Magazine Culture

Le premier mardi, c'est permis (1) : Anthologie littéraire de la fellation

Publié le 04 octobre 2011 par Litterature_blog
Le premier mardi, c'est permis (1) : Anthologie littéraire de la fellationLe premier mardi, c’est permis. Ce n’est pas moi qui le dit, c’est Stephie. Le premier mardi de chaque mois, on peut parler d’une lecture inavouable, le genre de lecture dont on n’est pas fier et qu’on préfère garder pour soi. Pour ma première lecture inavouable, j’ai choisi l’anthologie littéraire de la fellation parue aux éditions Blanche au mois de mai. J’ai découvert ce titre grâce à Clara Dupont-Monod dans la matinale de Canal + (ça fait toujours bien de citer ses prescripteurs pour un bouquin pareil, question de respectabilité). Je l’ai évidemment commandé sur une libraire en ligne (pas question de passer devant la caisse de ma libraire préférée avec un opuscule au titre aussi sulfureux, toujours question de respectabilité). Heureusement, le recueil est tout petit (17 x 12 cm) et sa couverture d’une grande sobriété. Idéal pour le trimballer partout dans la poche de sa veste et le lire en toute discrétion au grand air.
Bon, pas la peine de vous faire un dessin, deux petites définitions de mon copain Robert suffiront. Anthologie : n.f. Recueil de morceaux choisis en prose ou en vers. Fellation : n.f. Acte sexuel consistant à exciter les parties génitales masculines par des caresses buccales. Mettez ces deux mots ensemble, intercalez entre eux l’adjectif littéraire et vous obtenez un recueil de 220 pages contenant 60 petits textes exclusivement dédiés à la fellation.
Sympa, mais plutôt répétitif. Pour éviter de s’ennuyer, il ne faut pas tout s’enfiler d’un coup (euh...). Disons que c’est typiquement le genre d’ouvrage dans lequel on vient picorer de temps en temps. Personnellement, il m’a fallu plusieurs semaines pour arriver au bout. Il faut dire que l’originalité n’est pas la qualité première de cette anthologie. Les « parties génitales masculines » comme le dit Robert sont souvent décrites avec les mêmes mots (en même temps, il n’y a que dans les dictionnaires d’argot que l’on trouve des dizaines de façons de parler d’une bistouquette). Et puis si le décor change, l’activité pratiquée est toujours la même.
Une constante en littérature lorsque l’on met en scène une fellation, c’est que tout le monde avale, comme si c’était la conclusion naturelle et obligatoire de l’acte. Autre constante, l’imagerie propre à l’éjaculation : explosion, flot de semence, giclée, inondation, jaillissement, petits jets, le lexique reste finalement très réduit. Certains sont toutefois plus poétiques : « J’avale soudain la houle, puis essuie de mes doigts d’étoile de mer l’écume de ton sperme mourant un peu sur mes lèvres. » (Astrid Schilling). C’est d’ailleurs bien là que peut se jouer la différence entre tous ces textes : sur la qualité de l’écriture. Malheureusement, il y a peu d’auteurs « classiques » dans cette anthologie. Apollinaire, Henry Miller, Alberto Moravia, Verlaine, Maupassant, Pierre Louÿs. 10% seulement. Le reste, c’est très moderne et pas toujours très bien écrit. Résultat, l’ensemble est bancal. Très homogène pas rapport au sujet traité (difficile de faire autrement) mais trop hétérogène qualitativement parlant. Une lecture agréable sans plus, à pratiquer avec parcimonie.
Anthologie littéraire de la fellation, éditions Blanche, 2011. 220 pages. 13,50 euros.
PS : un détail amusant tout de même, le recueil contient une chanson des Rita Mitsouko (La taille du bambou) que je ne connaissais pas du tout. Allez, je partage le texte pour les ignares dans mon genre qui ne connaitraient pas eux non plus. Et je partage le son à la fin de ce billet. Y a qu'à cliquer !
Ah, c'est beau, c'est chaud, c'est bon...
Cool... et agréable...
Cool... émouvant...
La taille du bambou
Pour faire une flûte
Et bien qu'elle jute
Toujours au goût du jour ?
Eh bien oui
C'est oui.


C'est une de ces choses
Que la vie propose
Et qui vaut le coup.
L'affaire est close
Une fois qu'on ose
On y prend goût.
Accélère, et stop
Accélère, accélère, accélère et stop !
Déccélère ! ... et ouf...


Et pourvu que ça dure très longtemps
On fait chanter l'instrument
Passe, repasse tout autour
Presse, caresse, refais le tour
Monte, et compte redescendre
Plonge, remonte par les méandres
De la longue et profonde et tendre glisse
Délice de se rendre à la base
Ecrase la phase dans un suspens
Resserre la chair dans une absence


Reprends doucement
Exagère dans la douceur
Mets d’la couleur
Agenouille et fouille un peu plus vite
Le flux monte au confluent des cuisses
Et ça glisse
Et c'est agréable, émouvant, hypnotisant...


Ce geste d'amour a-t-il toujours cours ?
Et bien oui ! C'est oui.

 
 
 

Le premier mardi, c'est permis (1) : Anthologie littéraire de la fellation

 

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Anthologie permanente : Tarjei Vesaas

    Ne pas comprendre, mais être à proximité de ce qui se passe. Ne pas essayer de comprendre le grand branchage sous la terre. Là où des lacs éclatent en sources... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Pierre Peuchmaurd

    Laurent Albarracin publie un Pierre Peuchmaurd, dans la collection Présence de la Poésie, aux Éditions des Vanneaux. Pour Antoine et Guillaume Reprends... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Esther Tellermann

    Esther Tellermann publie aux éditions Flammarion son huitième livre depuis Première apparition avec épaisseur en 1986. Titre de ce nouvel opus, Contre... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Inger Christensen

    La revue Inuits dans la jungle publie dans son numéro 3 un bel ensemble de poèmes de la grande poète danoise Inger Christensen (1935-2009), traduits par Janine... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Ulf Stolterfoht

    JARGONS I – IX (extrait) (II / 9) il en vint un qui parla d’improbabilité et état. s’organisa lui et la matière pour environ quatre-vingt-dix sur cent. Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Sylvia Plath

    La traduction d’Ariel, de Sylvia Plath, par Valérie Rouzeau, parait aujourd’hui en poche, dans la collection Poésie / Gallimard. Présentation de de livre. Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Alain Veinstein

    Alain Veinstein publie Voix Seule aux éditions du Seuil. Fiche de présentation de ce livre, dans Poezibao. Aujourd’hui Dès que tombe la nuit, quand tout va bien... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE

A propos de l’auteur


Litterature_blog 21657 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines