Magazine Culture

Comment la Terre est devenue ronde - Mitsumasa Anno

Par Emmyne

61Z13SYNQCL__SL500_AA300_Ce livre est l'odyssée des grands aventuriers, des grands découvreurs, des grands savants qui ont affirmé un peu trop tôt pour leur époque qu'il devait bien y avoir quelque chose au bout de l'océan, que le ciel ne tournait pas au-dessus de nous, mais que c'était bien la Terre qui tournait sur elle-même parce qu'elle était ...ronde! C'est aussi un livre sur ces moments de l'Histoire où l'on prenait les génies pour des fous ou pour des sorciers. Des fous et des sorciers sans qui nous serions peut-être encore persuadés que notre Terre est plate...

Voilà trop longtemps que je désirais présenter ce classique de l'Ecole des Loisirs, un album japonais traduit par Yoko Kimura et adapté par Christian Poslaniec.

Une histoire de l'Histoire et de la science à réserver aux plus grands ( à partir de 9 ans ) sur les découvertes qui permirent l'évolution d'une certaine conception du monde ou comment l'humanité est parvenue à la représentation sphérique de notre planète.

Une histoire à la façon d'un conte qui raconte celle des gens d'Europe. Sans majuscule, sans jugement. A chaque double page les siècles défilent en images : une terre ocre, sobre, accueille une population dont les activités témoignent de la période, des pages comme des parchemins, bordées d'enluminures, une terre dont le tracé s'arrondit au fil des âges, de la lecture. Une chronologie illustrée qui n'est pas fiction bien que le ton du texte soit sans parti pris savant. Il dit les croyances, l'astronomie lorsqu'elle était aussi astrologie, le regard des hommes sur le ciel, comment les progrès scientifiques, l'accès à la lecture et la diffusion du livre permirent la disparition des superstitions. Mitsumasa Anno revient notamment sur l'invention de l'imprimerie et ses conséquences, sur le savoir dispensé par les religieux, la chasse aux sorcières, les grands voyageurs, sur la difficulté d'accepter les idées nouvelles qui engendrent un monde nouveau. Dans son récit, il ne nomme pas Copernic, Galilée ou Marco Polo et Gutenberg. Ces précisions sont présentées en pages finales intitulées " Commentaires de l'auteur " dans lesquelles il explique clairement les étapes " dans le développement de notre connaissance de l'univers ".

Cet album est magnifiquement conçu : une illustration épurée et précise, les teintes mates et les bordures révèlent et relèvent le contexte historique, rappellent la beauté des manuscrits. Il y a beaucoup à lire, beaucoup à dire, à raconter encore, sur ces pages.

 *


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Emmyne 573 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines