Magazine Culture

Francis Marmande à La Maison de la poésie de Paris, le 8 octobre 2011

Par Florence Trocmé


Logo_2010-BLANC Poezibao  et la Maison de la poésie de Paris ont décidé de créer un partenariat autour des trois grands cycles "Entretiens de Po&sie", "La République des poètes" et "Figures d’humanité". Il s’agira en préambule à chacune des rencontres de présenter plus avant le ou les auteurs et les œuvres. Chaque fois que possible, Poezibao fera par ailleurs un reportage au cours de ces séances. Celles-ci seront désormais enregistrées et on pourra les écouter sur le site de la Maison de La poésie, quelques jours plus tard. Poezibao donnera liens et informations utiles.  
 
"Figures d'humanité" – Francis Marmande, le 8 octobre 2011 
 
 
La Maison de la Poésie et les Amis de l’Humanité poursuivent pour la 3ème saison le cycle de conférences à partir d’un «dialogue» Jaurès/Derrida. 
Le 18 avril 1904, dans l’éditorial fondateur du journal L’Humanité, Jean Jaurès écrivait : « L’humanité n’existe point encore ou elle existe à peine ». Le 4 mars 1999, dans les colonnes du même titre, Jacques Derrida écrivait : « On n’est pas encore en mesure de déterminer la figure même de l’humanité que pourtant on annonce et se promet ainsi »… 
Il s’agit de proposer à des philosophes, des poètes, des penseurs, de s’interroger sur cette promesse d’humanité à la lumière de la réflexion qu’ils poursuivent dans leur propre domaine. 
 
Que leurs créations, conférence après conférence, remplissent notre projet d’une Maison de la Poésie haut lieu de la spiritualité, tel est mon souhait le plus vif. 
Claude Guerre , Directeur de la Maison de la Poésie 
 
Après Bernard Stiegler, Armand Gatti, Hélène Cixous, Michel Deguy, Roland Gori, Charles Juliet, André Tosel Daniel Herrero, Bernard Noël, Elias Sanbar, Satish Kumar, Claude Mouchard, Ernest Pignon Ernest, Mireille Delmas-Marty, nous accueillerons cette saison de nouveaux penseurs et pour cette première conférence, Francis Marmande.  
 
Francis Marmande par Claude Guerre 
 
Francis Marmande a grandi dans la terre en son « coït polymorphe et organique avec le soleil », je cite Georges Bataille évidemment, infiniment. Nous avons ensemble ce goût pour une racine bien cachée (activement) de la pensée réelle de la langue et de la poétique française. Et dans le livre que Francis Marmande délivre vers nous Le Pur bonheur / Georges Bataille, éditions Lignes, il conte la première rencontre d’un jeune homme qu’il est dans une librairie de Versailles avec le romancier, poète, penseur, économiste… on n’en finirait pas de définir Bataille par ses facettes multiples (une autre, apparaissant dans l’actualité aujourd’hui étant que le bibliothécaire de toute une vie a caché pendant la guerre l’essentiel de ce qu’il nous reste à jamais des archives de Walter Benjamin, j’aime ce rapprochement) à défaut de qualifier de poète celui qui se dressa contre la poésie. 
 
Francis Marmande porte le nom du soleil rouge, il danse le jazz avec les mots et nous éjouit d’éblouissements tauromachiques. Il pense le monde comme une dépense et ce depuis longtemps, ce long temps où on le comptabilisa, le monde, en forme de conquête pénible. Comme une dépense et comme une décharge, dirait Bernard Noël qui partage notre amour Bataillien (cela se dit ?). Et l’amour se répand comme une peste entre les hommes, voilà l’ennemi ! 
 
Comment ne pas confier à Francis Marmande, après Bernard Noël justement, après Satish Kumar l’indien philosophe de la pauvreté richissime, après Claude Mouchard dans sa quête encyclopédique de la souffrance humaine dans le grand siècle des utopies sanglantes, après André Herrero le lyrique flamboyant et près de vingt autres déjà, l’écriture publique d’une conférence de notre cycle. 
 
Parmi les inconnues créations de Georges Bataille aujourd’hui figure un livre d’économie que les économistes ne lisent pas, hélas. Il s’agit de « La part maudite », énorme somme ethno politiqué où l’auteur analyse la dépense que pratique l’humanité depuis l’aube des temps, du potlatch des indiens peau-rouge jusqu’au plan dit Marshall qui inféoda l’Europe aux USA à la sortie de la seconde guerre mondiale. Un poète au monde, pour le moins qui disait : « on me tient pour l’ennemi du bonheur. C’est juste si par « bonheur » on entend le contraire de passion. Mais si le bonheur est une réponse à l’appel du désir et si le désir est le caprice même, alors le bonheur est la seule valeur morale. » 
 
 
Francis Marmande - Biographie 
Ancien élève de l’École normale supérieure de Saint-Cloud, Francis Marmande est titulaire d’une agrégation de lettres modernes et d’un doctorat ès-lettres intitulé Georges Bataille politique.  
Il enseigne la littérature française à l’université Paris 7 - Denis Diderot où il anime le laboratoire "Littérature Au Présent" et donne des cours de lecture du roman et de musique (principalement orienté vers le jazz et son développement politique et esthétique).  
Il est l’éditeur des trois derniers volumes des Œuvres complètes de Georges Bataille aux Éditions Gallimard.
On connaît Francis Marmande pour ses chroniques dans Le Monde, lesquelles ont toujours touché, sans choisir, à la littérature, la pensée, la musique et les taureaux. Mais il est aussi l’auteur de récits singuliers (La Housse partie, Farrago, 2003), de pamphlets (La Police des caractères, Descartes&Cie, 2001). Le voici de nouveau face à Bataille, avec toujours le même entêtement joyeux du politique (Bataille politique, PUL, 1985), la même écoute de l’écriture (L’Indifférence des ruines, variations sur l’écriture du Bleu du ciel, Parenthèses, 1985). 

Bibliographie de Francis Marmande : 
Bataille politique, Presses universitaires de Lyon, 1985 
L’Indifférence des ruines, éd. Parenthèses, 1985  
La Mémoire du chien, éd. Fourbis, 1993  
Œillet rouge sur le sable, avec Florence Delay, éd. Fourbis, 1994  
La Perfection du bonheur, éd. Descartes & Cie, 1994. (ISBN 2910301079)  
Le Chemin des dames, éd. Fourbis, 1995  
La Housse partie, éd. Fourbis, 1997  
La Chambre d’amour, éditions du Scorff, 1997  
Suzanne un jour, avec Rodrigo de Zayas, éditions L’Esprit des péninsules, 1999  
Chutes libres, éd. Farrago, 2000  
La Police des caractères, éd. Descartes & Cie, 2001  
Curro, Romero, y Curro Romero, éd. Verdier, 2001 (ISBN 2864323397)  
À partir du lapin, éd. Verdier, 2002 (ISBN 2864323591)  
Rocío, éd. Verdier, 2003 (ISBN 28643239301)  
Le Pur bonheur, Georges Bataille, Lignes, 2011 
 
Samedi 8 octobre à 16h 
tarif unique : 5 € 
Maison de la Poésie-Paris 
Passage Molière 
157 rue Saint Martin 
75003 Paris 
01 44 54 53 00 
www.maisondelapoesieparis.com  
 


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Florence Trocmé 18683 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines