Magazine Cinéma

[Critique DVD] Precious

Par Gicquel

D’après le roman « Push » de Sapphire

Elle est noire, grosse, laide, cumule tous les défauts, et les handicaps, qui vont avec, elle se sent moche et rien autour ne lui dit le contraire. Surtout pas sa mère qui la traite comme une esclave; son père en abuse. Malgré de réelles facultés, l’école ne lui réussit pas.

On peut imaginer une vie meilleure, loin du ghetto et c’est le sentiment qui vous envahit à l’approche de cette existence violée, que Lee Daniels dépeint telle une fatalité. Un reliquat de vie en suspens que plus rien ne retient, sinon l’existence de ses deux enfants et des rêves nourris dans une télévision de paillettes.

Cliquer ici pour voir la vidéo.

On lui dit qu’il existe pourtant une petite porte de sortie, un espoir d’insertion à travers une école alternative. Precious ne sait pas ce que cela veut dire, à part la fin des allocs pour sa mère. Quand elle franchit le seuil de cet établissement pas comme les autres, c’est le début d’une révolte tranquille que le réalisateur filme tout aussi paisiblement. C’est la force de son regard, que de ne rien brusquer, mais de laisser les choses s’accomplir peut-être comme dans la vraie vie. Et personnellement je me suis laissé prendre à ce quotidien hachuré par une mise en scène tout aussi bringuebalante qui mêle le rêve au réel, hier et aujourd’hui, tel un kaléidoscope en perpétuel mouvement.

[Critique DVD]  Precious

Le jeu de Gabourey Sidibe , est sidérant et vous happe plus qu’il ne vous entraîne dans sa propre spirale, sa lente reconstruction, qui toujours sans faire des tonnes s’inscrit dans un psychodrame que l’on ne voit pas forcément venir. Des révélations, des aveux, et là encore une interprétation sans faille de la part de Mo’Nique, qui casse totalement son image de présentatrice vedette à la TV américaine. Son rôle est épouvantable, et sa confession tout aussi émouvante. Elle conjugue à elle seule tous les thèmes abordés dans ce film, qui autour de l’amitié, de la tolérance, et de l’entraide, parle aussi bien des filles mères, que de l’inceste et de l’homosexualité. Sans emphase, avec le cœur !

Bonus

  • Le casting (17 mn)

D’après l’équipe, il a été difficile de dénicher Precious, et ce sera une étudiante, non comédienne qui décrochera le rôle. L’occasion alors d’évoquer la difficulté d’un physique ingrat ainsi qu’en témoigne Mo’Nique, qui aux Etats-Unis est une présentatrice très célèbre de la TV.  « Le harcèlement moral c’est une réalité pour nous les grosses »  confirme-t-elle en rappelant  combien son personnage lui a coûté et comme elle le quittait rapidement, chaque soir une fois le tournage achevé.

[Critique DVD]  Precious

  • Avant la cérémonie des oscars (22 mn)

Une rencontre avec Gabourey Sidibe  qui s’exprime  peu, le réalisateur plus prolixe et Lenny Kravitz, dont le petit rôle d’infirmier m’a complètement échappé.A signaler également l’autre petit rôle plus probant de Mariah Carey   quasi méconnaissable en assistance sociale, sans son maquillage. Bien au contraire, elle a des cernes sous les yeux, les cheveux défaits, «  elle voulait être maquillée, mais ainsi elle m’a donné son âme » se félicite encore le réalisateur.

Lee Daniels, le réalisateur : c’est seulement son second film !


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • [Critique DVD] Alamar

    [Critique DVD] Alamar

    Cette œuvre écolo qui hésite entre le documentaire et la fiction a reçu le prix du meilleur premier film étranger, au festival Close Up de MK 2 Lire la suite

    Par  Gicquel
    CINÉMA, CULTURE
  • [ Critique DVD] Coffret Bela Lugosi

    Critique DVD] Coffret Bela Lugosi

    Bela Lugosi est immortel. Depuis le « Dracula » de Tod Browning (1931), l’image du comte vampire garde à jamais celle de son interprète : cheveux gominés, longu... Lire la suite

    Par  Gicquel
    CINÉMA, CULTURE
  • [Critique DVD] L’épervier

    [Critique DVD] L’épervier

    Oh la surprise. Ca ne deviendra peut-être pas une référence du genre, mais j’avoue avoir pris bien du plaisir à ce film de corsaires, made in France. Lire la suite

    Par  Gicquel
    CINÉMA, CULTURE
  • [Critique DVD] Winter’s bone

    [Critique DVD] Winter’s bone

    L’histoire est violente, le paysage tout aussi inhospitalier, mais le ton est généralement à l’apaisement. Paradoxe total et c’est ce qui fait la grandeur de... Lire la suite

    Par  Gicquel
    CINÉMA, CULTURE
  • [Critique DVD] Opération Opium

    [Critique DVD] Opération Opium

    L’ONU, producteur d’un film d’espionnage ? En 1966, l’’Organisation des Nations unies propose à plusieurs réalisateurs de renom de financer des téléfilms, afin... Lire la suite

    Par  Gicquel
    CINÉMA, CULTURE
  • [Critique DVD] Largo Winch II

    [Critique DVD] Largo Winch

    Elle croise et décroise les jambes. Une fois, deux fois , trois fois … Ca suffit, on a compris et le clin d’œil appuyé à « Basic Instinct » éclipse le personnag... Lire la suite

    Par  Gicquel
    CINÉMA, CULTURE
  • [Critique dvd] Summertime

    [Critique dvd] Summertime

    « Lawrence d’Arabie », « Le docteur Jivago » ,« Le pont de la rivière Kwai »…Son auteur, David Lean , a marqué le cinéma mondial par de si grandes fresques... Lire la suite

    Par  Gicquel
    CINÉMA, CULTURE

A propos de l’auteur


Gicquel 940 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines