Magazine Cinéma

La Liste de Schindler

Publié le 06 novembre 2011 par Olivier Walmacq

listedeschindleraff

genre: drame
année: 1993
durée: 3h15

l'histoire: Evocation des années de guerre d'Okar Schindler, fils d'industriel d'origine autrichienne, rentré à Cravovie en 1939, avec les troupes allemandes. Il va, tout au long de la guerre, protéger les juifs en les faisant travailler dans son usine, et ainsi, sauver des centaines de personnes des camps d'extermination.

la critique d'Alice In Oliver:

Après l'immense succès du premier Jurassic Park, Steven Spielberg décide de revenir aux affaires sérieuses et a pour ambition de réaliser un film sur la Shoah. Un tel sujet reste évidemment difficile, certains documentaires ayant abordé cette partie de l'histoire avec une certaine rigueur (De Nuremberg à Nuremberg, Shoah, Nuit et Brouillard). Spielberg est immédiatement attiré par le roman éponyme de Thomas Keneally et s'intéresse de très près au personnage d'Oskar Schindler, un fils d'industriel d'origine autrichienne, le but étant de souligner le caractère paradoxal de ce membre du parti nazi.

liste schindler

La Liste de Schindler, réalisée en 1993, est donc tirée d'une histoire vraie. Elle est aussi le résultat du témoignage de Poldek Pfefferberg, un des juifs sauvés par Oskar Schindler. Lui-même de confession juive, Steven Spielberg se sent très concerné par un tel sujet et signe probablement son chef d'oeuvre absolu, en tout cas, son film le plus personnel. Pour mieux nous décrire l'univers sordide des camps de concentration, Steven Spielberg décide de réaliser son film en noir et blanc.

Conscient des énormes enjeux, dans un premier temps, Steven Spielberg veut confier la réalisation du film à Roman Polanski, puis, à Martin Scorsese, mais les deux cinéastes refusent. Avec La Liste de Schindler, Spielberg décide d'aborder le génocide juif, et ce, à travers les yeux de son personnage principal.
Via ce procédé, le réalisateur construit son film en deux temps très distincts.

liste_de_schindler_schindler_s_list_1993

Dans la première partie, Oskar Schindler est la caricature même de l'industriel au service des nazis. Pour lui, la Seconde Guerre Mondiale constitue une source inépuisable de richesses, d'autant plus qu'il peut exploiter une main d'oeuvre juive prête à tout pour échapper aux camps de la mort.
C'est donc un personnage froid, calculateur et indifférent à la situation qui nous est décrite dans le premier acte du film.

Pourtant, un terrible événement va réveiller la conscience d'Oskar Schindler. L'industriel assiste au massacre du ghetto de Cracovie: il voit une jeune fille vêtue de rouge, emmenée par les nazis, et destinée à se faire massacrer.
Bouleversé par la mort de l'enfant, Oskar Schindler décide de sauver un maximum de juifs. C'est la deuxième partie du film.

liste_de_schindler_schindler_s_list_1993_reference

Et c'est aussi le seul petit défaut de La Liste de Schindler. Finalement, Steven Spielberg a bien du mal à cerner son héros principal.
Indéniablement, Oskar Schindler est un personnage ambigu. Ne l'oublions pas, cet homme est membre du parti nazi et participe à la mécanique infernale de l'horreur. C'est aussi un homme qui s'enrichit grâce à une main d'oeuvre condamnée à mourir dans les pires horreurs.

Pourtant, la fibre humaniste d'Oskar Schindler est révélée par une image épouvantable, qui ne cesse inlassablement de le poursuivre.
Ce dernier point n'est pas forcément des plus pertinents. Mais l'homme est conscient de ses propres contradictions.
Pour s'en convaincre, il suffit de regarder la fin du film, totalement bouleversante. Oskar Schindler culpabilise: il aurait pu, il aurait dû sauver plus de juifs. Toutefois, La Liste de Schindler reste un film remarquable et peut se targuer d'appartenir aux classiques du septième art.

liste schindler

Ensuite, Steven Spielberg s'appuie sur une réalité historique des plus tragiques, symbole même de l'horreur et de la barbarie humaine.
D'ailleurs, le réalisateur ne nous épargne aucun détail, soucieux de la parfaite reconstitution du camp d'Auschwitz-Birkenau.
Enfin, La Liste de Schindler reste une oeuvre poignante, nous rappelant le sens de l'Histoire et l'importance du Travail de la Mémoire.

Note: 19.5/20



Bande annonce la liste de Schindler


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Olivier Walmacq 11545 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines