Magazine Séries

Critiques Séries : Once Upon a Time. Saison 1. Episode 4.

Publié le 14 novembre 2011 par Delromainzika @cabreakingnews

vlcsnap-2011-11-14-13h52m58s175.png

Once Upon a Time // Saison 1. Episode 4. The Price of Gold.


"Do you believe in fairytales ?". Ce genre de questions vous l'avez surement beaucoup entendue. Et même pendant votre enfance je paris, ou même au détour d'une conversation sur les relations amoureuses peut être ? Once Upon a Time vous fait donc croire que les contes de fées ça existe vraiment, à Storybrooke, une ville où seule Mrs Swan peut vraiment partir, et ne pas revenir. Après nous avoir présenter de façon plus détailler les personnages de Evil Queen et de White Snow, le but de ce nouvel épisode était donc de se concentrer sur de nouveaux contes et de nouvelles histoires. Cette fois c'est Cendrillon, le conte de Perrault, qui est réadapté à la sauce de la série. Car bien sûr, la fée bien veillante qui est censée donner la permission de minuit à Cendrillon va mourir des mains de Rumpelstiltskin à Storybrook. Rumpelstiltskin aime passer des contrats,  tout comme son acolyte de notre monde, Mr Gold. Joué par Robert Carlyle, l'acteur joue sûrement là le rôle de sa carrière, en évitant le ridicule - bien que j'aurais préféré Tim Roth, qui aurait sûrement été plus pertinent dans le rôle -.
Pour en revenir à Cendrillon qui a vendue son bébé à Rumpelstiltskin en échange d'une vie de princesse, l'histoire qui se passe donc dans l'autre monde évitait vraiment le ridicule. Toutes les situations étaient bonnes et surtout tout s'enchaîne sans accros. C'est d'ailleurs peut être le problème de la série, d'être trop lissée par moment au risque de perdre pied sur certains éléments. Mais l'ensemble est cohérent, et rien n'est là pour gâcher notre plaisir. Même pas les effets spéciaux qui s'améliorent d'épisodes en épisodes. Celui ci est sûrement le plus réussi à ce niveau là alors que j'aurais pu qualité ceux des deux premiers épisodes bien pires que ceux de True Blood. C'est vous dire la catastrophe. Je m'attache donc un peu plus à Storybrook grâce à ces effets moins ratés. Cendrillon est incarnée par Jessy Schram - que l'on a pu voir récemment dans passable Falling Skies -. L'histoire est donc faite surtout pour présenter le personnage de Rumpelstiltskin, qui s'avère être un fin négociateur. Reste à savoir ce qu'ils vont bien pourvoir nous sortir par la suite. J'ai hâte.

vlcsnap-2011-11-14-13h52m22s70.png
L'épisode s'attarde aussi dans notre monde, à Storybrooke avec le personnage d'Ashley (Cendrillon de notre monde), une jeune femme enceinte qui vient de débarquer dans la série, serveuse dans un fast-food du village, et qui a passé un accord avec un certain Mr Gold, qui aime passer des contrats. Ce dernier va d'ailleurs en vouloir à l'enfant d'Ashley. Bien sûr l'histoire est bonne et surtout permet une fois de plus à Emma de mener sa petite enquête. L'ambiguité du personnage de Robert Carlyle donne des frissons. Rien que son gimmick "Every magic comes with a price" m'a vraiment pris à la gorge. J'adore. Cette série me surprend dans le bon sens du terme pour le moment, et cet épisode tend à confirmer que les intrigues savent se tenir, le tout en réinventant les contes de fées - pour éviter les happy ends puisque Emma est la seule à pouvoir les rétablir -. Ashley en a pour le moment finie avec Mr Gold, tout simplement parce que Emma a fait un pacte pour la sauvée, mais à quel prix… Telle est la question.
On laisse cependant de côté Regina, bien que sa liaison avec le shérif de la ville - qui a proposé plus tôt dans l'épisode un poste d'adjoint à Emma - soit intéressante pour le moment. J'ai hâte de voir la suite d'une série qui pour le moment reste passionnante. La magie est toujours là mais pour combien de temps, et surtout tous les contes peuvent t-ils vraiment nous tenir en haleine sur une petite saison de 22 grands épisodes ? Telle est une autre question que je me pose. Petit à petit la série livre des informations, et le pilote, très sombre sur les intentions de chacun, apparaît maintenant plus limpides. J'attends quand même qu'il y ait aussi plus d'ambition car même si on la sent, on voit bien que la série n'est pas à son maximum. Henry reste là, toujours dans le feu de l'action, et ses petites aventures journalières avec Emma sont un plaisir parmi tant d'autres dans cette série.
Note : 7/10. En bref, un épisode plutôt bien équilibré entre notre monde et l'autre monde. La collision des histoires est bonne et pour le moment nous plonge dans un univers passionnant. J'aime.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Delromainzika 18158 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines