Magazine Cinéma

Dangereusement Vôtre

Publié le 20 novembre 2011 par Olivier Walmacq

dangereusement_votre

Genre: action, espionnage
Année: 1985
Durée: 2H10

L'histoire: En mission en Sibérie, James Bond récupère une puce électronique ultra-secrète, qui apaprtient à Max Zorin. James Bond enquête sur Zorin et découvre que cet industriel est le fruit d'expériences nazies.

La critique d'Alice In Oliver:

Dangereusement Vôtre, réalisé par John Glen en 1985, constitue la dernière apparition de Roger Moore dans le rôle de l'agent 007.
Pour l'anecdote, Dolph Lundgren effectue sa toute première apparition au cinéma, une apparition plutôt discrète, avant de cartonner dans Rocky 4 peu de temps après. Au niveau du casting, on retrouve également Christopher Walken, Grace Jones, Patrick Mac Nee et Tanya Roberts.

En vérité, ce nouvel épisode tient surtout dans la grande performance de Christopher Walken, tout simplement génial dans la peau de Max Zorin, un industriel mégalo et fruit des expérimentations nazies, qui s'apprête à raser la Silicon Valley. Pour stopper ce psychopathe, James Bond aura fort à faire.
Dangereusement Vôtre constitue le 14ème épisode de la saga.

d votre

C'est aussi un volet qui n'est pas spécialement apprécié par les fans, beaucoup soulignant une franchise en perte de vitesse.
C'est un peu à l'image de son interprète vieillissant, donc, Roger Moore, qui décidera de mettre un terme à son personnage après le film.
Personnellement, je trouve les critiques un peu sévères.

Si Dangereusement Vôtre n'est pas irréprochable, il reste un épisode tout à fait convenable, dans l'esprit d'un bon James Bond, avec son lot de gadgets et de séquences d'action spectaculaires.
Ensuite, le film peut également s'appuyer sur son grand méchant de service, donc, Max Zorin, probablement l'un des meilleurs bad guys de la série.

dangereusement-votre-16538

Mais encore une fois, le charme de Dangereusement Vôtre repose presque uniquement sur le jeu sadique et pervers de Christopher Walken.
C'est vrai que l'on sent Roger Moore un peu usé et fatigué dans cette nouvelle aventure. Reste un humour so british qui continue de fonctionner dans cet épisode plus que recommandable.

Note: 14/20


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Olivier Walmacq 11545 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines