Magazine Cinéma

L'Eveil

Publié le 15 novembre 2011 par Olivier Walmacq

l_eveil

Genre: drame
année: 1991
durée: 2 heures

L'histoire: Un jeune chercheur se voit confier un groupe de malades chroniques atteints de troubles psychiatriques profonds. Il va peu à peu les ramener à la vie grâce à un nouveau remède. Il va s'occuper plus particulièrement de l'un d'entre eux, Leonard Lowe.

La critique d'Alice In Oliver:

Film réalisé par Penny Marshall en 1991, L'Eveil réunit deux grands acteurs du cinéma américain: Robert De Niro et Robin Williams.
Drame à la fois psychologique et poétique, L'Eveil est un film bouleversant aux thématiques passionnantes.
Robin Williams joue le rôle d'un médecin soignant des patients atteints de troubles psychologiques profonds. Ces derniers sont dans un état catatonique.
Ils ne répondent plus aux stimulations et sont absorbés dans un autre monde. Mais le médecin finit par trouver un remède miracle qui permet de les ramener à la vie et à la réalité.

Robert De Niro interprète Leonard, un malade atteint de cette pathologie. Malheureusement, le remède a également ses effets indésirables.
L'effet n'est que de courte durée. Certes, Leonard retrouve goût à la vie. C'est un être tout à fait normal. Mais très vite, il prend conscience de sa maladie.
Voilà qui aura des effets dévastateurs sur son comportement: angoisses, tremblements, cauchemars, pleurs... A partir de ce personnage attachant, Robert De Niro livre une grande performance.
La douleur est à la fois physique et psychologique.

Le choc est d'autant plus terrible que Leonard sait qu'il va à nouveau plonger dans un état mutique et irréversible. Finalement, face à cette patologie très rare, la science médicale se révèle impuissante.
Le film insiste bien sur le caractère insidieux de la pathologie. Mais Penny Marshall insiste également sur l'humanité des soins.
Robin Williams incarne un médecin qui traite ses patients comme des êtres humains à part entière et non pas comme des sujets destinés à faire les beaux jours de la science. Donc, un bon drame qui pâtit toutefois d'une réalisation parfois un peu détachée de son sujet.
On a presque l'impression parfois de regarder un téléfilm, qui peut heureusement compter sur la très bonne prestation de ses deux acteurs principaux. 

Note: 14.5/20


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Olivier Walmacq 11545 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines