Magazine Culture

Ma femme. (d'après Maupassant)

Publié le 04 octobre 2011 par Dubruel

À trente ans, je ne pensais pas me marier.

 

Je fus invité en février2855476413_7361e2d083.jpg

À la noce de mon cousin Valande

En Normandie.

Je m’y rendis.

Ce fut une vraie noce normande.

On se mit à table à cinq heures,

On mangeait encore à onze heures.

Comme voisine, j’avais, pour la circonstance,

Une demoiselle Coraithe,

Fille d’un colonel en retraite.

C’était une jeune blondinette,

Bien en forme, hardie et verbeuse.

Toute cette journée de fête

Elle m’accapara,

M’assomma.

Je me disais : Passes pour aujourd’hui

Mais demain je file. Ça suffit.

 

Vers onze heures les femmes se retirèrent.

Les hommes restèrent

À fumer en buvant

Ou à boire en fumant,

Si vous aimez mieux.

 

À deux heures, le château dormait, silencieux,

Je montais me coucher.

Ayant trop bu, étant repu de nourriture,

Je titubais tant j’étais éméché.

Je trouvai avec peine ma serrure.

La porte s’ouvrit.

Je heurtais mon lit.

Je m’étendis et m’endormis

Un bon moment.

 

Je fus réveillé brusquement

Par une grosse voix

Qui disait près de moi :

-Encore couchée ? Il est dix heures, Éva !

Une femme répondait : -Déjà !

Je me demandais

Ce que cela signifiait.

Où étais-je ? Qu’avais-je fait ?

Mon esprit flottait dans un nuage épais.

 

-J’ouvre tes rideaux, reprit la grosse voix.

J’entendis des pas qui s’approchaient de moi :

-Qui est là ?

Une lutte effroyable débuta.

Accoururent les voisins, affolés.

On ouvrit les volets :

Je me colletais avec le colonel Coraithe !

J’avais dormi auprès de sa fille cadette.

 

Enfin assagi,

Le colonel s’assit :

-Quoiqu’il en soit,

Je ne vois pour toi

Qu’un moyen de te tirer d’affaire,

C’est d’épouser ma fille.

Que comptes-tu faire ?

Il me fit sortir de ma coquille :

-Mais…m’en aller !

-Ne plaisantons pas, s’il te plait.

Je vais te brûler la cervelle !

Ou tu as séduit une prude demoiselle

Et c’est tant pis pour toi

Ou tu t’es trompé, étant gris ;

Alors pour toi, c’est encore pis.

On ne se met pas

Dans d’aussi sottes situations !

En tout cas,

Ma fille est perdue de réputation.

-Dites ce que vous voulez, je ne l’épouserai pas.

 

Sur ce, mon oncle et ma tante discutèrent :

-Qu’il la demande en mariage. On trouvera

Le moyen de le tirer d’affaire

En négociant les conditions du contrat.

Cette perspective me soulagea.

Et j’y consentis.

Une heure après je partais pour Paris.

 

Le lendemain je fus avisé

Que ma demande était agréée.

Après trois semaines, bans publiés,

Billets de faire-part envoyés,

Contrat signé,

Je me trouvai dans une église illuminée

À côté d’une jeune fille pleurant

Que je regardais avec étonnement.

 

Au soir, j’entrai dans la chambre avec l’intention

De lui faire connaître mes résolutions,

Car j’étais le maître maintenant.

Elle vint à moi gravement :

-Je suis prête à faire ce que vous ordonnerez.

Je me tuerai si vous le désirez !

Je l’embrassai

Et fus bien récompensé.

 

Je suis marié depuis cinq ans.

Je ne le regrette nullement.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Dubruel 73 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine