Magazine Culture

Bionic Woman - Review - Critique - Pilot

Publié le 25 février 2008 par Blabla-Series

”Like young Jaime, it's going to take awhile for this show

to find its artificial legs.”

Crée par David Eick (Caprica, Battlestar Galactica)
Diffusion sur
NBC
Series Premiere le
26 septembre 2007
Format 42mn
– 13 episodes

Cast
Michelle Ryan (Jekyll), Katee Sackhoff (Battlestar Galactica), Chris Bowers (Rescue Me), Miguel Ferrer (On The Air, LateLine, Crossing Jordan ) et Molly Price (Third Watch, Bless this House).

Show Synopsis
Suite à un accident de voiture, Jaimie reçoit des greffes d'organes bioniques qui décuplent ses sens et ses capacités physiques. Elle est alors recrutée, malgré elle, par une agence gouvernementale pour mener des missions top secrètes.

Bionic Woman - Review - Critique - Pilot

Critique

Bionic Woman est certainement la valeur sûre de NBC pour cette rentrée, acquise également par TF1, la série semble être promise à un avenir radieux. Remake de la série des années 70’s, Super Jaimie, elle met en scène cette femme bionique surhumaine employée par une organisation secrète. Le pilot de Bionic Woman met en lumière les prémices du règne de cette nouvelle femme bionique.

Jaimie Sommers est une femme ordinaire, travaillant dans un bar de nuit et s’occupant de sa sœur cadette, souffrant de surdité -à l'époque du préair. Elle fréquente également un gentil scientifique qui ne lui veut, apparemment que du bien. La vie de Jaimie va être radicalement bouleversée lorsqu’elle est victime d’un accident de circulation, accident orchestré par la première femme bionique, supposée assassinée, Sarah Corvus.

1318b1f8088e7542986cc0bbb4ce0705.jpg

A la suite du drame, son fiancé scientifique accepte de greffer un œil, un bras et deux jambes bioniques à Jaimie, laissée elle, dans un piteux état. Le pilot sert ainsi d’introduction à l’histoire de Jaimie, la femme bionique.

c787b3f088ddd7faf94763474454dda4.jpg

Comme toute introduction, celle-ci souffre précisément d’un style beaucoup trop convenu et ne parvient à emprunter une voie originale à mi-chemin entre le fantastique et le drama. Les situations souffrent ainsi d’une banalité de ton et de situations regrettables pour ce genre de séries.

Pour pallier le classicisme de l’histoire, Bionic Woman a misé sur une valeur sûre : l’action. Les 42minutes de l’épisode sont une longue suite de combats agrémentés de coups de feu et de gestes acrobatiques sans réel sens, de dangers imminents et de mort potentielle, et bien que je ne sois pas fan des films de Nicolas Cage –devenu le seul acteur du genre, rempilant à chaque fois-, la valeur action fonctionne ici. Et sans la tête niaise de Cage, c’est bien mieux.

Par contre, à défaut de Benjamin Gates, c’est avec un plaisir non dissimulé que l’on retrouve dans le rôle-titre, Michelle Ryan, connue dans Cashback et vue dernièrement dans Jekyll. Si l’infirmière du docteur Jackman semble plus inoffensive que cette femme-machine, il demeure cependant quelques similitudes entre la brillante mini-série brittannique de l’été dernier et cette nouvelle série aux allures de puissant blockbuster.
76fe5fd82be47baefccb71681fc6aef5.jpg


Toutes deux remakes d’un classique bien connu, elles se distinguent de l’œuvre original pour leur mise à jour louable. En effet, Bionic Woman s’est efforcée de remettre au goût du jour cette vieille histoire notoire, les effets spéciaux, les techniques numériques, les effets visuels et autres systèmes sophistiqués, tout est mis en œuvre pour que l’univers de Jaimie soit réellement attaché à l’ère de l’an 2000, une qualité louable que l’on retrouve ainsi et à plus puissante raison dans ledit Jekyll.

Mais c’est avant tout à sa concurrente de la FOX, diffusée en midseason prochain, the Sarah Connor Cronicles, que Bionic Woman s’apparente, du fait de leur genre, de leurs storylines musclées également, mais aussi de par leur aspect d’ensemble plutôt mitigé. Si the Sarah Connor Cronicles ne fait, mais alors vraiment pas, dans la dentelle et finit par aboutir sur une fin traitée à la va-comme-je-te-pousse, on peut reconnaître à Bionic Woman davantage de souplesse dans la manière de réaliser et d’acheminer son sujet. Moins brutal, elle reste désormais dans le genre des séries poussives, misant plus sur l’effet spectaculaire que sur la subtilité du sujet scientifique. Cependant Bionic Woman demeure fidèle à nos attentes, aux allures de blockbuster de l’année du côté NBC, la série fait exactement ce qu’on attend d’elle : pas grand-chose, à part un moment de distraction passager pas très sérieux, ni très crédible. Elle remplit son contrat, c’est le principal. A réserver donc aux amateurs du genre.

Un aperçu ?


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Blabla-Series 8 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte