Magazine Culture

Lybie: matamoresque et sordide

Par Alaindependant

Pour tous ceux qui s'interrogent pourquoi justement M. Khadhafi, pourquoi justement la Libye, pourquoi cette intervention massive de l'impérialisme au nom des droits de l'homme, pourquoi l'impérialisme a-t-il tout fait jusqu'à obtenir enfin sa mort, pourquoi le malaise de beaucoup à entendre une seule et voix sur tous les médias, ce message envoyé par un camarade:

Ce jeudi 20 octobre 2011, après la mort annoncée de Kadhafi Alain Badiou sur la Libye  "(...) La complicité d'une large partie de l'opinion publique  et de tous les partis parlementaires sans exception, avec la ridicule caricature de "rébellion" montée là-bas (= en Libye) pour justifier l'ingérence "humanitaire" des armées occidentales, participent d'une tradition révoltante, celle de "l'union sacrée, autour d'une politique extérieure impériale belliciste. Des forces qui prétendent critiquer avec virulence le gouvernement Sarkozy se trouvent subitement en plein accord avec lui pour ce genre d'engagement à la fois matamoresque et sordide. Aurais-je trouvé quelque charme à la gauche "radicale" de type Mélenchon (ce qui n'était nullement le cas) que son ralliement à cette union sacrée m'aurait rappelé au réel, à savoir que le vacarme "de gauche" est interne à la logique contemporaine de la domination.Je veux redire ici que je n'ai aucune sympathie d'aucune sorte pour Kadhafi (...). Mais je suis catégoriquement opposé à ce que les principaux brigands du monde contemporain - à savoir les grands prédateurs économiques que sont les compagnies pétrolières, les marchands d'armes, les extracteurs de minerais, les coupeurs de bois, les vendeurs de produits avariés, et tout ce qui leur ressemble, ainsi que leurs protecteurs politiques, à savoir les États occidentaux - nous fassent en choeur, avec les trémolos dans la voix de leurs idéologues médiatiques, le coup de la "morale" et de la "démocratie" pour aller briser au loin des pays affaiblis, y mener des guerres interminables, et profiter de ces circonstances pour s'y implanter, piller les ressources locales et installer durablement des bases militaires. Ce genre de propagande, et le consensus qui va avec,  ne vaut pas mieux que la description horrifique des "Boches" qui accompagnait le vain massacre de millions de soldats pendant la guerre de 14-18, ou la présentation de peuples entiers comme des sauvages arriérés, qui "justifiait" la conquête coloniale, la mise en coupe réglée d'innombrables régions et le travail des populations sous la chiourme." Alain Badiou, Le réveil de l'histoire (Circonstances, 6), livre qui vient de paraître aux Editions Lignes. 

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Alaindependant 70792 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte