Magazine Cinéma

L'homme au pistolet d'or (The Man with the Golden Gun)

Publié le 16 octobre 2011 par Cinephileamateur
L'affiche du film
De : Guy Hamilton.
Avec : Roger Moore, Christopher Lee, Herve Villechaize, Britt Ekland, Maud Adams, Lois Maxwell, Bernard Lee, Desmond Llewelyn, Michael Goodliffe, Clifton James, Soon-Tek Oh...
Genre : Espionnage.
Origine : Grande Bretagne.
Durée : 2 heures 05.
Date de sortie : 20 décembre 1974.
Synopsis : A Bangkok, James Bond affronte le tueur a gages le plus efficace et le plus cruel, Scaramanga, l'homme au pistolet d'or.
Bande annonce originale
3,5
Continuant dans ma lancée sur la franchise cinématographique James Bond, après "Vivre et laisser mourir" je me suis attaqué au neuvième opus de la saga officielle de 007 (le deuxième avec Roger Moore) à savoir "L'homme au pistolet d'or". Là encore, il s'agissait d'un film que je n'avais jamais vu auparavant, ce fut donc une véritable découverte.
"L'homme au pistolet d'or" continue le virage amorcé par "Vivre et laisser mourir" à savoir se concentré principalement sur l'action, l'humour et le charme de notre héros tout en occultant légèrement le glamour et la classe qu'avait pu incarner Sean Connery à son époque. Du coup, tout comme le film précédent, je me suis bien amusé devant ce volet sans grande prétention, loin de posséder une quelconque profondeur mais efficace en terme de divertissement. Comme toujours le scénario (écrit par Richard Maibaum et Tom Mankiewicz) se veut compliquer à souhaits en voulant prendre plusieurs chemins, en voulant donner à son intrigue plusieurs étage mais en y grattant un peu on se rend vite compte que ça reste très léger et très simpliste. Résultat ? Au lieu d'avoir un film d'1 heure 30, le film dure plus de deux heures. Il possède son lot de facilités et de scènes inutiles mais reste toutefois agréable à suivre pour les amateurs du genre. Personnellement, je préfère toujours la version Sean Connery pour James Bond mais l'humour dégagé sous l'ère Roger Moore reste plaisant. Il y à quelques répliques qui m'ont bien fait marrer et même certains détails inutiles (comme ce fameux troisième tétons qui ne sers à rien !!!) qui peuvent apparaitre comme grotesque, m'ont amusé. Après, le scénario possède quand même quelques bonnes idées comme son face à face final entre James Bond et Scaramanga (la meilleure idée et la meilleure scène du film ;-) ) mais ce n'est pas toujours suffisant pour en faire un film véritablement prenant. On reste quand même emporter dans cette nouvelle aventure qui nous propose à nouveaux de beaux voyages, quelques James Bond girl (dont une Bonne Nuit potiche à souhaits) et des gadgets toujours encore un peu discret mais inventif (ici, le fameux pistolet d'or du méchant, véritable marque de fabrique qui aurait pu être plus exploité encore je pense).
Roger Moore reprend le costume de 007 avec beaucoup de plaisir en tout cas. Sa présence à l'écran accentue encore un peu plus le côté "télévisuel" de l’œuvre mais l'acteur reste efficace. Il nous prouve une nouvelle fois qu'il à bien pris le relai à Sean Connery en lui apportant sa propre touche personnel. C'est différent, un brin déstabilisant parfois mais ça marche et je me suis laissé prendre au jeu. Je m'habitue bien au côtés comique qu'il donne à notre héros qui est pas toujours très subtil mais qui vise toujours juste. En tant qu'agent secret, Roger Moore arrive à me marquer un peu plus, j'arrive à le trouver un peu plus crédible ce qui reste une bonne chose je pense. A ses côtés, il y en à un qui sors du lot. Il vole même la vedette à Roger Moore au point qu'on regrette de ne pas le voir un peu plus c'est Christopher Lee. L'acteur est juste énorme. Pourtant c'était pas gagné d'avance avec cet artifice mammaire qu'on lui à gratifié mais le comédien livre une très bonne prestation et s'inscrit parmi les méchants de la franchise les plus charismatique et efficace. C'est dommage que son rôle ne soit pas plus exploité mais Christopher Lee est en tout cas excellent et sa présence relève grandement le film vers le haut. J'ai adoré sa gestuelle, son jeu de regard, le timbre de sa voix qui colle bien avec son personnage, bref, James Bond ne pouvait pas rêver mieux comme adversaire. J'aimerai toujours revoir le Spectre mais Christopher Lee fait de Scaramanga un personnage qui m'as fait oublié quelque temps Blofeld ce qui m'as plu. Derrière ce duo impeccable, on retrouve aussi Herve Villechaize en Nick Nack, autre personnage charismatique de la franchise dont la petite taille ne l'empêche pas d'être un adversaire redoutable. J'ai aimé le côté comique de son personnage et l'acteur reste vraiment crédible dans ses scènes. Je ne connais pas trop cet acteur car je n'ai jamais vu la série télévisée "L'île fantastique" (entre lui et Roger Moore c'est peut être ça aussi qui accentue le côté "télévisuel" que je trouve à ce film...) mais je trouve qu'il montre des choses très intéressante. Au vue de sa filmographie, je trouve même ça dommage qu'on n'est pas fait plus souvent appel à lui car je pense après avoir vu ce film qu'il aurait pu faire de très bonnes choses. Maud Adams joue bien le rôle d'Andrea, une James Bond girl comme on en à l'habitude d'en voir. Elle est agréable à voir et vu son rôle je suis curieux de voir comment on va l'exploité dans le reste de la franchise car apparemment elle apparait aussi dans "Octopussy" et "Dangereusement votre". L'actrice fait ce qu'elle a à faire en tout cas sans que ça ne soit trop choquant. C'est malheureusement pas le cas de Britt Ekland en Mary Bonnenuit (son personnage porte bien son nom...) que j'ai vraiment trouvé détestable. C'est pas vraiment de la faute de l'actrice mais plus de son rôle de potiche de service que je trouve inutile et vraiment mal écrit. Elle arrive comme un cheveu sur la soupe dans la franchise et n'apporte absolument rien je trouve au film que ce soit au niveau de l'intrigue (c'est juste une belle plante) qu'au niveau de l'humour (c'est tellement grossier et mal amené que ça ne m'as pas fait rire personnellement). Il en va de même pour Clifton James qu'on retrouve ici après "Vivre et laisser mourir" en Shériff Pepper qui sers juste à faire rire de façon peu subtil et sans aucun intérêt. Ce genre d'humour présent par ses deux personnages est si mal amené dans ce scénario que j'ai vraiment trouvé qu'ils faisaient tâche dans cet intrigue et ça m'as parfois fait décroché du film. Une nouvelle fois en tout cas, ça m'as fait plaisir de revoir (même si ce n'est le temps que d'une apparition) Bernard Lee en M, Desmond Llewelyn en Q et Lois Maxwell en Miss Moneypenny.
Pour son dernier film qu'il met en scène pour la saga James Bond, Guy Hamilton livre à nouveau un travail très correct. La mise en scène est soignée, efficace et on sens que le réalisateur maitrise bien son sujet et son époque. Bien entendu, le film à quand même pris un petit coup de vieux les effets visuels n'étant pas toujours au top mais ça reste très agréable à regarder avec des plans qui m'ont bien plu. Cette mise en scène aide beaucoup aussi à ce qu'on reste captivé face à ce film car même si de nombreux passages ne sont pas très utiles, on ne décroche pas face à ce film divertissant. L'invitation aux voyages restent toujours présente en tout cas notamment vers la fin quand on va sur l'île de Scaramanga qui nous offre un très bon panorama et un excellent décor pour le film. Les décors sont toujours plaisant je trouve et bien exploités. La bande originale du film signé John Barry n'est pas la meilleure de la franchise à l'image de la chanson d'ouverture interprété par Lulu (?) qui nous plonge dans le film sans pour autant être vraiment captivante. Quoiqu'il en soit, j'ai quand même bien aimé cette mise en scène assez fluide qui fait que le long métrage se regarde très facilement avec beaucoup de plaisir. J'aurais aimé un peu plus de gadgets, ça viendra par la suite j'espère mais le charme opère toujours sur moi même si on sens que la saga veux aller de plus en plus dans le registre du fantastique et du abracadabrantesque à l'image de cette voiture volante qui m'as fait décroché un bon petit sourire où le laser de Scaramanga qui m'as refait penser à celui de Auric Goldfinger, autre méchant culte de la franchise.
Pour résumé, "L'homme au pistolet d'or" ne fait pas parti de mes James Bond préféré mais reste un divertissement honnête qui m'as bien plu. On tombe de plus en plus dans la facilité, ça reste efficace mais jusqu'à quand ça je ne le sais pas. L'intrigue simpliste se veut compliquer comme toujours du coup on à le droit à une durée de film parfois un peu excessive mais la mise en scène de Guy Hamilton permet de faire passer la pilule sans grande difficulté. Au delà de tout ses petits détails, le film vaux surtout le détour pour un Christopher Lee exceptionnel comme toujours alliant classe et charisme qui vole à mes yeux la vedette à un Roger Moore tout en nous offrant un duel dans les règles de l'art lors d'un final qui reste le moment le plus fort du long métrage. Un long métrage agréable que je reverrais avec plaisir et qui m'as fait passer un bon moment. J'avais des craintes mais même si je préfère Sean Connery finalement l'ère Roger Moore commence plutôt bien :-) .
Roger Moore et Christopher LeeChristopher Lee et Roger Moore



Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Cinephileamateur 3469 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines