Magazine Cinéma

Omar m'a tuer de Roschdy Zem (Drame judiciaire, 2011)

Par Florian @punkonline

omarmatuer.jpgCe film est une mise en abîme de la contre-enquête sur l'affaire Raddad effectué par le journaliste écrivain et Jean-Marie Rouart. Le 24 juin 1991, le corps roué de coups de couteau de Ghislaine Marchal est retrouvé dans la cave de la riche défunte. Une inscription dénonce l'auteur des faits « Omar m'a tuer» avec le sang de la victime. Omar Raddad était le fardier de Marshal. Il est le coupable idéal : émigré marocain, peu d'éducation, plutôt pauvre. En février 1994, il est condamné à 18 ans de réclusion criminelle pour homicide volontaire alors que de nombreux points n'ont pas été éclairés.

En effet, le journaliste ne croit pas à la thèse du modeste jardinier qui tue sa riche patronne pour de l'argent. De nombreux éléments entachent l'enquête : la faute d'orthographe dans l'inscription ainsi que la lisibilité de l'écriture alors écrite par une femme agonisante, pas de trace de sang sur les vêtements que portait Omar se jour-là, l'incinération du corps empêchant une autopsie supplémentaire, la datation peu précise de l'heure de la mort, la destruction de la pellicule de l'appareil photo de la victime par les gendarmes, aucun interrogatoire des personnes inscrites sur l'agenda de la victime.

Ces nombreux éléments ont fait défaut dans l'enquête judiciaire. C'est pourquoi en 1998, Jacques Chirac le gracie. L'avocat d'Omar, Jacques Vergès va ensuite demander la révision du procès qui sera refusée en 2002. Omar Raddad est aujourd'hui libre, mais est toujours coupable aux yeux de la justice française.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Florian 205 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines