Magazine Cinéma

L'Inspecteur Harry

Publié le 28 novembre 2011 par Olivier Walmacq

inspecteur%20Harry

genre: policier
année: 1971
durée: 1h40

l'histoire: Si la police de San Francisco ne remet pas immédiatement 200 000 dollars à un tueur qui vient de commettre un crime, il recommencera au rythme d'un assassinat par jour. L'inspecteur Harry Callahan est sur les talons.

la critique d'Alice In Oliver:

Film scandale s'il en est, j'ai nommé L'Inspecteur Harry, réalisé par Don Siegel en 1971. A sa sortie, certaines critiques y verront un long-métrage aux intentions douteuses, voire même à l'idéologie fasciste.
Pourtant, avec ce film policier, Don Siegel réalise une oeuvre coup de poing, violente et sans concession, qui désarçonnera le public de l'époque.

Encore aujourd'hui, L'Inspecteur Harry reste un film choc. Ce film policier a plutôt bien supporté le poids des années.
Pour l'anecdote, le film devait être réalisé par Irvin Kershner. Finalement, c'est Don Siegel qui sera choisi pour signer ce premier volet d'une longue saga en cinq épisodes. Ensuite, c'est Frank Sinatra qui devait interpréter Harry Callahan, mais l'acteur déclinera le rôle pour des soucis de santé.

inspecteur-harry-1971-5974-505664670

Les producteurs évoqueront les noms de John Wayne, Steve McQueen ou encore Paul Newman. Mais après recommandation, c'est Clint Eastwood qui est retenu pour incarner l'inspecteur Harry Callahan.
L'acteur a vraiment le physique de l'emploi et il va avoir fort à faire dans ce premier chapitre. Un psychopathe se cache dans les rues de la ville.
Il a déjà tué une personne et menace de commettre un assassinat par jour si on ne lui donne pas 200 000 dollars.

L'inspecteur Harry Callahan est chargé de l'enquête. On lui adjoint un nouveau co-équipier. Certes, l'intrigue est assez basique mais elle se base sur un fait réel. Le tueur du film, Scorpion, s'inspire des crimes du Zodiac, un serial killer qui a sévi aux Etats-Unis entre 1966 et 1978.
En vérité, le film s'attarde assez peu sur le psychopathe de service, qui est décrit comme un aliéné et un petit sadique.

Inspecteur-Harry-Dirty-Harry-1971-5

La véritable star du film, c'est Harry Callahan. Ce n'est pas vraiment un personnage sympathique puisqu'il est surnommé Harry le charognard par ses collègues. Régulièrement, on lui confie les missions ingrates.
Ce dernier peste contre ses supérieurs, conteste sa hiérarchie et la loi, il est solitaire, individualiste et marginal.
Enfin, cela ne le gêne pas beaucoup d'utiliser son revolver dans des situations souvent houleuses.

inspecteurharry_clint_eastwood

"Hin hin ! Je sais ce que tu penses : « C'est six fois qu'il a tiré ou c'est cinq seulement ? ». Si tu veux savoir, dans tout ce bordel, j'ai pas très bien compté non plus. Mais c'est un 44 Magnum, le plus puissant soufflant qu'il y ait au monde, un calibre à vous arracher toute la cervelle. Tu dois te poser qu'une question : « Est-ce que je tente ma chance ? » Vas-y, tu la tentes ou pas ?"
Harry Callahan n'est donc pas un flic modèle, peu soucieux de faire respecter la loi, mais la sienne. A partir de là, le policier réglera ses comptes lui-même avec Scorpion. Ce premier épisode est donc un film nihiliste, terriblement dur parfois (voir la séquence où la police retrouve le corps d'une victime du psychopathe) et presque sans espoir. A travers cette histoire, c'est aussi l'Amérique des années 70 qui en prend pour son grade.
Entre les voyous qui n'ont plus rien à perdre, les pauvres qui commencent à se soulever, la lutte entre les communautés et les flics qui perdent espoir en la justice et la loi, Don Siegel décrit une société en perte totale de repères. 
Bref, un excellent film policier, plus complexe qu'il n'y paraît.

Note: 18/20


L'Inspecteur Harry


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Olivier Walmacq 11545 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines