Magazine Info Locale

Aung San Suu Kyi ne lâche rien face au gouvernement birman

Publié le 01 novembre 2011 par Pierremartial
Alors que les visites de diplomates occidentaux se multiplient en Birmanie, une nouvelle rencontre vient d'avoir lieu entre Aung San Suu Kyi et le gouvernement birman. Ouverte aux discussions avec le nouveau Président et prête à briguer un mandat de député afin d'entrer au Parlement comme représentante de la L.N.D, The Lady n'en demeure pas moins intraitable sur deux conditions préalables: la libération de tous les prisonniers politiques encore détenus et des accords de paix immédiats dans le conflit armé avec les ethnies. Aung San Suu Kyi ne lâche rien face au gouvernement birman Aung San Suu Kyi a de nouveau rencontré, dimanche, le ministre du Travail birman Aung Kyi, son interlocuteur habituel.
Au programme des discussions: le développement économique urgent du pays. En effet, bien que potentiellement très riche en ressources naturelles, industrielles et touristiques, la Birmanie n'en est pas moins aujourd'hui un des pays les plus pauvres d'Asie.
La raison? La gestion brutale et erratique pendant plus de 40 ans d'une junte militaire qui s'est partiellement retirée du pouvoir il y a quelques mois tout en laissant le pays exangue.

Dépendant essentiellement du grand frère chinois qui use et abuse de son implantation en Birmanie pour en tirer de substanciels profits et d'une belle manne énergétique, Thein Sein, le nouveau Président de la République du Myanmar (appelation officielle de la Birmanie) aimerait bien que les Occidentaux entrent à leur tour dans la danse en équilibrant le jeu et en injectant les capitaux nécessaires au redéveloppement du pays.
Le ballet incessant des limousines occidentales Depuis ces dernières semaines, les visites officielles d'émissaires occidentaux n'ont cessé de se multiplier à Rangoun et à Naypyidaw. Ces derniers jours, elles se sont accélérées. Vijay Nambiar, chef de cabinet du secrétaire général des Nations Unies, est ainsi arrivé au Myanmar lundi pour une visite de 5 jours tandis que mardi, c'était au tour de deux hauts diplomates américains, Derek Mitchell et Michael Posner, de débarquer sur le sol birman.

C'est, bien sûr, la levée des sanctions contre la Birmanie qui est au centre des discussions, même si, aux Etats-Unis comme en Europe, on évite de trop en parler officiellement.
Les dés sont indéniablement jetés et l'Occident est sur les starting-blocks pour investir en Birmanie et tenter de freiner, géo-économiquement parlant, l'ogre chinois.

Pour autant, ce même Occident y va sur la pointe des pieds et celà pour deux raisons.

La première tient aux opinions publiques de ses différents pays qui ont du mal à comprendre comment la Birmanie a pu devenir en quelques mois et comme par un coup de baguette magique, un pays “démocratique” et un interlocuteur “propre” avec lequel on pourrait désormais dignement commercer.

La seconde, et la plus importante bien sûr, tient à Aung San Suu Kyi, elle-même. Celle en qui croient et espèrent des millions de birmans.

The Lady, comme ils la surnomment, n'est pas contre la levée des sanctions. Elle est pour la réconciliation nationale, pour le développement économique tous azimuths du pays, pour la Paix et le bonheur auxquels a enfin droit son peuple après tant d'années de souffrance.


Aung San Suu Kyi ne lâchera rien! Oui, c'est un fait, Aung San Suu Kyi a été la première à accepter de dialoguer avec le nouveau gouvernement.

Oui, avec la subtilité qu'on lui connait et sa finesse stratégique, elle a, en moins d'un an, fait évoluer le pouvoir sur de nombreux points qui sidérèrent même les observateurs les plus avertis (droit officiel de grève, syndicats libres, recul de la censure, libération de plus de 200 prisonniers politiques parmi lesquels de nombreux cadres de son Parti, suspension d'un projet de barrage avec la Chine, changement de la loi afin que la LND soit légalisée et qu'Aung San Suu Kyi puisse se présenter aux élections si elle le souhaie, etc...)

Oui, The Lady est à l'origine de tout celà!

Et non, elle ne s'arrêtera pas en chemin! Non, elle ne cédera pas sur l'essentiel! Non, elle n'oubliera personne et sûrement pas les mille prisonniers d'opinion qui sont encore détenus, ni les populations civiles qui souffrent et meurent dans les violents conflits armés entre les ethnies et le pouvoir central!

Alors il faudra bien que ceux qui arrivent dans les limousines occidentales le fassent comprendre à ceux qui tiennent désormais les rênes de la Birmanie: développement économique et Droits Humains font partie du même pack et sont indissociables.

Il ne saurait y avoir l'un sans l'autre.

Aung San Suu Kyi y veille.

Et quand elle a une idée en tête...



Pierre MARTIAL - Ecrivain-journaliste

Président de France Aung San Suu Kyi
Aung San Suu Kyi, site français d'information et de soutien à Aung San Suu Kyi et à la Birmanie / Myanmar

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Pierremartial 482202 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine