiens, je devrais aimer en ces temps de rigueur imposée, je n'entends parler que de cela par les élèves.... tu y es allée, spectacle très bien équilibré, m'a t'on dit ? et qui donne bonne conscience avais-je envie de rajouter... oui quelquefois je me demande s'il ne suffit pas d'écouter les Guignols ou d'aller assister à un one man/woman show de Stéphane Guillon ou de Sophie Aram, pour avoir l'impression de se racheter une conscience de payer sa doléance pour retrouver son sweet-home, au plus vite, car ce n'est pas sur les heures de boulot qu'on rit (éviter les temps morts) alors on a tellement besoin d'être ensemble conséquemment... car les précités plus haut c'est à la radio, à la télé, chez soi.....
Par Gilles Costaz sur Webthea
Au bonheur des hommes de Jean-Marie Lecocq et Clarisse Catarino au LUCERNAIREAu bonheur des hommes de Jean-Marie Lecocq et Clarisse Catarino
Swings politiques au Lucernaire     
"Des gitanes en scène ! La soirée commence avec l’arrivée de trois belles chanteuses et musiciennes aux allures de roms : c’est le premier défi à Sarkozy et autres Hortefeux !
Justement, le cabaret de Lecocq et Catarino pose tout de suite la question de l’ « identité nationale ». Ces gitanes sont sans papiers et l’on va passer à la broche les arguments de la droite extrême pour mieux chauffer ce cabaret très théâtral où trois acteurs jouent et chantent dans un esprit de rébellion bon enfant et grinçant à la fois.
Jean-Marie Lecoq est l’homme fort de l’ensemble : il a écrit, il joue, il mène la revue avec sa belle présence rabelaisienne. Il plaide pour « le bonheur des hommes », parce qu’il se soucie de l’humanité tout entière, en satiriste touché par le discours écologique. « Demain la terre dira aux hommes / Ne vous battez plus pour ma pomme / Moi la planète je saurais bien / M’en débrouiller sans les humains / Ce n’est pas moi qu’il faut sauver / C’est vous. Sauvez-vous ! », fait-il dire à la terre, en guise de conclusion, tandis qu’un globe gonflable et gonflé (comme le spectacle) occupe la scène. Il a plus confiance en ses concitoyens qu’en celui qu’il appelle Nicolas Mulot.
Les attaques sont chansonnières. Tantôt brillantes, tantôt faciles. La parodie appelée « Questions pour un cageot » n’est pas ce qu’il y a de meilleur. Mais il y a des moments de très grand pamphlétaire, comme la chanson sur les riches et les pauvres et le texte qui met toutes les religions sur le même plan, Nom de Dieu.
Véronique Ataly, Christian Gaitch et Jean-Marie Lecoq se baladent dans cet univers de fantaisie politique, où il est aussi question du cochon et des pets de vaches, en jouant sur leurs personnalités contrastées et complémentaires. Les artistes, les mots et les messages swinguent bien. C’est une cure de bonne humeur pour soigner et alimenter nos fureurs.
Au bonheur des hommes, textes de Jean-Marie Lecocq, musiques de Clarisse Catarino, mise en scénographie de Philippe Quillet, arrangements vocaux de Clémence Lévy, costumes d’Anne Ruault, avec Véronique Ataly, Christian Gaitch, Jean-Marie Lecocq et le groupe Djazz’Elles : Clarisse Catarino, Eva Slongo, Anne Gouraud-Shrestha. "
Lucernaire, 21 h 30,
tél. : 01 45 44 57 34, jusqu’au 9 octobre (durée : 1 h 15).
Photo Serge Dangleterre

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Nathpass 1125 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog