Magazine Cinéma

Toi et Moi... Et Duprée

Publié le 15 novembre 2011 par Olivier Walmacq

toi moi dupree

Genre: comédie
Année: 2006
durée: 1h50

l'histoire: Jeunes mariés, Carl et Molly viennent de rentrer de leur lune de miel. C'est alors que débarque chez eux Randolph Duprée, célibataire et glandeur incurable. Pour Carl et Molly, le cauchemar ne fait que commencer.

La critique d'Alice In Oliver:

Depuis quelques années, Owen Wilson apparaît comme le nouveau grand comique américain. On a pu découvrir son talent dans Serial Noceurs au côté de Vince Vaughn. Succès surprise, Serial Noceurs semble avoir lancé définitivement la carrière de l'acteur, visiblement abonné aux rôles d'ado attardé.
Encore une fois, Owen Wilson trouve un personnage à sa mesure dans Toi et Moi... Et Duprée, réalisé par le duo Anthony et Joe Russo en 2006.

Voilà une comédie paresseuse qui compte uniquement sur les facéties d'un Owen Wilson laissé en roue libre. Et finalement, l'acteur semble être atteint d'un syndrome qui affecte la plupart des comiques de son genre.
Laissé en totale improvisation, Owen Wilson se révèle terriblement agaçant et incapable de décrocher le moindre rictus imbécile.

toi et moi

Owen Wilson incarne donc Randolph Duprée, la caricature de l'adulte qui refuse de grandir, un glandeur fini qui vient s'imposer dans le quotidien d'un vieux pote, Carl (Matt Dillon), fraîchement marié à Molly (Kate Hudson).
A partir de ce scénario simpliste (pour ne pas dire inexistant), le film accumule tous les poncifs du genre.

Evidemment, au bout de quelques jours, la présence de Duprée finit par agacer le couple, qui aimerait un peu plus d'intimité.
Mais évidemment, l'intéressé enchaîne les catastrophes et les maladresses. Très vite, Carl ne le supporte plus. Pourtant, ce parasite s'impose rapidement comme une figure incontournable dans la vie du couple.

toi-et-moi-et-dupree

Par exemple, il est très apprécié par les beaux-parents de Molly et par cette dernière, à tel point que Duprée finit par susciter la jalousie de son meilleur ami. Bref, pas grand chose à retenir de cette comédie lamentable.
A se demander ce qui a pu attirer Michael Douglas dans cette bouserie. Même pas le charme d'un bon vieux nanar !

Note: 02/20
Note naveteuse: 17/20


Toi et moi ... et dupré bande annonce


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Olivier Walmacq 11545 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines