Magazine Culture

Rencontre avec La Nouvelle Tour de Feu

Par Jean-Jacques Nuel
medium_ntdf44.jpgLa Tour de Feu a été une revue mythique, qui a compté dans l’histoire de la littérature. Elle survit et se renouvelle sous la direction de Michel Héroult, qui a créé La Nouvelle Tour de Feu. Une rencontre pour découvrir quelle est la part de la tradition, et celle de l’innovation. (Cet entretien publié voici quelques années dans Ecrire & Editer a été actualisé par Michel Héroult en avril 2007.)
Jean-Jacques Nuel : Comment est née la NTDF ? Quelle continuité entretient-elle avec la mythique Tour de Feu ?
Michel Héroult : En 1981, Pierre Boujut annonce la fin de la Tour de Feu. Je propose, avec Liliana Klein, de continuer avec le titre « La Nouvelle Tour de Feu ». Je figure au comité de rédaction de l’ancienne Tour et j’ai fréquenté les congrès de Jarnac depuis 1961. Pierre Boujut donne son accord. Dans les premières années, la Nouvelle Tour de Feu publie surtout les collaborateurs de l’ancienne. Pierre Boujut meurt en 1992. La NTDF prend alors réellement son autonomie et accueille de nouveaux collaborateurs. Le ton change et une large ouverture vers la création contemporaine se fait. Il n’y a pas eu rupture avec la Tour de Feu de Pierre Boujut, mais lente évolution. A son tour, la NTDF entre dans le mythe.
JJN : La part des chroniques est importante. Une revue peut-elle se passer d’une partie informative ?
MH : Ce qui fait la spécificité d’une revue, par rapport à une anthologie par exemple, c’est justement d’informer. Les poètes se plaignent d’être mis à l’écart, mais les revues offrent une large compensation. Les « sacs à poèmes » sont illisibles. Il faut alterner les genres : critiques, courtes nouvelles, études, poèmes. De ce point de vue, la NTDF, je crois, a donné le bon exemple en diversifiant au maximum les signatures.
JJN : Pourquoi garder la même couverture à chaque numéro ?
MH : Il s’agit d’imposer une spécificité. Il suffit de la voir à deux mètres et la revue est tout de suite reconnue. Du point de vue technique, c’est plus pratique, mais je compense en variant les couleurs. Les illustrations à l’intérieur de la revue donnent de l’espace aux novateurs. L’acquisition d’un photocopieur en couleur a apporté une véritable révolution.
JJN : Comment diffusez-vous la revue ?
MH : Je suis parti du fichier de la Tour de Feu dont Pierre Boujut m’a fait cadeau en 1982. Des bibliothèques abonnées à l’époque le sont toujours. La Tour de Feu constituait une famille d’esprits et la plupart des abonnements se sont reportés sur la NTDF. Mais entre les « anciens » de la Tour et les « nouveaux », il y avait la différence d’une génération. Nombre des abonnés du début sont morts. Le fichier s’est renouvelé à l’image de la vie. L’essentiel des apports se fait par contacts directs et bouche à oreille. J’effectue un important service de presse.
JJN : La NTDF apparaît de l’extérieur comme un lieu d’amitié et de fidélité. Cette impression est-elle juste ?
MH : C’était vrai il y a vingt ans ; on se retrouvait une fois par mois, dans un restaurant parisien.
Bien avant, vers les années 60, il existait des rencontres hebdomadaires dans le Quartier Latin et des rassemblements à Jarnac vers le 14 juillet (Jean Follain voulait qu’on défile derrière la fanfare, mais ce n’était pas du goût de Pierre Boujut.) Des curieux passaient. Des drames se nouaient, se dénouaient. En fait, il y avait alors deux pôles de pouvoir : Jarnac où régnait Pierre Boujut et Paris où la fronde grondait souvent.
Depuis plus de vingt ans, la NTDF est toujours présente au Marché de la Poésie de la place Saint-Sulpice à Paris. Plusieurs rencontres ont eu lieu aussi à Guyancourt, où Roland Nadaus était maire. Il existe là-bas, ceinturant un plan d’eau, le chemin de la Tour de Feu et un édifice public porte le nom de Moreau du Mans. Ce dernier n’a jamais figuré dans le comité de rédaction de Pierre Boujut, mais la NTDF, depuis, a largement réparé cet oubli.
Un lieu, peut-être, reste à trouver. Voici la question : le train de la vie passe-t-il deux fois ? On peut penser que oui, puisque la NTDF compte maintenant un quart de siècle d’existence.
JJN : Répondez-vous aux envois de textes ? Quels conseils donneriez-vous aux jeunes auteurs désireux de publier ?
MH : Les courriers que l’on reçoit ne sont pas toujours « raisonnables ». Les Editions du Soleil natal ajoutent à la confusion. Quand on reçoit un pavé, est-ce pour la revue ? Pour un livre ? Parfois je téléphone et j’explique notre position : publication à dose modérée de poèmes à compte d’éditeur dans la revue ; refus de publication de poèmes à compte d’auteur. Dans la mesure où je fabrique moi-même les livres, la capacité de production est forcément réduite, d’autant plus que Soleil natal se retrouve aussi en position d’imprimeur ( revue A l’Index, que dirige Jean-Claude Tardif, et naguère recueil annuel d’un auteur décédé, et un bulletin municipal). Soleil natal publie à compte d’éditeur deux à quatre livres par an (Histoire en Essonne, ésotérisme et spiritualité). Les jeunes auteurs qui désirent publier ont intérêt à n’envoyer qu’une dizaine de poèmes à la fois auprès d’un maximum de revues et à recommencer tous les ans. A la fin du fin, ils se feront connaître.
*
Fiche signalétique
La Nouvelle Tour de Feu
Adresse : 8 bis rue Lormier, 91580 Etréchy
Tél : 01 60 80 24 33
Directeur de publication : Michel Héroult (en tant que président de l’association Editions du Soleil natal)
Rédacteur en chef : Liliana Klein
Membres du comité de rédaction : Pierre Chabert, Françoise Chauveau, Maurice Cury, Denis Emorine, A.D. Grad, Jean-Pierre Joyeux, André Lagrange, Bernard Landry, Roland Nadaus, Françoise Poirier, Pierre Roudy, Jean-Claude Roulet, Jean-Claude Tardif, Guy Valensol.
Année de création : 1982
Périodicité : trimestrielle
Nombre de pages : 110
Impression : duplicopie Riso à encre
Format : 24,2 x 16,7 cm
Brochage : dos carré collé
Couverture : 4 couleurs en 4 passages sur Riso
Illustrations : oui
Photos : noir et blanc et couleur
N° ISSN : 029 4409030
N° CPPAP : néant (perdu)
Prix au numéro : 8 €
Prix de l’abonnement : 25 € (France) – 30 € (étranger)
Tirage : 400
Nombre d’abonnés : 150 (dont bibliothèques universitaires étrangères)
Service de presse : 150
Diffuseur : CEDIF/Alpro (pour certains numéros spéciaux)

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Rencontre lyonnaise !!!

    Avec Lael, nous organisons une rencontre de lecteurs (ouvert aux bloggueurs et bloggeuses de Lyon et de ses environs mais aussi à tous les passionnés de... Lire la suite

    Par  Mimienco
    CULTURE, LIVRES
  • TNT : feu vert pour Leverage, feu rouge pour Heartland

    Du côté de TNT, l’heure est aux grande manoeuvres. La chaîne câblée vient de donner son consentement pour la production de Leverage, un pilote tourné et... Lire la suite

    Par  Nick
    CULTURE, MÉDIAS, SÉRIES, TÉLÉVISION
  • Le pot-au-feu

    Petit moment de tendresse du dimanche, la semaine est assez avare de ces moments. Source image Sa mère l’ayant abandonné, ce singe macaque est devenu inséparabl... Lire la suite

    Par  Daniel Valdenaire
    LIVRES, A CLASSER
  • Parlement européen: feu vert pour la nouvelle répartition des sièges

    " Mission accomplie", s'est félicité Alain Lamassoure, Député européen (UMP, PPE-DE, F), et Co-Rapporteur, avec Adrian Severin (PSE-Roumanie), sur le projet de... Lire la suite

    Par  Danielriot - Www.relatio-Europe.com
    CULTURE, EUROPE, EUROPE , POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • J'ai un bon petit feu sur le feu

    L'info m'est parvenue il y a 10 minutes, je vous la livre telle quelle : Cerberus Shoal est de retour. J'avais beaucoup aimé l'album de 2005, et encore plus leu... Lire la suite

    Par  Michelsardou
    CULTURE, MUSIQUE
  • Lumière, chaleur, feu

    Il y a quelque chose d’électrisant et de joyeux dans ces vraies premières journées printanières. La lumière apaise, la chaleur agrée, on est comme possédé et... Lire la suite

    Par  Jcgbb
    CULTURE
  • Beltaine : feu et lumière

    Beltaine lumière

    Le début du mois de mai est traditionnellement, dans le monde celte, un moment capital de l'année : c'est le moment où l'on célèbre Beltaine, le "feu de... Lire la suite

    Par  Amaury Piedfer
    CULTURE, HISTOIRE

A propos de l’auteur


Jean-Jacques Nuel 659 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazines