Magazine Culture

Kate Bush ‘ 50 Words For Snow

Publié le 29 novembre 2011 par Heepro @heepro

Kate Bush ‘ 50 Words For SnowMieux vaut tard… C’est-ce qu’on peut se dire, en tout cas tel est mon cas, à la découverte du dixième album de l’Anglaise dont le premier date de… 1978 ! Elle était alors âgée de vingt ans, seulement, ce qui fait encore d’elle une jeune artiste si l’on considère son âge, mais une ancienne au moment de revenir sur sa trajectoire qui dès lors a posé ses pavés sur quatre décennies !
Il ne s’agit pas ici de présenter celle qui a, entre autres certes mais principalement, animer une certaine Tori Amos.
Cette dernière vient de sortir, cette année également, un nouvel album. Malgré tout, c’est son aînée qui risque de faire le plus parler d’elle grâce à 50 Words For Snow. D’entrée, soit l’opus sera raté, soit il sera énormel. (Vous aurez coché la bonne case).
Sept morceaux, durant entre sept et treize minutes : oui, il va falloir vous accrocher car Kate Bush ne fait pas dans la simplicité. Les mélomanes ne se laisseront pas avoir, car c’est à l’inverse un gage de qualité que de savoir, quand l’utilité s’en ressent, faire durer les émotions.
Des émotions difficiles à décrire. Cependant, la voix, le piano de Kate n’ont d’écho qu’en les artistes qui les accompagnent (Steve Gadd à la batterie, Danny Thomson à la basse, des chœurs par Luke Roberts et Michael Wood, et même la voix de son propre fils).
De même, plusieurs duos viennent poursuivre le chemin déjà intense commencé par le triplet « Snowflake », « Lake Tahoe » et « Misty ». D’abord, Andy Fairweather Low sur « Wild man » ; puis Elton John sur « Snowed in at Wheeler Street » ; enfin, Stephen Fry sur le morceau éponyme « 50 word for snow » pendant lequel il prononce effectivement cinquante mots étrangers directement liés à la neige.
Le dernier titre, « Among angels » vous laissera assurément dans un monde à la fois froid et chaleureux, à l’image de la magnifique photo de couverture d’un disque absolument magistral et sans aucun doute l’un des plus bouleversants déjà de cette décennie des années 2010.
Il n’est jamais trop tard. Surtout maintenant que vous êtes prévenus.

(in heepro.wordpress.com, le 29/11/2011)


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Heepro 2396 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines