Magazine Cinéma

[Critique DVD] Mr Nice

Par Gicquel

Une histoire vraie, comme celle de Howard Marks c’est déjà toute une histoire. On comprend que le cinéma ait eu envie de s’en emparer. Encore ne fallait-il pas trahir le propos et surtout ce parfum de liberté qui embaume le bouquin que Marks a écrit de la façon dont il a mené sa vie ; léger, drôle, insouciant…

En adoptant ce même ton   Bernard Rose réussit un film tout aussi ahurissant. Trop beau pour y croire, et pourtant l’auteur a bien vécu ses années frivoles, assez caractéristiques, de la période sixties, dite  «  peace and love ».

Cliquer ici pour voir la vidéo.

A l’origine, rien ne prédisposait Howard Marks à devenir un grand dealer. Elève au dessus de la mêlée, il se retrouve propulsé dans les plus grandes écoles du pays, là où la fumette a remplacé les cours magistraux. Il y goûte, rend service, accepte un petit boulot pour l’espionnage anglais, construit une filière autour de l’Ira, et l’Histoire tisse sa toile autour de ce jeune homme à qui tout réussi.

Je ne sais si  le rôle titre confié à Rhys Ifans , m’y a fait penser, mais pour l’ambiance, et l’esprit, on est tout à fait dans la lignée de l’excellent «  Good morning, England » dans lequel le même Ifans fouette gentiment les conventions. Il est dans la peau de Marks tout aussi parfait, et l’intéressé le reconnaît. « C’est plus que de l’imitation, il s’est investi pour devenir moi. Il s’agit de lui qui joue et non de lui qui m’imite ».

[Critique DVD] Mr Nice

Un bon père de famille, un bon mari pour Chloë Sevigny

Ifans porte  le personnage à son plus juste trait, lui aussi imprégné de cette tonalité si particulière à cette histoire racontée à la manière d’un conte de fée, ou d’une future descente aux enfers. Les deux options sont possibles, mais jamais le réalisateur ne prend le parti d’une destinée prévisible.

Il ne porte pas non plus de jugement moral sur les activités illicites du héros et de toute cette petite famille qui nous paraît sympathique ; elle est quand même composée de dealers, de terroristes, et d’espions. La mise en scène  pose ainsi de façon très basique,  les conditions d’une vie de dilettante, où  les règles établies n’appartiennent plus à la loi. Celle-ci se rappelle pourtant au bon souvenir de  ce père de famille tranquille qui entre les naissances de ses trois  filles et les tribunaux, n’arrêtera jamais de faire la guigne à l’ordre établi. Un Mesrine, sans le sang. Un Scarface, sans la violence. Un saint homme, en quelque sorte …

LES SUPPLEMENTS

  • Le making of

Plusieurs scènes de tournage, sans commentaire, dont l’ouverture dans le théâtre, qui n’est pas celle retenue pour le film. Elle  se poursuit par une interview de Rhuys Ifans et de Howard Marks, le vrai, avec les figurants. Plutôt sympathique. Un vrai making of …

[Critique DVD] Mr Nice

David Thewlis, en membre complètement allumé de l'Ira

  •  Rencontre avec l’équipe

Ifans évoque sa rencontre avec Howard Marks qui dit-il, sur le plateau, « était pété de rire, hystérique, il trouvait ça marrant ». Il parle aussi de sa  façon d’aborder le personnage, sa relation avec l’auteur…

Sur l’adaptation, Bernard Rose, reconnaît que  « ce qui m’a plus dans son roman, c’est la façon légère et drôle de raconter comment il faisait rentrer la marijuana par le biais de l’Ira. Howard est un accroc à l’adrénaline, il cherche l’excitation, et a eu plusieurs occasions d’arrêter, mais c’était plus fort que lui ». La façon dont le réalisateur a choisi les comédiens est aussi intéressante à entendre.

  • Rencontre avec Howard Marks

C’est malheureusement assez court, mais remarquable de pouvoir entendre le vrai personnage, parler du film. «  En gros, ce film est assez vrai. Les passages moins véridiques, ne sont pas non plus fictifs. Il s’agit de différences artistiques entre le film et le livre. J’ai eu une légère tendance à m’iconiser. »


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • “Mr. Nice” de Bernard Rose

    “Mr. Nice” Bernard Rose

    Bernard Rose est un cinéaste inégal, capable de belles choses (Paperhouse, Chicago Joe & the showgirl, et, dans une moindre mesure, le premier Candyman) et... Lire la suite

    Par  Boustoune
    CINÉMA, CULTURE
  • Mr. Nice

    Nice

    L'histoire À la fin des années 60, Howard Marks quitte son Pays de Galles natal pour la prestigieuse université d'Oxford, où il découvre les plaisirs... Lire la suite

    Par  Ffred
    CINÉMA, CULTURE
  • [Critique DVD ] Spanish Movie

    [Critique Spanish Movie

    Effectivement, c’est une parodie. Dans les bonus tous les intervenants n’arrêtent pas de le rappeler, alors que l’évidence s’impose. Lire la suite

    Par  Gicquel
    CINÉMA, CULTURE
  • [Critique DVD] Tango

    [Critique DVD] Tango

    « Noces de sang », « Carmen », « L’Amour sorcier »… Les années 80 pour Carlos Saura dansent autour de l’amour et de la mort, aux accents toujours flamboyants... Lire la suite

    Par  Gicquel
    CINÉMA, CULTURE
  • [Critique DVD] Apocalypse Now

    [Critique DVD] Apocalypse

    Je ne vais pas pour refaire le coup de la énième critique sur un film qui a dépassé le cadre du commentaire, pour s’inscrire depuis une dizaine d’années comme u... Lire la suite

    Par  Gicquel
    CINÉMA, CULTURE
  • [Critique DVD] Another Year

    [Critique DVD] Another Year

    Et Cannes se fourvoya… Comment a-t-on pu laisser partir ce film bredouille ? Un accessit pour la mise en scène, un hochet pour les acteurs, une petite mention... Lire la suite

    Par  Gicquel
    CINÉMA, CULTURE
  • [Critique DVD] Chelsea Hotel

    [Critique DVD] Chelsea Hotel

    Bien que dans sa forme il soit plutôt classique, ce film ou ce documentaire est un ovni du cinéma underground. A l’image de ce lieu mythique qu’il fait revivre ... Lire la suite

    Par  Gicquel
    CINÉMA, CULTURE

A propos de l’auteur


Gicquel 940 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines