Magazine Culture

Exit through the Gift Shop

Par Etrangere
Je viens de visionner le film "Faîtes le mur". En anglais : Exit through the giftshop.
Et je viens de me prendre une grosse claque. 
 Exit through the Gift Shop  Depuis un certain temps, je mène en effet avec mon entourage une passionnante discussion sur les Arts contemporains, et la juste part entre ressenti et intellectualisme qu'ils doivent savoir véhiculer.
Et voilà qu'atterrit entre mes mains cet ovni, cette réflexion cynique et pertinente sur le marché de l'Art actuel, où le marketing et le merchandising prennent le pas sur la sincère démarche artistique et le questionnement ontologique.
Que dire de plus, si ce n'est qu'il s'agit de  l'illustration parfaite de ce que je pense ?
Art et pseudo-art se confondent aujourd'hui avec la vertigineuse exactitude des apparences, mais avec pour ultime dérivatif le fond : le message.
Le gain est aujourd'hui, il faut le reconnaître, une des principales préoccupations de certains graphistes, auxquels je ne prêterai même pas le nom d'"artistes", puisqu'ils se bornent à copier des idées, des abstractions, des objets... sans pouvoir en percevoir la quintessence, la raison d'être : la transcendance des sentiments.
Voyeurs et simulacres cupides : voilà ce que l'on peut affirmer de quelques pseudo-génies du monde culturel actuel.  Toujours est-il que dans ce long-métrage, un français original et éternellement vissé à son caméscope, Thierry Guetta, fait la découverte de Street-artistes. Se liant d'amitié avec eux, et ayant  à leur encontre de plus en plus de fascination, le caméraman improvisé décide de dénicher l'insaisissable Banksy, grapheur anonyme, dont les œuvres contestataires se font admirer sur le globe entier. Celui-ci fait preuve d'une irrévérence face aux médias, et milite contre l'avènement des clivages et des injustices sociales, comme le démontre son travail à Gaza (cf. ci-dessous) : 
Exit through the Gift Shop 
Exit through the Gift Shop
Exit through the Gift Shop 
Exit through the Gift Shop
Cependant, de cette rencontre explosive naîtra l'ombre d'un personnage nouveau : Mr. Brainwash,  le pantin de Guetta, son pseudonyme, l'illusion d'un nouvel émergent dans le milieu, prêt à tout pour créer le buzz et gagner de l'argent. Car à trop côtoyer les étoiles et les rêveurs, on en vient à oublier jusqu'à ses talents (ou leur absence) et son propre chemin...  

Exit through the Gift Shop

Copier Andy Warhol, certes... Mais comprendre son message ???


Alors, outre la pertinence du message, c'est pour la beauté des images et la galerie de personnalités attachantes que je retiendrai ce film. Aux passionnés d'Art, comme aux récalcitrants à toute forme de tags, un conseil : ne passez pas votre chemin, car vous pourriez bien être surpris...

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Etrangere 14 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines