Magazine Cinéma

Punisher War Zone

Publié le 13 septembre 2011 par Olivier Walmacq

punisher-war-zone-2

Genre: action (interdit aux - 12 ans) 
année: 2008
durée: 1h45

l'histoire: Lors de sa croisade contre le crime organisé, Frank Castle, le Punisher, défigure Billy Russoti, le parrain de la pègre. Dès lors, ce dernier formente une vengeance terrible contre Castle et recrute une armée de sbires. 

La critique d'Alice In Oliver:

Punisher War Zone, réalisé par Lexi Alexander en 2008, est loin d'être la première adaptation du justicier armé au cinéma.
En effet, en 1989, Frank Castle prenait les traits de Dolph Lundgren dans un film d'action stérile, limite vulgaire, et dans lequel notre héros musclé roulait en moto dans les égoûts (véridique !).
En 2004, c'est Thomas Jane qui incarne le Punisher au côté de John Travolta, les deux interprètes étant filmés par la caméra incompétente de Jonathan Hensleigh. Résultat: un gros nanar et un mauvais film sympathique, qui rencontrera une indiffférence méritée dans les salles obscures.
Visiblement, Frank Castle semble fâché avec le cinéma.

punisher

Consciente que le justicier vengeur mérite bien mieux que deux petits nanars d'action, Lexi Alexander se veut fidèle au comics d'origine.
Il faut bien le reconnaître: physiquement, Ray Stevenson est probablement l'acteur qui ressemble le plus à Frank Castle.
Mais attention, le Punisher reste un héros complexe, mélancolique, sans pitié à l'égard des malfrats et torturé par la mort de sa famille (exécutée par des mafieux).

Après une introduction impressionnante et prometteuse, dans laquelle Frank Castle mitraille et massacre tout le monde, le film sombre alors dans une certaine routine. Certes, Lexi Alexander prend le temps de présenter son héros principal et les différents protagonistes qui l'entourent.
Malheureusement, c'est bien sur ce point que cette version 2008 se révèle une nouvelle fois décevante.

Comme je l'ai déjà souligné, Ray Stevenson ressemble énormément au héros du comics. Toutefois, au niveau expressif, l'acteur semble dénué de toute émotion, monolithique et finalement, assez quelconque.
De ce fait, difficile de s'attacher à ce justicier de la nuit. Ce qui pose tout de même un petit problème pour ce genre d'adaptation, censée nous faire aimer le "gentil" de service.

Punisher_war_zone_7

Quant aux autres protagonistes en présence, c'est une véritable catastrophe, les mafieux étant trop caricaturaux pour susciter l'adhésion.
Par exemple, Dough Hutchinson surjoue Johnny le frappadingue, un psychopathe totalement déjanté, qui saute sur les murs et se fracasse la tête contre les vitres. Mouaif... Même remarque pour Dominic West, dans le rôle de Jigsaw, dont le jeu frise l'excès, à la limite de l'insupportable.
Reste quelques séquences d'action assez maîtrisées, le film jouant la carte du défouloir. En l'état, Punisher War Zone reste donc un petit nanar d'action (finalement, comme ses deux prédécesseurs) mais se révèle être aussi l'adaptation la plus proche du comics. Toutefois, le justicier torturé mérite bien mieux que ce direct to dvd.

Note: 07/20
Note nanardeuse: 12/20


Punisher War Zone - Featurette Meet Jigsaw


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Olivier Walmacq 11545 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines