Magazine Culture

Dum Dum Girls – Only in Dreams

Publié le 15 octobre 2011 par Hartzine

Dum Dum Girls – Only in DreamsL’album commence pourtant tellement bien ! On entre furieusement dans Always Looking, sans intro interminable, sans fioritures ; l’action est déjà en marche et elle nous happe inévitablement. Ce premier titre est une sorte de plan séquence de deux minutes vingt, c’est un plan grisant, composé avec une certaine virtuosité, où quatre superbes pépés chevauchent des bolides dorés sous le soleil californien. Les secondes roulent à toute allure. Il n’y a pas de temps mort, pas de répit entre les chœurs impeccables et les plages de guitares mi-surf/mi-garage : les filles des Dum Dum Girls balancent un son qui fait littéralement voler les cheveux ! Leur insolence pop rayonne même à tel point que les jolies musiciennes finissent par ressembler aux héroïnes vengeresses des films des années 60 (et même d’un peu plus tard si on pense aux Rape and Revenge movies des années 70) : il y a vraiment quelque chose de graphique et de sexy dans cette chanson qui rappelle les déhanchés vénéneux de Christina Lindberg ou encore de Tura Satana, l’égérie plantureuse de Russ Meyer. Comme ces demoiselles de fer, les Dum Dum Girls imposent en fait une esthétique où la femme défie sauvagement l’autre sexe et met à mal tous les clichés liés aux genres. Ainsi, tandis que les paroles sucrées affirment « I was looking for youuuuu », les chœurs amazones sont au contraire musculeux, insubordonnés à l’extrême… Et ce bouleversement des frontières du féminin et du masculin est parfaitement érotique.

L’album aurait pu s’arrêter là. Il aurait même dû s’arrêter à ces quelques minutes échevelées mais il continue hélas sur des kilomètres de chansons inégales et le bolide se perd dans des sentiers tortueux. Les morceaux suivants ont globalement un rythme moins enlevé, plus lassant, et on se demande vraiment où a bien pu s’envoler l’enthousiasme des premiers moments. Lorsqu’on en recherche les causes, on se rend compte que l’album manque tout d’abord d’un véritable tube, d’une sorte d’apogée scénaristique sanguinolente et voluptueuse dans la plus pure tradition grindhouse. Dans le précédent LP, en 2009, les filles étaient parvenues à cet exploit : Jail La La était une pop song incroyablement accrocheuse qui faisait autant rimer lo-fi et orfèvrerie mélodique que chaud et froid ou doux et rugueux.

Dum Dum Girls – Only in Dreams

Mais les Dum Dum Girls en ont eu assez de la recette fructueuse ‘lo-fi/harmonies’ et ont cherché à se renouveler. C’est un tort qui se constate au niveau de la production de l’album entier : le charme noisy a été gommé au profit d’un son plus lisse et les chansons semblent beaucoup plus maîtrisées. C’était peut-être un moyen de se démarquer des autres groupes en « girls » (les Vivian en tête) ou de chercher une « maturité » nouvelle, toujours est-il qu’en présentant une voix claire et moins réverbérée, la chanteuse Dee Dee perd en mystère. En subtilité et en insolence aussi. Pire, son timbre s’aseptise et se « eighties » dans le sens qu’on y entend les tics horribles des pires chanteuses des années 80.

Ça fend le cœur de le reconnaître mais il est difficile, par exemple, de ne pas penser à Joan Jett ou aux Bangles sur des titres aussi FM. Bien sûr c’est exagéré, mais même une ballade pop comme Hold Your Hand, dont les ambiances un peu rêveuses pourraient être joliment émouvantes, est gâchée dès le refrain par la voix. Dans le lot, des titres peuvent tout de même être sauvés ; Just a Creep ou Teardrops On My Pillow par exemple sont à classer dans la catégorie des petites réussites.

L’EP que les Dum Dum Girls avait sorti cette année montrait déjà les signes d’une transition mais malgré une mauvaise reprise des Smiths, il était plus concentré et faisait plutôt bonne impression. Sur un format plus long, ces changements sonnent d’avantage comme un assagissement malheureux.

Audio

Dum Dum Girls – Always Looking

Vidéo

Tracklist

Dum Dum Girls – Only in Dreams (Sub Pop Records, 2011)

1. Always Looking
2. Bedroom Eyes
3. Just a Creep
4. In My Head
5. Heartbeat
6. Caught in One
7. Coming Down
8. Wasted Away
9. Teardrops on My Pillow
10. Hold Your Hand


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Hartzine 83411 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines