Magazine Culture

La délicatesse

Par A_girl_from_earth

La delicatesse  

LA DÉLICATESSE

Il aura fallu que je vois la bande-annonce du film adapté de ce roman pour que je cède à mon tour à la lecture de ce livre au succès discret mais certain.

Non pas que je boude Foenkinos, mais ce roman faisait partie de ma catégorie "pas urgent même si je ne doute pas de l'enthousiasme général." Tout simplement pas mon genre de prédilection à première vue comme ça, même si je ne rechigne pas à la lecture de ce genre de romans français contemporains de temps à autre.

Et puis j'ai vu cette bande-annonce donc, et je dois dire que le côté drôle et décalé, véhiculé par les extraits, m'a tout de suite séduite!

Intriguée par l'histoire (qui, en plus, n'avait rien à voir avec ce que j'avais en tête), il me fallait absolument lire le roman avant de voir le film.

Verdict:

Lire La délicatesse, pour moi, c'était comme sucer un bonbon dur, pas la friandise hyper motivante au départ, mais il y a une certaine constance pas désagréable dans la douceur, ça fond progressivement sans qu'on y pense, et quand il ne reste plus rien, le goût sucré persiste encore quelques minutes. Moment de douceur simple mais efficace donc, pour un peu, on en reprendrait un deuxième dans la foulée.

Le personnage de Markus m'a bien plu (en plus, le visualiser sous les traits de François Damiens m'a beaucoup aidée - j'ai hâte de voir le film maintenant, je pense que c'est un excellent choix d'acteur!), mon passage préféré étant celui où il arrive en retard à son dîner avec Charles, le patron. Premier éclat de rire au bout de 155 pages, et j'ai trouvé excellent la citation de:

"Bernard Blier, à propos de Pierre Richard dans Le Grand Blond avec une chaussure noire

Il est fort. Il est très fort."

Ça résume tout le personnage!

J'ai beaucoup aimé par ailleurs ces chapitres/parenthèses/interludes dans la continuité du récit, ces petits effets coupé/décalé, ces petits délires de l'auteur, tout en finesse, tout en délicatesse en somme.

D'une manière générale, ce récit est en réalité plutôt drôle, du moins les situations et les personnages, un rien absurdes, tragiques et décalés, mais il n'arrivait pas à me décrocher un sourire franc, ni un rire, juste une pensée amusée qui ne parvenait pas ou refusait d'activer les zygomatiques. Du coup, le premier éclat de rire page 155 a été comme une délivrance, comme quelque chose qui se décoinçait en moi.

En bref: 

Une jolie histoire, de belles phrases, certaines très justes, des moments fraîcheur, un roman qui a su me charmer par sa... délicatesse (hihi).


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


A_girl_from_earth 191 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines