Magazine Cinéma

[Avis] De l’eau pour les éléphants un Robert Pattinson bluffant

Par 3moopydelfy @3Moopydelfy

Lors de la Grande dépression américaine, un jeune étudiant vétérinaire voit son destin basculé suite à un événement tragique. Il tombe sur une troupe de cirque dans sa fuite de la réalité. Cette rencontre va bouleverser tout son futur. Jacob, Polonais, découvre un univers jusque là inconnu: les saltimbanques, les lions sans dents (avec une scène assez drôle même si rempli des sentiments d’animosité qui lient les deux protagonistes mâles du film) et Rosie l’éléphant. La plus belle perle de sa vie sera la ravissante dresseuse vedette. Le soucis repose dans son mari, un personnage complexe, dur et incroyablement bien transcris à l’écran à travers les traits de Christoph Waltz. Patron tout puissant, odieux, caustique, violent d’un cirque n’hésitant pas à se débarrasser des membres de son chapiteau.

Les paysages des spectacles se posent devant nos yeux avec ses employés, ses animaux, ses tentes, ses numéros. Robert Pattinson prend le partie de mener une nouvelle carrière en aidant les animaux pour se rapprocher en même temps de la délicate Reese. La complicité s’installe, je me suis laissée séduire par leur jeux d’acteur. J’ai étrangement complètement accroché alors que Twilight m’enlève des sourires à chaque visionnage. Là, Robert apparaît plus attachant, du moins à mes yeux.

[Avis] De l’eau pour les éléphants un Robert Pattinson bluffant

A noter, L’eau pour les éléphants est une adaptation du roman de Sara Gruen. Une trame classique: un trio amoureux avec en fond plusieurs histoires intéressantes comme les mésaventures des membres de la troupe ou l’amitié grandissante des êtres aux grands coeurs comme le Grand père qui prend Jacob sous son aile. Les images possèdent une touche d’une autre époque. Un voyage dans les années d’un passé, pas si lointain illustrant d’une façon subtile l’envers du décor dans le cirque. De l’autre côté du rideau, les faux-semblants, les concessions et les décisions pour faire vivre toute une « famille » de foire (monstres, clowns, acrobates, dresseurs…) Le traitement des animaux est inhumain, cruel et dur à supporter. Les pauvres victimes de la quête mercantile d’un patron, qui demande du rendement, du spectacle sans se soucier de la santé de ses bêtes. Seul le profit compte. C’est valable pour les hommes.

De L’eau pour les éléphants réussit à captiver l’attention en abordant une romance née dans un univers en déclin. La magie a opéré chez moi, j’ai même cru retrouver à maintes reprises les vieux films qui ont bercé mon adolescence. Entre la photographie, les costumes, les personnages (mention spéciale au trio Robert/Reese/Christoph sans oublier Rosie), j’ai eu des airs de Un dimanche à New York. Une bouffée de beaux sentiments avec une remarque amitié avec un éléphant donnant envie de revoir Dumbo.

[Avis] De l’eau pour les éléphants un Robert Pattinson bluffant

3 Moop raisons de voir de L’eau pour les éléphants:

  • Reese Witherspoon troublante en dresseuse
  • Robert Pattinson loin du vampire de Twilight dans une histoire d’amour double: le dresseuse et les animaux
  • Christoph Waltz odieux, cruel à souhaits

3 Moop raisons de fuir de L’eau pour les éléphants:

  • Si les héros principaux vous collent des boutons passez votre chemin.
  • Si les histoires d’amour ne vous attirent guère, laissez le film de côté.
  • Les aspects en dehors de la romance sont traités rapidement, dommage car plusieurs points soulever sont excellents.

Note: 8/10

Film déjà disponible en DVD depuis le : 7 septembre 2011


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


3moopydelfy 2879 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines