Magazine Cinéma

2001 Maniacs

Publié le 13 novembre 2011 par Olivier Walmacq

2001_Maniacs

genre: horreur, gore (interdit aux - 16 ans)
année: 2005
durée: 1h25

l'histoire: Un groupe d'amis s'égare pour échouer dans la ville de Pleasant Valley. Ils sont accueillis à bras ouverts par cette bourgade sudiste. Mais la journée va bientôt tourner au cauchemar.

la critique d'Alice In Oliver:

Encore un remake ! Et oui, suite au gros succès de Massacre à la Tronçonneuse version 2003, Hollywood s'attaque aux grands classiques du gore et de l'horreur. 2001 Maniacs, réalisé par Tim Sullivan en 2005, est donc le remake de 2000 Maniacs, de Herschell Gordon Lewis.
A la base, ce dernier est l'auteur du tout premier film gore de l'histoire du cinéma, à savoir Blood Feast, une péloche horrifique produite avec un budget dérisoire.

Mais Blood Feast remportera un succès inattendu, et Herschell Gordon Lewis continuera à signer quelques séries B gores et particulièrement sanglantes. 2000 Maniacs est de ceux-là.
Le film original repose sur un scénario basique, à savoir l'histoire de quelques personnes égarées qui atterrissent par hasard dans la Vallée des Plaisirs.

2001 m

2001 Maniacs reprend exactement le même concept. Nos jeunes héros sont donc accueillis à bras ouverts par une communauté sudiste.
Certes, l'ambiance est festive mais elle tourne rapidement au cauchemar. En vérité, nos protagonistes sont destinés à servir de prochain repas aux habitants friands de chair humaine.

Sur ce dernier point, 2001 Maniacs mélange habilement cynisme, gore, nichons, femmes à poil et cannibalisme.
Pourtant, à force de jouer la carte de l'humour à outrance, 2001 Maniacs finit par ressembler davantage à une comédie sanglante mais jamais éprouvante.
Ici, vous pouvez oublier toute critique de l'Amérique des beaufs, des culs terreux englués dans leur racisme et leur intolérance.

2001_maniacs_field_of_screams_07

C'était d'ailleurs la grande force de 2000 Maniacs, et ce qui le rendait aussi dérangeant. Ensuite, les protagonistes en présence ne sont guère intéressants, condamnés uniquement à servir de menu fretin pour un futur buffet. Reste la présence de Robert Englund, qui semble beaucoup s'amuser et qui apporte un petit plus à ce nanar décomplexé du gland.
Certes, 2001 Maniacs reste fidèle au matériau d'origine, mais il ne lui apporte pas grand chose, si ce n'est un certain modernisme très ancré dans les normes du cinéma horrifique des années 2000.
Par là, comprenez qu'il s'agit d'un film gore formaté et sans grande surprise, qui devrait ravir toutefois les fans du genre.

Note: 11/20
Note nanardeuse: 16/20


2001 Maniacs spotLossless001


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Olivier Walmacq 11545 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines