Magazine Cinéma

Le chat potté (2011) de Chris Miller

Publié le 27 novembre 2011 par Flow

Le chat potté. (réalisé par Chris Miller)

Nom d'une paëlla.

 

 

Il faut avouer que Dreamworks ne réussit que moyennement ces derniers temps. Depuis le fabuleux Dragons il y a un peu plus d'un an, l'ambition cinématographique de ses derniers opus sont proches du néant (Megamind, Shrek 4, Kung fu panda 2). Si ce Chat potté manque clairement d'ambitions, il reste plus sympathique que les précédents.

 

affiche-francaise_1.jpg

 

Vous connaissiez la légende, appréciez maintenant l'histoire derrière le mythe. Comment Potté est il devenu ce qu'il est dans la série des Shrek? Éléments de réponse.

Cette petite boule de poils est certainement la meilleure trouvaille de Shrek 2. Tueur impitoyable au regard très très attendrissant, il a marqué les esprits. Il s'est alors dessiné le potentiel du personnage pour une aventure en solo. On peut dire aujourd'hui que les pontes du studio avait reniflé le bon filon. Le film est un véritable one man show du matou roux et surtout d'Antonio Banderas. C'est le seul véritable atout de ce long-métrage trop classique et qui manque d'envergure. Potté est toujours aussi efficace dans sa dualité et dans son humour ravageur. Le voir redevenir un chat pour boire un verre de lait ou poursuivre une lumière laser fonctionne toujours. A côté, les autres personnages ont du mal a exister. Kitty pattes de velours ne dépasse pas son statut de faire-valoir féminin alors que Humpty Dumpty se contente d'être l'antagoniste du chat. C'est dommage. D'autant que l'éternelle morale finale matinée de rédemption et d'acceptation de la différence, n'est pas à l'avantage du personnage. Dans la forme, ce dessin animé est solide. L'animation est de qualité et la 3D se révèle (pour une fois) plutôt appréciable. L'action est toujours efficace et le film prend les traits d'un récit d'aventures à l'ancienne et aux références appuyées. De Zorro pour le mythe à Jack et le haricot magique et Le chat botté pour la trame de fond en passant par les œuvres de capes et d'épées avec tout ce que ça entraine de duels, de cambriolages et de traîtrise. Un long-métrage mineur mais efficace qui saura satisfaire un jeune public amateur d'évasion et d'aventures épiques.

Certainement pas une révolution chez Dreamworks mais un divertissement familial honnête et efficace. C'est anecdotique et son souvenir ne survivra pas à la sortie de la salle de cinéma mais assurément un agréable moment.

 

 

 

Note:

pastèque commune


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Flow 261 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines