Magazine Cinéma

Indiana Jones et les Aventuriers de L'Arche Perdue

Publié le 15 novembre 2011 par Olivier Walmacq

Collection AlloCiné / www.collectionchristophel.fr

L'histoire: 1936. Henry Jones, Indiana Jones pour les intimes, est un archéologue mais pas un pilleur. Il est à la recherche de l'Arche d'alliance où Moïse déposa les 10 commandements. Il s'associe à l'une de ses anciennes conquêtes, Marion Revenwood. Mais les nazis, en compagnie de l'ennemi juré d'Indy,,Beloq,,sont là pour lui barrer la route...

La critique d'Alice In Oliver:

Difficile d'introduire un nouveau personnage et surtout, un nouveau héros pour le cinéma. Telle est la mission délicate confiée à Steven Spielberg, réalisateur de ce premier volet, qui engendrera une saga à succès.
Bienvenue dans Indiana Jones et les Aventuriers de l'Arche Perdue, réalisé en 1981 et produit par George Lucas.

Dès son introduction, Steven Spielberg a le mérite de présenter les hostilités. Voilà une façon comme une autre de présenter son héros principal, donc, Indiana Jones, un archéologue en quête d'aventure, d'action et sans cesse en mouvement. Dans ce premier film, Indiana Jones est à la recherche de l'Arche Perdue, une relique également convoitée par les nazis.
Pour la retrouver, Indiana devra faire appel à une de ses anciennes conquêtes, Marion Revenwood (Karen Allen), une jeune femme au caractère bien trempé.

IJones0

A partir de ces différents éléments, le film enchaîne les moments de bravoure et d'action, sans jamais oublier d'apporter une petite touche d'humour.
Le film nous transporte également à travers plusieurs pays: du Népal au Pérou, en passant par l'Egypte.
Dès ce premier volet, Steven Spielberg nous propose un long-métrage mélangeant aventure, fantastique et quête mystique.

Le scénario est donc assez riche puisqu'il se concentre sur ce que représente l'Arche de l'Alliance, à savoir une relique qui permet de communiquer avec le Divin. En quelque sorte, il s'agit d'un neurotransmetteur qui relie l'homme à Dieu. Autre dynamique intéressante: en dehors des nazis, Indiana Jones se retrouve confronté à un autre archéologue, un certain Beloq, l'ennemi juré de l'aventurier.

IJones

Tout comme Indy, Beloq est un passionné mais c'est aussi un personnage qui apparaît comme l'exact opposé de son adversaire.
En un sens, c'est un homme qui a sombré du côté obscur en acceptant de se mettre au service des nazis, donc, du mal.
A travers ce méchant, on reconnaît la touche de George Lucas, toujours soucieux de proposer des bad guys hauts en couleurs.


Enfin, Indiana Jones apparaît également comme un héros immédiatement attachant. Harrison Ford trouve ici l'un de ses meilleurs rôles au cinéma, en tout cas, un personnage emblématique qui marquera à jamais sa carrière.
Bref, Steven Spielberg signe un très grand film d'aventure. D'ailleurs, pour les fans, Indiana Jones et les Aventuriers de l'Arche Perdue est souvent considéré comme le meilleur épisode de la saga.

Note: 17.5/20


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Olivier Walmacq 11545 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines