Magazine Cinéma

Dagon

Publié le 15 novembre 2011 par Olivier Walmacq

dagon

genre: horreur (interdit aux - 12 ans)
année: 2001
durée: 1h35

l'histoire: Paul, Barbara et un couple d'amis fêtent leur réussite sur un yatch. Mais le bateau doit bientôt affronter une tempête. Paul et Barbara quittent le navire et atterrissent dans un village isolé. Ils rencontrent un prêtre et sont accueillis par une communauté austère.

la critique d'Alice In Oliver:

Stuart Gordon fait probablement partie de ces réalisateurs de séries B sous-estimés. En résumé, on ne se souvient de lui que pour l'excellent Re-Animator.
Dommage de caricaturer ce cinéaste à un seul film et à une seule réussite puisque le réalisateur possède d'autres atouts en main.
Dagon, réalisé en 2001, ne fait pas partie des meilleurs crus de la filmographie de Stuart Gordon.

Toutefois, il s'agit d'une série B tout à fait convenable et plaisante. Mieux encore, malgré quelques défauts, ça reste un bon petit film, qui vient confirmer tout le bien que l'on pensait déjà de ce réalisateur.
Dagon est en vérité l'adaptation d'un roman de H.P. Lovecraft. Le scénario est pour le moins surprenant.
Alors que l'on s'attend à un énième film sur l'attaque d'un monstre surgissant de la mer, le film change totalement de cap par la suite.

En effet, le début de Dagon est pour le moins assez classique. Un jeune couple se trouve sur un yatch avec deux autres personnes à bord.
Mais le bateau est attaqué par une étrange créature, qui crée également une tempête. Le couple part alors chercher du secours et atterrit dans une petite communauté pour le moins austère.
C'est là que Dagon prend une toute autre direction, puisque Stuart Gordon nous fait alors découvrir une communauté vouée au culte d'une créature monstrueuse.

Et le héros principal de l'histoire va alors prendre conscience de la signification de ses nombreux cauchemars. Le film délivre quelques séquences franchement efficaces. C'est un bon petit film d'horreur qui ne verse jamais gratuitement dans le gore outrancier et vulgaire. Dommage que la fin soit aussi expédiée et que le film passe un peu à côté du monstre de service.
Mais dans l'ensemble, Dagon devrait logiquement satisfaire les fans du cinéma bis.

Note: 13/20


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Olivier Walmacq 11545 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines